samedi, juillet 11, 2020



Marcel Schwob 

enfant 
s’enfermait au grenier pour 
lire 

en 
mangeant 

un 
morceau 
de pain trempé 
dans 

un verre d’eau












Que de charmes aux enfances des 

aventuriers passifs

célébrés par Mac Orlan



je crois que je faisais pareil
la nuit
lorsque
sur la pointe des pieds
j’allais écouter dormir mes parents 
en collant mon oreille à la serrure de leur chambre
avant de monter jusqu’au palier 
des mansardes
un livre et une bougie dérobés 
à la main 

lire était l’activité clandestine 
et ténébreuse par 
excellence

elle l’est restée

Je levais 
les yeux et je voyais la lune 
apparaître entre deux nuages 
au coin de la lucarne. 

les rayons 
glissaient sur la page 
d’où semblaient s’élever comme 
un parfum les signes brouillés qui 
promettaient le bonheur et le mystère

aujourd’hui encore 
je ne peux me défendre de penser 
que je suis aussi l’auteur des livres que j’aime 



Le plus haut plaisir du lecteur 
comme de l’écrivain
est 

un plaisir d’hypocrite


avoue Schwob



Le vrai lecteur
construit presque autant que 
l’auteur 

seulement 

il 
bâtit 

entre 
les lignes



c’est cela
et je n’aurai rien bâti qu’entre les lignes 
ce qui me paraît 

une assez bonne façon de jouer à colin-maillard 
avec soi-même et avec 
le monde


un voyage en automne



































A section 12

L’amitié n’est pas si douce

Mais après soixante ans de

Lampes à incandescence

Le verre coule toujours comme du miel

Ou se pétrifie en forme de

Sucres d’orge que les enfants adorent

Du véritable verre

Pour ainsi dire

Qui fond dans la bouche

Comme sous la pluie 

Leur frimousse gelée

S’enflamme pour longtemps





L’ordre muet du monde

La mort façonne

Nos idées

on dirait un suc

Infime et virtuel

l’abeille butine et fertilise







Telles parcelles d’inventions

Oreille moisie as-tu des yeux

?


Ne parlez plus d’amour

La liesse des grands jours

Ne coule plus dans le sang

?



La bonté meurt

ça arrive 

Elle en a trop fait

L’amour donne sans compter

Il voit avec l’esprit

pas avec les yeux

il est aveugle

                                         


une voix

d’abord le corps

Parle de tous les amours

!


































explications


plutôt que           travail

utiliser le mot     composition

parce qu’il recouvre 

la fiction

la méthode 

et 

le résultat sonore


comment

expliquer aussi que les choses

se fassent avec

une aussi grande confiance









beaucoup de pensée

mais aussi

beaucoup d’imprévisibilité


je fais

mais je suis fait aussi


c’est-à-dire

que c’est la pratique rythmique

qui me fait découvrir

des idées

des grandes idées

des idées larges

qui me fait découvrir aussi

la réalité

la réalité scientifique des événements

de la matière

à quel point 

la science touche à la poésie

il faut vraiment

la pratique pour s’en apercevoir

le court-circuit est presque continuel



tout problème poétique

est

un problème de sciences naturelles

de physique

de chimie.


si vous faites

de la poésie et que vous restez honnête

vous ne pouvez pas vous écarter

de la réalité scientifique

des choses

de la science



tout

acte créateur engagé

devrait faire comprendre

tout


les

mots

lèvent

les pensées

comme les chiens lèvent

les lièvres

































Anton Voyl n’arrivait pas à dormir

il alluma

son Jaz marquait minuit vingt

il poussa 

un profond soupir








s'assit dans son lit
s’appuyant sur son polochon

il prit 
un roman

il l’ouvrit
il lut 
mais 
il n’y saisissait qu’
un imbroglio confus

il 
butait à tout instant 
sur 
un mot 
dont il ignorait la signification

il abandonna son roman sur son lit

il alla à son lavabo 

il 
mouilla 

un gant 

qu’il passa sur son front
sur son cou


son pouls battait trop fort

il avait chaud

il ouvrit son vasistas 
scruta la nuit

il faisait doux

Un bruit indistinct montait du faubourg

un carillon 
plus lourd 
qu’

un glas
plus sourd 
qu’

un tocsin
plus profond 
qu’

un bourdon

non loin
sonna trois coups 

du canal Saint-Martin

un clapotis 
plaintif signalait 

un chaland qui passait

sur 
l’abattant du 
vasistas 

un animal au thorax indigo 
à l’aiguillon safran

ni 
un cafard

ni
un charançon

mais plutôt 
un artison

s’avançait
traînant 

un brin d’alfa

il 
s’approcha, 
voulant l’aplatir 
d'

un coup vif


mais 
l’animal prit son vol
disparaissant dans la nuit avant qu’il ait pu 
l’assaillir

la disparition



































ceux 
qui aiment ardemment 
les livres 

constituent







sans qu’ils le sachent

la seule société secrète exceptionnellement

individualisée



la 
curiosité de tout 
et 

une dissociation 

sans âge les rassemblent 

sans qu’ils se rencontrent jamais





leurs choix 

ne correspondent pas à ceux des éditeurs

c’est-à-dire 

du marché


ni à ceux des professeurs

c’est-à-dire 

du code 



ni à ceux des historiens

c’est-à-dire 

du pouvoir




ils ne respectent pas le goût 

des autres

ils vont se loger plutôt 

dans 

les interstices et les replis

la solitude 

la retraite

les oublis

les confins du temps 

les mœurs passionnés

les zones d’ombre

les bois des cerfs 

les coupe-papier en ivoire.




ils 
forment à eux 
seuls 

une bibliothèque 

de vies brèves mais nombreuses

ils s’entre-lisent dans le silence

à la lueur 

des chandelles



dans le recoin de leurs bibliothèques tandis que la classe des guerriers s’entre-tue avec fracas sur les champs de bataille et que celle des marchands s’entre-dévore en criaillant dans la lumière tombant à plomb sur les places des bourgs ou sur la surface des écrans gris
rectangulaires et fascinants qui se sont substitués 
à ces places






























l’odeur de la première pluie nocturne

sous le ciel clair

saison ouverte

retour


dans la vie

il n’y a pas de retour
















beauté 

de ce rythme discordant 

sur le retour périodique des saisons

la progression des années 

qui colorent de façon toujours différente 

un thème semblable 



mesure
et invention
constance et découverte

le métier de vivre


l’âge est 

une accumulation 

de choses semblables 

que l’on enrichit et que l’on approfondit 

de plus en plus






qu’
est-ce que c’
est 

une grande lecture  

?

c'est 

une lecture 

qui ne tient compte 


ni 
de l’heure 
ni des saisons 
ni de rien que d’elle-même



elle est égoïste 

?

non 

elle est libre







































nous 
sommes vêtus de chair 
pour 

un temps

dans 

un coin

telle est la situation 





mais

nous avons la capacité d

envisager 

plus qu’il ne nous est donné 

de vivre

entre 

l’
expérience contingente 
d’

une heure 

et d’

un lieu 

et la notion 
des rapports les plus généraux


il y a place

peut-être
pour 

un registre intermédiaire 

où 
l’intelligible reste sensible 

et 
le sensible infusé d’intelligibilité

chaque 
particularité 
s’élève à l’ordre général 
et l’on perçoit au creux de chaque instant 
l’écho de la grande 
temporalité

c’est 

une contradiction 
dans 
les termes

un déni opposé à notre condition

c’est pourquoi 

il y a 
peu de chances 
que cela se produise


mais quand cela arrive

qu’on lit 

c’est à la réconciliation avec nous-mêmes

à la délivrance

à la joie 

que mène le fil ténu

tendu

éblouissant 

de la lisibilité





Haute tension





































si ma vie

pouvait 
se passer éternellement à 
la fenêtre

et si 

je pouvais  

rester 

ainsi
tel 

un panache de fumée immobile

et 

vivre




à jamais 

le même instant crépusculaire 

venant endolorir la courbe des collines… 


si 
seulement

je pouvais 

demeurer

ainsi

jusqu’au-delà de toujours ! 




si 
au moins

en deçà 
de cette impossibilité

je pouvais 

rester 

ainsi

sans 

commettre 

une seule action

ni 
permettre 

à mes lèvres pâlies 

de 
pécher 
d’

un seul mot !





vois 
comme tout s’assombrit… 

le calme 
positif du monde me remplit 
de fureur
d’

une sorte d’arrière-goût 
qui gâche la saveur 
du désir



mon âme 
me fait mal

un trait de fumée 

s’élève 
et se disperse
au loin



un ennui anxieux 

détourne mes pensées de toi

Fernando





que tout est donc superflu ! 

nous

le monde

et puis 

le mystère de l’un et de l’autre


de 

l'intranquillité

































Paterson


les livres 

me reposeront parfois

du grondement de l’eau

qui croule




et

s’élève pour crouler encore

emplissant

l’esprit de son reflet



l’été ! c’est l’été




le 

grondement

dans mon esprit

est

incessant






dans mon esprit monte

la senteur

peut-être

des fleurs

de chèvrefeuille

dont le parfum est lui-même

un vent qui souffle

entraînant mon esprit

































combien 

ce 
qui nous arrive est 
d

un seul tenant

combien 

chaque chose est liée

à
l’autre

et
s’engendre

et
grandit

et
se forme d’elle-même








il
nous arrive
de

reposer 
dans ce réseau

de
forces

et
d’influences



les étoiles se sentent en sécurité





la grande
solitude intérieure

aller
en soi-même

et

ne rencontrer 
pendant des heures personne


Alors 

on 
trace la route

on 
la vérifie par 
l’allant qu’elle imprime

en 
épouse 
la houle étirée

les bords

les herbes hautes

leur inclinaisons lentes

trois fois

elle semble finir 

replonge

en se soulevant légèrement




se
dégage à 
l’œil 

dans les cimes 

l’
entonnoir robuste 
d

un château d’eau


la découpe 
graphique de ses contours 
gris



partout autour

la liquidité des étendues planes

l’impression de dilatation que la perspective

enivre
































corps et biens 

les ténèbres

y mourir 

ô belle flammèche y mourir

voir 




















les nuages 

fondre 

comme la neige et l’écho

origines du soleil et du blanc 

pauvres comme Job

ne pas 
mourir 
encore 

voir durer l’ombre

naître 

avec le feu et ne pas

mourir

étreindre et embrasser 

amour fugace le ciel mat

gagner les hauteurs 

abandonner

le bord

qui sait
découvrir 

ce que j’aime

omettre de transmettre

mon nom aux années

rire 

aux heures orageuses 

dormir 

au 
pied 
d’

un pin

grâce 
aux étoiles semblables 
à 

un numéro

mourir 

ce que j’aime 

au bord des flammes






je suis 

plus heureux que la mousse

la mousse n’a pas de cheveux moi

j’ai 

une chevelure 

d’aube et de beurre frais

inutile de dire que les grenouilles 

s’en foutent








































Confucius admirait 

la cataracte de Liu-leang 

dont la chute mesurait trente toises et dont l’écume

s’étendait sur quarante stades





Dans cette écume 

ni tortue géante ni caïman  ni poisson

ni trionyx ne pouvaient 

s’ébattre


Soudain 

Confucius vit 

un vieil homme 

qui nageait dans les remous



Le prenant pour 

un désespéré 

il donna l’ordre à ses disciples de suivre 

la berge et de le retirer 

de l’eau


À 

quelques centaines de pas plus bas 

l’homme sortit 

de l’eau 

par ses propres moyens


Les cheveux 

épars et tout en chantant 

il se promena au bas du talus


Confucius 

l’ayant rejoint

lui dit : 


J’ai failli 
vous prendre pour un esprit 
mais je vois que vous êtes un homme

Permettez-moi 
de vous demander quelle est votre méthode 
pour pouvoir nager si aisément 
dans l’eau



Je n’ai pas 
de méthode spéciale

répondit l’homme 

J’ai débuté 
par accoutumance 

puis 
cela est devenu comme 
une nature 

puis 
comme mon destin 

Je descends 
avec les tourbillons et remonte 
avec les remous

J’obéis 
au mouvement de l’eau
non à ma propre 
volonté

C’est ainsi que j’arrive 
à nager si aisément dans l’eau

Que voulez-vous dire
demanda Confucius par les phrases suivantes 

j’ai débuté par accoutumance 

je me suis perfectionné naturellement 

cela m’est devenu aussi naturel que mon destin ?



Je suis 
né dans les collines
répondit-il

et 

j’ai vécu à l’aise 
c’est l’accoutumance  

j’ai grandi 
dans l’eau et je m’y trouve à l’aise
c’est la nature  

je nage 
ainsi sans savoir comment
c’est le destin

































l’orage a cessé

là-haut

immobile pour longtemps

je suis

le spectateur à l’œil froid



*



un souffle de vent 

un frisson










un câble d’acier
une miette
un fil d’herbe verte

regarde-le regarde mieux
voilà

un moteur

l’épuisement dure
ponctuel
opiniâtre

mais le merle

sautille lève la tête

s’envole












sauges
spirales orageuses couleurs
bataille

sauges
torses à l’image
du temps


herbe constrictive

qui donne 
une sensation douloureuse de resserrement 
maladies cardiaques
angoisse


les
tenailles très hautes gris
de Payne




feuilles
noir de Mars
au revers



adossé au monde

le Pavillon des livres est

un espace isolé et circonscrit 

mais qui n’entend pas se priver des pulsions

de l’existence


à sa porte

tombe toute rumeur

mais

il appelle

le même silence chuchotant

que le jardin

clos




































Suivre 

dispos et nonchalant 

les 
détours 
d’

un sentier 

et 
voir 
soudain 



une pousse d’orchidée 

sortir 

de terre


































Dans 
la haute antiquité il n’y avait ni prince 
ni sujets

On creusait des puits pour boire 
et l’on labourait la terre pour se nourrir

On réglait sa vie sur le soleil

On vivait dans l’insouciance 
sans jamais être importuné par le chagrin

Chacun 
se contentait de son lot
et personne ne cherchait à rivaliser
avec autrui ni à exercer 
de charges

De gloire et d’infamie point









Nuls sentiers ne balafraient les montagnes 

Ni barques ni ponts 
n’encombraient les cours d’eau

Les vallées ne communiquaient pas 
et personne ne songeait à s’emparer de territoires

Comme il n’existait pas 
de vastes rassemblements d’hommes 
la guerre était ignorée

On ne pillait pas les nids des oiseaux
on ne vidait pas les trous d’eau

Le phénix 
se posait dans la cour des maisons 
et les dragons s’ébattaient en troupeaux dans les parcs 
et les étangs

On pouvait marcher 
sur la queue des tigres et saisir 
dans ses mains 
des boas. 

Les mouettes 
ne s’envolaient pas 
quand on traversait les marais
lièvres et renards n’étaient pas saisis de frayeur 
quand on pénétrait 
dans les forêts

Le profit 
n’avait pas encore fait son apparition 

malheurs et troubles étaient inconnus 

Lances et boucliers 
étaient sans emploi et il n’y avait ni murailles 
ni fossés 

Les êtres 
s’ébattaient dans l’indistinction 
et s’oubliaient dans le Tao 

les maladies 
ne prélevaient pas leur lourd tribut sur les hommes
qui tous mourraient de vieillesse

Chacun gardait sa candeur native 
sans rouler dans son cœur de froids calculs

L’on bâfrait et l’on s’esclaffait 

On se tapait sur le ventre et on s’ébaudissait

La parole était franche et la conduite sans façons

Comment 
aurait-on songé à pressurer les humbles 
pour accaparer leurs biens et à instaurer des châtiments 
afin de les tomber sous le coup 
de la loi ?



Puis la décadence vint

On recourut à la ruse et à l’artifice 

Ce fut la ruine de la vertu

On instaura la hiérarchie

On compliqua tout avec les génuflexions rituelles

les salamalecs et les prescriptions somptuaires

Les hauts bonnets 
de cérémonies et les vêtements chamarrés apparurent 

On empila la terre et le bois 
en des tours qui percèrent la nue

On peinturlura en émeraude et en cinabre 
les poutres torsadées des palais

On arasa des montagnes 
pour dérober à la terre ses trésors

On plongea au fond des abysses
pour en ramener 
des perles

Les princes rassemblèrent 
des monceaux de jade sans réussir à satisfaire 
leurs caprices

ils se procurèrent des montagnes d’or 
sans parvenir à subvenir 
à leurs dépenses

Vautrés dans le luxe et la débauche 
ils outrageaient le fond 
primitif 

L’homme s’éloigne chaque jour d’avantage 
de ses origines et tourne le dos un peu plus à la simplicité 
première

Que 
le prince 
prise les sages, 
et le peuple cherche à se faire 
une vaine réputation 
de vertu

qu’il convoite les biens matériels 
et il favorise la rapine

Car dès lors que l’on fait miroiter des objets 
susceptibles d’attiser les convoitises 
on ruine l’authenticité que 
l’homme abrite en 
son sein

Pouvoir et profit ouvrent la voie 
à l’accaparement et à 
la spoliation

Bientôt l’on se met à fabriquer des armes tranchantes
déchaînant le goût de 
la conquête

On craint que les arcs ne soient pas assez puissants 
les cuirasses pas assez solides
les lances assez acérées
les boucliers assez 
épais


Mais 
sans guerre ni agressions 
tous ces engins de mort seraient bons à mettre 
au rebut




Si le jade blanc 
ne pouvait être brisé y aurait-il des tablettes 
de cérémonie ? 

Si le Tao n’avait pas périclité
aurait-on eu besoin de se raccrocher à la bonté 
et à la justice ?

C’est ainsi qu’il fut possible aux tyrans Kie et Tcheou et à leurs émules des faire griller leur prochain à petit feu  de mettre à mort ceux qui leur adressaient des remontrances  de couper en rondelles les princes feudataires de transformer en hachis les chefs territoriaux  de disséquer le cœur des sages et de scier les jambes de qui bon leur semblait 

ils se livrèrent aux pires excès de la barbarie
allant jusqu’à inventer le supplice 
de la poutre ardente

Si de tels individus étaient restés de simples particuliers  même dotés du plus mauvais fond et des désirs les plus monstrueux  jamais il ne leur aurait été loisible de se livrer à de telles exactions


Mais du fait qu’ils étaient princes  ils purent donner libre carrière à leurs appétits et lâcher la bride à leurs vices  si bien qu’ils mirent l’empire à feu et à sang

Ainsi l’institution des monarques est la cause de tous les maux

Comment agiter les bras quand ils sont pris dans les fers et faire preuve de résolution quand on se morfond dans la boue et la poussière ? 


Prétendre apporter la paix grâce aux rites et corriger les mœurs par les règlements  dans une société où le maître des hommes tremble et se tourmente en haut de son palais tandis qu’en bas le peuple se débat dans la misère  me semble aussi vain que de vouloir endiguer les eaux du déluge avec une poignée de terre et obstruer avec le doigt la source jaillissante et insondable d’où proviennent les océans.



Éloge de l’anarchie par deux excentriques chinois



































vendredi, juillet 10, 2020



consonne spirante 

consonne 
constrictive articulée au moyen 
d'

un rétrécissement 

du chenal expiratoire assez peu important

de sorte que l'air s'écoule

sans le bruit de friction

qui caractérise la production

des fricatives











le terme

de spirante est tout à fait général

celui de fricative

sans rien dire sur le degré

de fermeture

rappelle l'impression

de frottement produite par

le passage

de l'air



seul

un souffle 

est audible et constitue le critère

de classement

de ces réalisations phoniques


l'anglais connaît deux spirantes

apico-dentales

la sourde [θ] et la sonore [ð]

dans

les mots

three et then


































les heures du jour 

je ne les maîtrise pas bien

elles passent

elles tombent

elles vont

et 

vient la nuit

et

je suis 

dans la nuit insomniaque

je déambule à travers la maison








le cœur pesant

la tête lourde

et

je lutte contre la fatigue

les heures de la nuit

je ne les maîtrise pas bien

elles passent

elles vont

et

vient le jour

je n’ai pas assez dormi

ne me réveille pas

dors la moitié du jour

et

lutte contre le sommeil qui me tient

me retient

ma maison est trop encombrée

et ma tête aussi

le jour



j’aurai ma tête un peu désencombrée 

j’écrirai une longue lettre à Chen Fou

lui ferai le simple récit de ma vie fugitive

je suis sûr que je trouverai les mots

je lui dirai : 

je me suis promis de te faire une page

je te ramasserai en quelques phrases 

l’essentiel de ma vie 

mais pour le moment

ne m’en veux pas

ça ne va pas

aucun récit

ne sortira de ma paresseuse & sèche

plume

elle gratte le papier à vide

rien ne se passe le long de la page

c’est trop tard dans la nuit

ma tête est trop lourde

j’ai le vertige

je suis dans un profond désarroi

les heures du jour

je ne les maîtrise pas très bien

elles tombent

tombent

la nuit 

vient trop vite et ne m’accueille pas vraiment 

la nuit

pourrait être ma bulle de sécurité

tout est si étrange

si effrayant

je suis tout le temps angoissé

comme s’il y avait partout des menaces

un jour

Chen Fou

je trouverai les mots 

pour te faire le récit de ma vie fugitive

patiente un peu

un jour 

je te ferai une page qui te plaira 

feuille volante

lettre à Chen Fou

mai 1998


Lambert Schlechter

Le Ressac du temps 

Le Murmure du monde

V







































OÙ LE CERCLE COMMENCE



qui peut découvrir

où la rivière prend fin







qui sait où

cette rue mène

qui nous attend

à l’orée de la mort

étrange repère

que ce silence

 muré

dans le silence

du silence

qui sait où

le cercle commence




un chant hanté qui persiste 

un feu au cœur du vent    



*



je peux 

regarder sans rien dire

je peux 

bouger les yeux

je peux 

bouger toute la tête


je suis 

capable de comprendre 

et d’exécuter des ordres simples


je peux 

multiplier les exemples

je peux 

feindre l’ignorance de la langue

je suis 

remarquable par ma détermination à accomplir 

une tâche définie 



je peux

assembler 

une boîte en carton

je suis 

aussi rigoureuse que discrète 

mais

 je ne cherche 

qu’à détourner l’attention


je suis 

petite et infinie

je suis

soleil de plomb

je suis

dans le ciel des idées

je suis

quartier fantomatique

je suis

entre farce et drame

je suis

toujours et encore

je suis

bouchon au fil de la rivière

je suis

une vie insouciante

je suis

lune de miel

je suis

en toute discrétion


























     


nous avons beau enfler nos conceptions

au delà des espaces 

imaginables

nous n’enfantons que 

des atomes

au prix de la réalité 

des choses


c’est 

une sphère infinie 

dont le centre est partout

la circonférence 

nulle part





enfin 

c’est le plus grand 

caractère sensible de la toute-puissance 

de Dieu 

que notre imagination se perde 

dans cette pensée







je veux 

vous faire voir 

une chose infinie et indivisible 

c’est 

un point 

se 
mouvant partout 
d’

une vitesse infinie

car 

il est en tous lieux et est tout entier 

en chaque endroit



qui aurait trouvé 

le secret de se réjouir 

du bien sans se fâcher du mal contraire

aurait trouvé le point

c’est le mouvement perpétuel





une sphère infinie

une chose infinie et indivisible

un point

une vitesse infinie





























Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " (3x4) * & 111 12 14 24 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A A.a.H A.L. A.R7 A.S. A1 A10 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB ABDL Abécédaire Aboulafia Abréviations Abrüpt Abruzzo acronyme Actis Actualités ADBP Adorno ADR Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite AIR Air du temps Alain de Lille Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Aleph Alferi Alina Reyes ALTH AM Amande Anagrammes Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animal animation Annick Ranvier Annonciations Anthologie Antin David AP Aphaïa Appelfeld Approche APUMM APZ Arago Aram Saroyan Arbres Aristote Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD AS ASDMI Ashbery Astrologie Atlantide Auxméry AVB Avec Avent AW B B.Celerier Babel Bachmann Baies Baigaitu BAM Banal Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala BAZAR Beaufortain Beckett Beckford Benedetto Bénézet Benveniste Bergounioux Bernstein Bhattacharya Bibliothèques Bimot Binet bio BioMobiles Biopsies Bishop BISSES1 Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blanqui Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner Bohm boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bouthonnier Bozier Brautigan Bretagne Bribes Briciole Broodthaers Bryen BSRM Butor Byron C C.C C.E.T C.F. C.Olson çacest café Camino Campo Cantos Capital Capricorne Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Carver Casas cavernes Cazier CCB CCEM CDLRP CDN ce qui est ceci cela Céline Celui Cendras cequej'aime Cerbelaud cercles Cerf Ceux Cézanne CGJ CH5 Champs chant1 Chants et Poésies Chappuis Char chartres Chartreuse Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations CL Claude Favre Claude Simon Climat Closky CMDOT Code Cole collages Collines Côme comme comment Compact compostelle conversation Copier Corbeau Cortazar couleur covid Cravan Creeley CSB Cummings cut Cut 1 CV CyT Dada DALA Dans Danse Dao Dates DDLR de De Vries définitions DEGAULLE Deleuze Delillo délires Démocrite Denis Roche Déplacement Dérive Derrida Des Déserts Désir Détournement Dextre DFRC Diable Dickinson Dillard Divers DMI Domerg Duchamp Duncan Duras Durer Duvauroux DVDC Dworkin E E.C E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures EDG EDLCDS EDLF Edmond Jabès elle ELLEDIT Elles Ellul EN ENCORE encres et musique Encres et peintures EnSof Entre EPE épiphanies EPLA ESE ESPA Espace Espitallier essais été Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F F.A. F.O Fable faits FAJ Faune Fayçal Fengliu feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore FNAR Foligno Forest Foucault Fourcade FQPCC Fractales Fragme Fragments France François Cheng Frappat Fugue Fuji G.C.L. G.Luca G.R.I Gary Snyder GB GDLMC GDT GEGO genese Genji géométrie Géopoésie Gervais Gif Giffard Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize Glossaire GMH Gobenceaux Godard Goethe Gombrowicz Gongora Grâces Gramm gris Guesdon Guy Debord Guyau Guyotat GWFH H H.D. H.P Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Harms Hart Crane Hausmann Heaney Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Herta Müller Hésiode Hesse Heures hexagrammes HFSR HHPC Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Histoire HN HO Hocquard Hölderlin homonymies Houellebecq HR. HRC Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. ici IDLR il Illuminations illuminer illuminisme ILVLA ilya immédiatement impératif imperceptible Impresses Index individu Infini Infinitif initiales inquiétude Insectes installation Internet Interrompre Irwin Ishihara Isis isolato Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet jaime Jakobson Jardin JBE JCERDM JDLF JE JE & Jean jean Daive Jean Michel Lou Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G K.K Kafka Kaplan Kapoor Kathleen Raine Katué Kawara Kay Ryan KDCN KDICK Kenneth White Kerouac Khazar Khlebnikov Kiarostami KK Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts L'EI La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs LADR Laforgue Lagopède LALELES Lamantin LAME Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin LBA LCDP LCR LDB LDMC LDS Le Clézio Le Livre Le poème LECDF LECLA Lectures LEE Lee Ufan Leibniz Leibovici Leili Anvar lensball lepoète Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lev Rubinstein Lex1 lex2 lex3 lex5 lex7 lex8 Lexie LFDH LFMR LGD LGTDLP LHDD lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées LIQV listes livrelit LJDP LLDME LLDO LLDP LLDQ LMDLE LMV LO LOAN LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LPC LPDLE LPI LRDT LSDA LSDS LSDV LSMT LTO Lune Lus & Mus LV; LVMDE Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.S.M M.Trinité Ma Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Maïakovski Mains maintenant Mais Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manganelli Manifeste Manon mantra Manzoni Map Marchand Marcheurs Marelle Martin Ziegler Marx Masao Yamamoto masque Massera Matinaux Matsui Matta-Clarck Mauguin MBO MCH MDC MDLF MDOU Mécanisme Méditations mémoire Memories Menus Meraviglia Merci Mercure Merton Thomas messages Métaphysique Métis Metro MFRC Michon micro microcosme Millet Mina Loy Miura ori MJNYCR Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 MPUSPM MTAS Murphy Murs et Fenêtres Muscle Musil Musique MWLG Mystères MZD N Nagori Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman NDBDP Neiges Neil Mills Nerval neuf Nice Niedecker Nietzsche NLJNLH noeuds Noguez Noir nOmbres Norge Notes-Book Notes-Rapides Notifications NOUS Nouveautés Novae Novalis Novarina NP NPhS Nuages Nuits O.Pé objets Objets d'Amérique Octaèdre ODSI œil Olivier Cadiot OM ON Opalka Oph. Oppen OR Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet OSMH P.A P.B.Shelley P.observatoire P.P. P48 Padirac Pages palimpseste Palmer Paolo Icaro papier PAR Para Paradis Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Passages Paul Celan Paul Valéry Paysages PDLC PDM Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance permaculture Pessoa Peuchmard peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes PHPN Phrases phusis Pi Pierres Pierrette Bloch Pin Pise Pizarnik Plagiat planètes Plankl Platon Pleynet PNSLTS Podiensis poésie Poignant Poindron Points Politikos polygraphe pommes Ponge Pour praxis prénoms prépositions presque Prière Promenade Proust PRYNNE Psaumes ptyx PUB puiser puissance Pyramides Qualia quand Quatrebarbes quelqu'un QuelqueChose Questions Qui Quignard Quotidien R.G.Lecomte R.M. R.M.I R.M.T. Rachi Rae Armantrout Range Raphoz Raven RBDBB RBLPDT RCLSDF RD RDLB Recettes Reclus Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Rêve Revenir Reverdy Révillon Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières RLP Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rocamadour Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rosset Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ruyer Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie sable Saigyo Saliens SALXI Sam Francis Samivel Sangral sans Sans Titre Santoka Sappho Sator Saturne Savelli Savitzkaya SBL1 Sbrissa Schlechter Sculptures Sculptures Photographies L.A. SDM Sel selon SELP Seneca SGM Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos SILENCE Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Sinclair singularité Situation Sivan six SJDC Ski soleil Solutré Sommeil Sonnets Sons Sor Juana Sôseki Soto Soufre Soulages Souligne Sous le Pas SP SPHS SPiced Spinoza spirale SPRCGB SPSLSA Squires Stéfan Stein steppe Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu sur Suso Swensen Synchronicité synonymes Synopsis T T.A T.C T.S.Eliot Tabarini Takis Tanizaki TAOPY Tardy Tarkos TDQ TEL Temps Temps probable Tétralemme TEXTES Thalès Thé Théorie Tholomé timbres TINTIN Tissu Titres TLP TN Tocqueville Todtnauberg tomates TOPOS Toscane Toujours TouT TP.BN Traces Traduire Trains TRICTRAC Triste époque Tsvetaeva TT TU Tumulte Tweets Typoésie u.p.d.d.v UCDD ULDLLA Ulysse UMP UN UNM UPSA usura V V.I. V.Kh V.P. VALC Valet vazquez VDSJ VE Venet Venise Vents VERBES Verne verre Vert vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Viton vitraux VO voici Voies voilà voix volcan Volut Von Aesch Vous Voyelles Vulcano W W.Benjamin W.I.P. Wable Wagô Wajcman Waldman Waldrop Wallace Stevens Walser WB WBY wcw webasso Webcams WGJ WilliamBlake Windows Wittig Wolfgang Laib Woolf Xardel Xénophon Xu Xiake Y.B YDM YOGA Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zéro Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog