vendredi, août 16, 2019





Au-dessous du volcan 
appartient à la famille des grands romans 
du XXe siècle. 

Il a l’échelle de l’Ulysse de Joyce, il se situe dans la veine des romans de Conrad, il porte le souvenir de Moby Dick, il partage le goût d’un exotisme crypté avec Paradiso de Lezama Lima et rejoint par de nombreux aspects la Recherche de Proust… 








C’est l’œuvre d’un auteur anglais à la vie romanesque, tendue entre l’alcool, la littérature, l’amour et les voyages – une vie qui devient matière vive du roman, composé pendant des années, entre 26 ans et la fin de la trentaine, commencé en 1936 et publié en 1947. La somme finalement conçue ne compte que 12 chapitres, comme les douze heures de l’unique journée qu’elle déploie, ou les douze étapes d’un chemin de croix brutalement interrompu. Dans cette œuvre cryptée, dans laquelle chaque détail, chargé d’une valeur symbolique patiemment tissée de chapitre en chapitre, rejaillit sur l’ensemble, Lowry livre le roman ivre d’un Consul du fin fond du Mexique qui perd pied, de ses impossibles retrouvailles avec sa femme, et de son enfoncement progressif jusqu’au cœur du volcan qui le hante.







Au-dessous du volcan trace la trajectoire chaotique d’un Consul de Grande-Bretagne, Geoffrey Firmin, démis des fonctions diplomatiques qu’il exerçait à Quauhnahuac – aussitôt, s’impose le nom de cette ville du Sud du Mexique aux sonorités magiques, qui revient avec d’autres comme une formule incantatoire. Indépendamment de cette situation, autant que du départ de sa femme qui l’a quitté pour un autre, le Consul se noie dans l’alcool, sans jamais perdre le souci d’avoir l’attitude la plus « consulaire » possible, croyant sincèrement tromper son monde lorsqu’il dissimule des bouteilles ou boit en cachette. Cet être atypique est présenté le jour des morts, fête ambivalente au Mexique, qui célèbre la mort autant que la vie, la séparation d’avec les défunts autant que la renaissance, dans un carnaval baroque. Un jour de fête qui correspond précisément au retour de sa femme, Yvonne, un an après leur séparation, et au départ probablement définitif de son frère, Hugh. A trois, ils tentent – en vain – d’empêcher le naufrage qui menace, et s’enfoncent dans la jungle du Mexique, de cantina en cantina.



En préambule de cette dérive, le premier chapitre se présente comme une synthèse de ce qui va suivre. Un an après les faits, le jour des morts de l’année 1939, un bilan est dressé avant même qu’ils n’aient été appréhendés par le lecteur. Le modèle de la tragédie, dans laquelle tout est condamné d’avance, plane. Pour autant, les événements ne sont abordés que depuis le point de vue subjectif de l’amant avec qui a fui Yvonne, Jacques Laruelle ; un Français, un cinéaste, qui avait tout entrevu mais qui, comme tous les autres, n’a rien pu faire pour enrayer la machine infernale. Quoique proche des protagonistes du drame, Laruelle propose une perspective extérieure sur le couple et son satellite, Hugh, se postant comme premier témoin du drame. Ainsi, cette entrée en matière, comme l’ouverture d’un opéra, contient déjà tous les thèmes à venir, tous les motifs qui vont être déployés, et toutes les voix des personnages.


Par la suite, de chapitre en chapitre, de nouveaux points de vue, tout aussi subjectifs, sont déployés : celui d’Yvonne, celui du Consul, celui de Hugh, et à nouveau, celui du Consul, celui de Hugh, celui d’Yvonne, celui de Hugh, celui du Consul, celui d’Yvonne… etc. A partir de cette ronde, se dessine un parcours, rythmé à chaque chapitre par les heures du jour qui passent. La journée s’écoule ainsi, de la gueule de bois du matin à l’ébriété légère, jusqu’à l’ivresse profond de la nuit, qui finit de faire perdre tout repère. Cette progression se double de l’enfoncement dans les profondeurs du pays, de la rue au jardin, du jardin à la fête, de la fête à un village retiré, du village et de son arène à taureaux à la forêt, jusqu’au cœur du volcan. En réalité, il y en a deux, le Popocatepetl et l’Ixtaccihuatl – poésie des noms à nouveau –, mais le premier l’emporte, comme le Consul sur Yvonne dans l’attention qu’on lui prête, du fait de leur incapacité à former un couple à parts égales. A chaque pas, tous s’approchent un peu plus de ce volcan, ombre fantasmée, image paternelle si ce n’est divine, reflet de la conscience torturée du Consul, démon qui veille autant qu’il tente… Le rêve d’ascension d’origine se solde par une chute – mais pas même dans le cratère insondable, sinon dans un piètre ravin.






Au gré des perspectives de l’un ou de l’autre, les trajectoires de chacun sont retracées, au-delà du présent fatal qui s’écoule d’heure en heure. Jacques Laruelle, d’abord, livre des éléments sur l’enfance du Consul, orphelin né aux Indes recueilli en Angleterre dans une famille où les enfants boivent dès le plus jeune âge. Puis il rappelle la mission conradienne du Consul sur un bateau de l’Empire britannique, au cours de laquelle des prisonniers ont fini enfournés… fait indécidable mais dont le cauchemar semble peser sur la vie du Consul – s’il ne cherche pas là un prétexte pour boire plus intensément encore. Hugh quant à lui fait le récit de sa jeunesse en mer et ses rêves de voyage sans cesse déçus – comme le serait probablement son engagement en Espagne s’il répondait à l’appel incessant de la lointaine bataille de l’Ebre qui le hante. Yvonne, enfin, se rappelle ses premières apparitions à l’écran, son premier mariage, sa carrière avortée et l’enfant qu’elle a perdu. Plus proches dans le temps surgissent aussi des réminiscences de la séparation du Consul et d’Yvonne, et de l’année qu’ils ont passée loin l’un de l’autre. Le repentir d’Yvonne d’avoir abandonné le Consul, qui s’exprime par ses lettres d’amour désespérées, à la sincérité désarmante, bute face au silence infrangible du Consul, prisonnier de son ivresse, de sa culpabilité et des voix qui l’habitent. Quoique toujours à portée de main, de regard, de parole, la réconciliation est impossible.


A ces bribes du passé qui refont surface à la faveur de l’alcool, baignées de mélancolie, se mêlent en contrepoint le fantasme d’autres vies. Yvonne, surtout, nourrit l’espoir d’une vie nouvelle avec le Consul, qu’elle projette au Canada, dans une maison en bord de lac, où ils vivraient d’amour et d’eau fraîche, isolés du reste du monde, le Consul s’adonnant au projet d’écriture qu’il annonce depuis longtemps. La rêverie est entêtante, et chaque fois ravivée par des détails des lieux qu’ils traversent. Mais toute échappatoire est condamnée d’avance, les issues qui sont envisagées sont des leurres qui divertissent simplement de l’approche de la chute inévitable.



Par cercles concentriques, de plus en plus étroits, l’enfer de ces êtres se dévoile. Le monde est abordé à leur échelle d’individu, et s’appréhende comme un système de motifs étroitement tissés. De manière significative, le Consul pratique la lecture des signes cabalistiques et se passionne pour l’ésotérisme, tandis qu’Yvonne se prête à la cosmologie et à l’interprétation des mouvements des étoiles et des planètes. L’un comme l’autre, chacun à sa façon, cherche à lire son destin dans le réel, indéchiffrable en même temps que surchargé de symboles entre lesquels ils se déplacent. A chaque chapitre, un parcours, une promenade, une trajectoire structure leurs pensées, le plus souvent pris sur un axe vertical qui les tend entre le haut et le bas – et qui menace de chute. Mais où qu’ils prétendent aller et se perdent, le Consul est guidé par le souvenir de certaines cantinas avec la précision d’une boussole, dans lesquels il trouve des figures surréelles qui peuplent ses ivresses – des vieilles, des musiciens, des enfants…



Dans leurs déambulations, des éléments reviennent comme des mises en garde : l’affiche d’un film à chaque instant retrouvée, une roue de fête foraine, un cheval marqué du chiffre 7, des mains qui se rencontrent ou se ratent, des animaux… Dans d’autres motifs, plus souterrains, c’est l’histoire de l’humanité qui se rejoue. Le jardin du couple devient jardin d’Eden transformé en jungle après la chute, livré aux herbes folles, mais ici moins synonyme de liberté, d’émancipation à l’égard du Dieu créateur, que de désespoir. Ailleurs, c’est l’enfer et ses damnés qui s’inscrivent dans le réel, tentants ou effrayants selon l’humeur.


Dès les premiers verres d’alcool anisé de Jacques Laruelle, dans le premier chapitre, une poétique de l’ivresse se tisse, qui tente de reproduire les multiples troubles de la perception que l’alcool provoque. Des mots entêtants – les lettres d’Yvonne au Consul surtout – reviennent comme des refrains, des bouts de phrases sont lus et relus sans qu’ils réussissent à produire un sens, des documents s’imposent avec précision, des montages grotesques accolent des discours incohérents, des visions sont décrites avec précision avant d’être démenties, des éléments inanimés sont personnifiés… Dans ce monde au statut incertain, des formules magiques, telles que « mescal » ou « Ailas », ont le pouvoir de relancer l’ivresse, de lui donner un nouvel élan pour faire atteindre d’autres formes de lucidité. Car quelle que soit la volonté du Consul, il ne peut s’empêcher de boire ;non pas tant par faiblesse que par besoin, lorsque son corps tremble, lorsqu’il est frappé par un profond abattement quand l’alcool se dissipe. Ce qui le tue est aussi l’antidote dont il a besoin pour survivre, mais l’équilibre qu’impose un tel pharmakon (remède et poison) est impossible à trouver, et à tenir.


A mesure que le Consul s’enivre, le style devient donc de plus en plus heurté, les pensées sont court-circuitées, les constructions s’interrompent à force de tirets – le Consul perd le fil… Mais il n’est pas le seul, les choses étant constamment présentées depuis le chaos d’une âme perdue. Le temps est dilaté, dilué, l’espace perd sa cohérence, se disloque. La vérité, mais aussi la réalité, acquièrent ainsi un statut incertain, il devient difficile de se départir de la vision subjective des événements qui détermine chaque chapitre, aussi peu embrouillée par l’alcool soit-elle. Déterminés par la perspective des personnages, les faits sont mis sur le même plan que les sentiments ou impressions dans le flux de conscience qui s’écoule, et la limite entre les pensées et le discours se fait poreuse. Se dissolvent aussi les frontières qui distinguent l’individu du monde : des ondes, des liens, des fluides esquissent une continuité, les notes d’une harmonie extrêmement fragile.










Quoiqu’à chaque instant un espoir se présente, une issue semble possible, que le lecteur se laisse tromper par l’éventualité d’une vie autre, la fatalité s’abat sans ménagement, et la tragédie annoncée se déroule sans faillir à la prédiction. La machine infernale est imparable. Mais l’alcool en est moins la cause que le symptôme. Ce qui précipite le sort de ces êtres, c’est un insurmontable sentiment de culpabilité – de ne pas aller défendre la liberté en Espagne pour Hugh, d’avoir délaissé le Consul pour Yvonne… Quant au Consul, sa faute reste la plus insondable, énigmatique. Quelques hypothèses se présentent, mais l’origine importe moins que la fuite, l’oubli de soi conscient et recherché, la quête d’un châtiment à laquelle soumet la pulsion d’autodestruction. Pour ce nouvel Adam avide de savoir, pour ce Faust compromis avec le Mal, nul autre destin qu’une lente et prédictible descente aux enfers (catabase), qu’aucun amour, même le plus pur, le plus désespéré, ne peut conjurer. Cette « Divine Comédie ivre » comme la désigne Malcolm Lowry contient finalement la densité d’une vie, la totalité d’un monde fait de multiples obsessions, dont la force s’avère seulement dépassable par la création littéraire, qui transfigure et sublime le mal – pour un temps du moins.






















































La lecture serait-elle 
la variante moderne de la prière ? 

Elle remplace l'espace rituel par le volume et à travers les sentiers imprévisibles des mots agencés d'une certaine manière ouvre chez le lecteur un espace intérieur désormais menacé

Julia Kristeva 

































je suis amateur

d'

un mot bien vivant

qui fait des gambades joyeusement 


ENTHOUSIASME

ce très beau mot qui veut dire à l'origine


possession

par

un dieu

































il disait

je fis naguère
un voyage autour de la terre

assurément j'ai triomphé
d'aventures en quantité


































une prairie
une source fraîche
un arbre aux vertes feuillées
un doux rêve


*


en cheminant à l'air libre tu pourras voir
dans la nature
un livre à la gloire de Dieu
dans l'haleine même du vent il se déclare
hélas  si seulement on le comprenait mieux !

Nietzsche poème de jeunesse 1854- 1870



































Toutes les choses heureuses qui m’arrivent, 

je me dis que c’est lui qui me les envoie, parce qu’il ne me voulait que du bien. Chaque fois qu’il m’est arrivé quelque chose d’heureux de son vivant, ou qu’on lui faisait un compliment de moi, il était si content. Quand on a été puissant comme lui sur la terre, il est impossible qu’on ne le demeure pas après, et je suis sûre que même au delà il est avec moi. 

Céleste Albaret la muse de Proust






























Il remarqua pour la première fois des petits personnages en bleu, que le sable était rose, et enfin la précieuse matière du tout petit pan de mur jaune. Ses étourdissements augmentaient ; il attachait son regard, comme un enfant à un papillon jaune qu’il veut saisir, au précieux petit pan de mur. "C’est ainsi que j’aurais dû écrire", disait-il. Mes derniers livres sont trop secs, il aurait fallu passer plusieurs couches de couleur, rendre ma phrase en elle-même précieuse, comme ce petit pan de mur jaune. 

La Prisonnière, 
cinquième tome de La Recherche, 
Marcel Proust.
































une patte d'oiseau / une couleuvre / un lièvre
une femme / une assiette

un poème singulier / un peuple imaginaire
un paysage mental /  un monde

un pré - chemin vers


une proposition d’écriture 

Écrire un poème singulier  tout à la fois mythe de la puissance ancestrale du poème chronique d’un peuple imaginaire dont on ne précise ni le nom  ni le lieu  ni l’époque et description d’un paysage mental – celui-là même où toute pensée lève ses questions On ne s’empare pas de la puissance d’un tel monde  on en invente et en réfléchit l’état

Un pré - chemin vers

Yves di Manno

Flammarion

Collection Poésie

2004






*






parler ne sert à rien 

ils étendent les toiles

dessinent l’araignée

copient l’empreinte

d’

une patte d’oiseau 

dans l’herbe 

une couleuvre rampe

la flèche file à travers ciel

la main dépèce

un lièvre




une femme 

accroupie colorie 

une assiette


































le monde

est infini en son moindre

morceau 























pour 

un petit moment 

j'aime bien m'égarer


m'accroupir

en rêvant

dans

une noble montagne


































la plume gribouille 

suis-je condamné à gribouiller ?


certes

l'écriture manque de clarté

qu'importe ?

qui lit ce que j'écris ?
















ma vie

a accompli la moitié de son cours

l'aiguille avance

mon âme frémit

elle erre alentour

cherche sans rien trouver

que cherches-tu toujours ?

la raison de chercher

c'est ma quête pardi !



tout ce que je saisis devient lumière

charbon tout ce dont je me libère

flamme je suis assurément

avec M.N































demain samedi



oui

être intelligent

aigu

mûr


être 


un artiste

un penseur

un styliste 










mais 
ne l'être que jusqu'à 
un certain point
jamais trop








et de ce jamais trop
faire précisément 
une force

égale aux forces les plus concentrées
les plus puissantes





être libre

affranchi

mais cela aussi

l'être sans outrance

toute la difficulté est là


































moyen pour acquérir la gloire

s'engager avec

une certaine assurance

dans

un champ sombre et inconnu du savoir

là où

personne ne veut perdre 

sa peine à vous suivre

et raisonner  avec

une apparence conséquence









le soleil 

d'

une idée

peut le réchauffer

une journée entière
































en à  peine plus d'
un demi siècle

G.C.L
a eu le temps d'être

un bossu
un mathématicien
un professeur de physique
un amateur de pâté de lièvre
un adversaire de la physionomie
un solitaire
un alchimiste
un théoricien de la foudre
un mateur de jupon
un ami du roi George III d'Angleterre
un asthmatique
un défenseur de la raison
un hypocondriaque
un moribond









un auteur
de huit mille fragments
écrits à l'encre et à la plume d'oie

































































1/3 de lumière

je suis ici et j'ai accès ailleurs


2/3 de lumière

je suis ailleurs et j'ai accès ici


3/3 de lumière

je suis complètement ailleurs
































Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " (3x4) * & 12 14 24 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A.S. A1 A10 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB ABDL Aboulafia Abruzzo acronyme Actis Actualités ADBP Adorno ADR Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite AIR Air du temps Alain de Lille Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Aleph Alferi Alina Reyes Amande Anagrammes Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animal animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Appelfeld Approche APZ Arago Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD AS Ashbery Auxméry Avec Avent B B.Celerier Babel Bachmann Baigaitu Banal Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala BAZAR Beaufortain Beckett Benedetto Bénézet Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot Binet bio BioMobiles Biopsies Bishop BISSES1 Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blanqui Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bozier Bretagne Bribes Briciole Broodthaers Bryen BSRM Butor Byron C C.C C.F. C.Olson çacest café Camino Campo Cantos Capital Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier CCB CCEM CDN ce qui est Céline Celui Cendras cequej'aime Cerbelaud cercles Cerf Ceux Cézanne CH5 Champs chant1 Chants et Poésies Chappuis Char chartres Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations CL Claude Favre Claude Simon Climat Closky CMDOT Code Cole collages Collines Côme comme Compact compostelle Copier Corbeau Cortazar Cravan Creeley CSB Cummings cut Cut 1 CyT Dada Dans Danse Dao Dates DDLR de De Vries définitions Deleuze Delillo délires Démocrite Denis Roche Déplacement Derrida Des Déserts Désir Dextre DFRC Diable Dickinson Divers DMI Domerg Duchamp Duncan Duras Duvauroux Dworkin E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul EN encres et musique Encres et peintures EnSof EPE épiphanies EPLA ESE ESPA Espitallier essais Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. F.O faits FAJ Faune Fayçal Fengliu feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore FNAR Foligno Forest Foucault Fourcade Fractales Fragme Fragments France François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GDLMC GEGO genese Genji Gervais Gif Giffard Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize Glossaire GMH Gobenceaux Godard Goethe Gombrowicz Gongora Grâces Gramm gris Guesdon Guyau Guyotat GWFH H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Harms Hart Crane Hausmann Heaney Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Herta Müller Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Histoire HO Hocquard Hölderlin Houellebecq HR. Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. ici il Illuminations ILVLA ilya immédiatement imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Interrompre Irwin Ishihara isolato Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet jaime Jakobson Jardin JBE JCERDM JE JE & Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G K.K Kafka Kaplan Kapoor Kawara Kay Ryan KDCN Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts L'EI La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lagopède LALELES LAME Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin LBA LDB LDMC Le Clézio Le Livre Le poème LECDF LECLA Lectures Lee Ufan Leibniz Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lex1 lex2 lex3 lex5 lex8 Lexie LFDH lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes livrelit LJDP LLDO LLDP LLDQ LO LOAN LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LPDLE LSDS LSDV LSMT LTO Lune Lus & Mus LVMDE Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.S.M M.Trinité Ma Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Maïakovski Mains maintenant Mais Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manganelli Manifeste Manon Manzoni Map Marcheurs Marelle Martin Ziegler Marx Masao Yamamoto Matinaux Matsui Matta-Clarck Mauguin MBO MCH MDLF MDOU mémoire Memories Meraviglia Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro MFRC Michon micro microcosme Millet Mina Loy Miura ori MJNYCR Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 MPUSPM Murs et Fenêtres Muscle Musil Musique MWLG Nagori Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Neil Mills Nerval neuf Nice Niedecker Nietzsche Noguez Noir nOmbres Notes-Book Notes-Rapides Notifications Nouveautés Novae Novalis Novarina NP NPhS Nuages Nuits O.Pé objets Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot OM ON Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.A P.B.Shelley P.observatoire P.P. P48 Padirac Pages palimpseste Palmer Paolo Icaro PAR Paradis Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Passages Paul Celan Paul Valéry Paysages PDLC PDM Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases phusis Pi Pierres Pierrette Bloch Pin Pise Pizarnik Plagiat planètes Platon Pleynet Podiensis Points Politikos polygraphe pommes Ponge Pour praxis prénoms Prière Promenade Proust Psaumes PUB puiser Pyramides Qualia quelqu'un QuelqueChose Questions Qui Quignard Quotidien R.G.Lecomte R.M. R.M.I R.M.T. Rachi Rae Armantrout Range Raphoz Raven RBDBB RBLPDT RD Recettes Reclus Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Rêve Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières RLP Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rocamadour Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rosset Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie Saigyo Saliens Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sbrissa Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca SGM Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Sinclair singularité Situation Sivan six SJDC Ski soleil Solutré Sommeil Sonnets Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza spirale SPSLSA Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu sur Suso Swensen Synchronicité synonymes T T.A T.C T.S.Eliot Tabarini Takis Tanizaki TAOPY Tardy Tarkos TDQ TEL Temps Temps probable Tétralemme TEXTES Thalès Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TLP TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane Toujours TouT TP.BN Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva TT TU Tumulte Tweets Typoésie u.p.d.d.v UCDD ULDLLA Ulysse UMP UN UNM UPSA usura V.I. V.Kh V.P. VALC vazquez VDSJ VE Venet Venise Vents VERBES Verne Vert vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Viton vitraux VO Voies volcan Volut Vous Voyelles Vulcano W W.Benjamin W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens Walser WB WBY wcw webasso Webcams WGJ WilliamBlake Windows Wittig Wolfgang Laib Woolf Xardel Xénophon Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zéro Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog