dimanche, mai 31, 2020







ce que tout pêcheur doit savoir


les règles de base

tout 
pêcheur 
en action de pêche 
doit être en possession de sa carte de pêche
pour justifier de sa qualité 
de membre 
d’

une 
AAPPMA 




elle 
doit être revêtue 
d’

un timbre CPMA

d’

une photographie et doit être signée


le domaine public français est accessible avec 

une ligne banale à tout porteur d’
une carte de pêche d’AAPPMA munie d’
un timbre CPMA

un pêcheur ne doit pas être en action de pêche plus d’une demi-heure avant le lever et une demi-heure après le coucher légal du soleil heures solaires Chambéry sauf parcours carpe de nuit


un pêcheur 
doit rester à proximité immédiate 
de ses cannes

la pêche à l’asticot ou avec toute autre larve de diptère 
n’est autorisée qu’en deuxième 
catégorie

les poissons 
doivent être conservés entiers et mesurables du bout du museau 
jusqu’à la queue déployée

dans les plans d’eau et cours d’eau de deuxième catégorie  
la pêche est ouverte toute l’année  mais 
des fermetures spécifiques par espèces 
demeurent

sur les cours d’eau 
limitrophes entre départements
la réglementation la moins restrictive s’applique



les interdictions

il est interdit 
de commercialiser ses captures

il est interdit 
de harponner le poisson 
même à l’aide de leurres naturels ou artificiels

les trimmers
nasses filets armes à feu 
ou fusils de plongée sont des engins prohibés

il est interdit 
d’utiliser comme appât ou amorce 
des œufs de poissons frais
en conserve ou artificiels
même mélangés 
à 

une composition d’appâts


il est interdit 
d’utiliser comme appât des espèces qui font l’objet d’une taille réglementaire protégées susceptibles de créer des déséquilibres biologiques ou non représentées


la pêche est interdite 
dans les retenues mises au fil de l’eau et 
dans les passes à poissons

pendant la période de fermeture du brochet  les pêches au vif au poisson mort ou artificiel et autres leurres susceptibles de capturer ce poisson de manière non accidentelle sont interdites dans les eaux de deuxième  catégorie

le transport 
de carpes vivantes de plus de 60 cm 
est interdit



les règles de la pêche en Savoie


les modes de pêche autorisés sont 

pêche à la ligne 

au coup  
à la mouche ou au lancer

à la traîne 

uniquement 
sur les lacs du 
Bourget et d’Aiguebelette

à l’écrevisse 

américaines uniquement 

aux fagots max. 6 unités

ou

à la balance 
max. 6 unités diam. 30 cm maille 10 mm


la carafe à vairon 
n’est autorisée qu’en deuxième catégorie


l’asticot 
est autorisé 
comme esches dans le lac du Bourget 
première catégorie
mais pas en amorçage


dans 
les lacs 
situés à plus de 1000 m 
d’altitude  la pêche en barque 
ou à partir de tout autre moyen ou engin flottant 
est interdite


le float tube 
est autorisé uniquement 
sur les plans d'eau suivant 

Bourget
Aiguebelette
Chevelu et Ste-Hélène-du-lac


dans la zone du cœur 
du Parc National de la Vanoise 

pêche sans ardillon 

pêche à l'aide de poissons 
vifs ou morts 
interdite

sur le Guiers 
Guiers Vif et Mort inclus

la pêche 
est interdite sur une distance de 25 m à l’aval 
des passes à poissons



































31 MAI  DUCASSE

on ne rêve que lorsque l’on dort

ce sont des mots comme celui de rêve néant de la vie passage terrestre  la préposition peut-être  le trépied désordonné  qui ont infiltré dans vos âmes cette poésie moite des langueurs pareille à de la pourriture 

passer des mots aux idées

il n’y a qu’un pas

les perturbations
les anxiétés
les dépravations
la mort

les exceptions dans l’ordre physique ou moral










l’esprit de négation
les abrutissements
les hallucinations servies par la volonté
les tourments
la destruction
les renversements
les larmes
les insatiabilités
les asservissements
les imaginations creusantes
les romans
ce qui est inattendu
ce qu’il ne faut pas faire

les singularités chimiques
de vautour mystérieux qui guette 
la charogne de quelque illusion morte



les expériences
précoces et avortées

les obscurités
à carapace de punaise

la monomanie terrible de l’orgueil

l’inoculation
des stupeurs profondes

les oraisons funèbres

les envies
les trahisons
les tyrannies
les impiétés,
les irritations
les acrimonies
les incartades agressives
la démence
le spleen

les épouvantements raisonnés

les inquiétudes étranges
que le lecteur préférerait ne pas éprouver



les grimaces
les névroses

les filières sanglantes 
par lesquelles on fait passer la logique 
aux abois


les exagérations
l’absence de sincérité
les scies
les platitudes
le sombre
le lugubre

les enfantements pires que les meurtres 

les passions
le clan des romanciers de cours d’assises 
les tragédies
les odes
les mélodrames
les extrêmes présentés à perpétuité

la raison impunément sifflée
les odeurs de poule mouillée

les affadissements
les grenouilles
les poulpes
les requins
le simoun des déserts

ce qui est somnambule

louche
nocturne
somnifère
noctambule
visqueux
phoque parlant
équivoque
poitrinaire
spasmodique
aphrodisiaque
anémique
borgne
hermaphrodite
bâtard
albinos
pédéraste

phénomène d’aquarium et femme à barbe 

les heures soûles 
du découragement taciturne

les fantaisies
les âcretés
les monstres
les syllogismes démoralisateurs 
les ordures

ce qui ne réfléchit pas comme l’enfant 

la désolation
ce mancenillier intellectuel

les chancres parfumés
les cuisses aux camélias

la culpabilité d’un écrivain 
qui roule sur la pente du néant 
et se méprise lui-même avec des cris joyeux

les remords
les hypocrisies

les perspectives vagues 
qui vous broient dans leurs engrenages 
imperceptibles

les crachats sérieux sur les axiômes sacrés 

la vermine et ses chatouillements insinuants

les préfaces insensées
comme celles 
de Cromwell  de Mlle de Maupin et de 
Dumas fils

les caducités
les impuissances
les blasphèmes
les asphyxies
les étouffements

les rages
devant ces charniers immondes 
que je rougis de nommer

il est temps de réagir enfin 
contre ce qui nous choque et nous courbe 
si souverainement



Isidore Ducasse Poésies I


































une langue d'étoile à étoile

une langue raison

une langue légion

une langue arrivée de toujours

une langue de richesses inouïes

une langue dieu dans les langues

une langue vieille d'ivresse sainte

une langue feu ou à sable

une pentecôte et une à litote











une langue plaisir et une à gémir

une langue beau temps mauvais temps

une langue pour tous les temps


une langue dans l'affection et le bruits neufs

une langue côté jardin

une langue heurtée par des tourbillons de lumière

une langue d'or et d'argent


une langue d'encre de chine

une langue qui ouvre des brèches opéradiques

une langue verte et bleue

une langue qui disperse les limites du foyer


une langue qui embrasse l'aube d'été

une langue intense et rapide

une langue troublée par la naissance éternelle de Vénus

une langue de perles et de conques précieuses

une langue blanche tombant d'un ciel gris de cristal







une langue 
légère comme une plume
appartenant à la dimension de l'ailleurs


j'ai vu
dans l’entrebâillement 
des égarés célestes la porte secrète 
où se fabriquent  les mystères de la vie


je vous invite 
à franchir les limites de l'ailleurs

































Trans  forme Les Illuminations 



Éprouve leur foisonnement

et leurs paroles ne cesseront d’apparaître…



31052020 = 13 = 4

une lettre et trois mots



c'
est 
un ennui

!





































celui 

qui plane sur les plus hautes

montagnes

se rit de toutes les tragédies de la scène

et de la vie



courageux

insoucieux

moqueur  violent

ainsi nous veut la sagesse

elle est femme

et ne peut aimer qu’un guerrier







vous me dites

la vie est dure à porter

mais pourquoi

auriez-vous le matin votre fierté et le soir

votre soumission

?

































Nouvelle pataphysique des gestes-barrières


LES GESTES-BARRIÈRES 

DE LA FRANCE EN PASTILLE ROUGE

ÉDICTÉS PAR LE ROI DES 

FRANÇONS



Se moucher 

mais du pied et uniquement avec des pieds en papier 
ou à usage unique.

Tousser 

dans son omoplate et ne pratiquer la sternutation que vers l’intérieur. 

Sachant qu’il ne faut éternuer qu’à l’envers, et que les « oatchoum ! » seront punis d’une amende de plusieurs jours d’euros, l’on s’efforcera de sternuter en verlan et avec clarté en faisant entendre « mouchetoa ! » à tout agent assermenté susceptible de contrôler la qualité de vos végétations.







Ne pas se saluer

ne pas se serrer la main mais sans se cracher à la gueule. 

Dans toute bagarre sachez garder vos distances. 

Tout corps-à-corps qui ne respectera pas la distance réglementaire de deux mètres sera sévèrement châtié par un confinement de 5 ans dans le même pays qu’un escadron de ministresses en marche et en moche.

Ne bougez pas

ne sortez pas, et surtout ne sortez pas pour aller chez vous car vous risqueriez de vous y trouver, et il n’y a pas assez de gel hydroéthylique pour vous désinfecter de vous-même.

Se laver les mains 

et, avant de se laver les mains, 
laver la main avec laquelle on se lave les mains. 

Après quoi, une fois toutes ces mains lavées, les passer à l’alcool hydro-alcoolique et laver cet alcool hydro-alcoolique avec quoi vous les avez lavées, puis laver à l’alcool hydro-alcoolique la main qui a tenu le flacon d’alcool hydro-alcoolique. 

Se laver alors les mains avec lesquelles on s’est lavé les mains, afin des pouvoir les relaver enfin à l’eau chaude (le Directeur Général de la Santé insiste sur la nécessité de l’eau chaude quod erat inveniendum).

Il faudra procéder dans l’ordre et recommencer toutes les demi-heures de sorte à se laver les mains au moins une demi-heure toutes les dix minutes, et à accéder ainsi au désir de l’État. 

Car là où il y a de l’hygiène il y a du plaisir.

Le non-respect de ce règlement entraînera sa reconduction indéfinie.

Au contraire :

le respect de ses règles témoignera de la joie de les voir reconduites, et, le gouvernement étant là pour satisfaire au bonheur du peuple, cette joie ne sera pas contrariée.

Par délégation, pour le Présideux des Françons,

après lecture du Premier Sinistre et publication au Journal Orificiel,

le 25e de ventôse An CCXXVIII

Maxence Caron

































31 MAI  ARTAUD



voici 
la fin de la Lettre au Législateur 
qu’Antonin Artaud écrivit dans les années vingt  
reprise dans 

L’Ombilic des limbes 

1925



Toute 
la science hasardeuse des hommes 
n’est pas supérieure à la connaissance immédiate 
que je puis avoir de mon être

Je suis 
seul juge de ce qui est en moi















Rentrez dans vos greniers
médicales punaises 
et toi aussi
Monsieur le Législateur Moutonnier
ce n’est pas par amour des hommes que tu délires
c’est par tradition d’imbécillité

Ton 
ignorance 
de ce que c’est qu’
un homme 
n’a d’égale que ta sottise 
à le limiter 

Je te souhaite 
que ta loi retombe sur ton père 
ta mère
ta femme
tes enfants
et toute ta postérité

Et maintenant avale ta loi




je 
ne peux 
pas tout citer car 
je me méfie des algorithmes 
mais toute ressemblance avec l’actualité 
serait purement 
fortuite































samedi, mai 30, 2020




fin mai

je remplace 

la mélancolie par le courage



le 
doute 
par 

la certitude

le 
désespoir 
par 

l’espoir








la 
méchanceté 
par 

le bien

les 
plaintes 
par 

le devoir

le 
scepticisme 
par 

la foi

les 
sophismes 
par 

la froideur du calme

et 
l’orgueil 
par 

la modestie


































déplacement rapide

MAI NOVALIS

vous
avez vécu

deux mois dans
un monde de fantômes grimaçants 
télé

vous
ouvrez un livre

vous
tombez

sur des phrases du poète allemand

Novalis 

:









les maladies 
sont à considérer comme des démences corporelles
et certes pour une bonne part comme 
des idées fixes



seule 
la faiblesse de nos organes et de notre contact 
avec nous-mêmes nous empêche 
de nous apercevoir dans 
un monde de fées



ou encore 

l’homme 
parfaitement lucide s’appelle 
le voyant 

toutes les limites qui existent 
c’est seulement pour qu’elles soient franchies
et ainsi de suite



ou encore 


le voyant est extralucide


l’humanité ? 

un rôle humoristique



Novalis 

est né en 1772 et mort en 1801

c’est un contemporain de Hölderlin 

il a écrit des choses comme ça

75 ans avant Rimbaud

































TEMPS  Zeit


2.0121
2.0251

6.3611
6.3751
6.4312



nous 
ne pouvons absolument 
nous figurer

des objets 
temporels en dehors 
du temps


l'espace le temps et la couleur  la capacité d'être coloré sont
des formes des objets 

*



le temps 



une nuée de poudre

un éclair pourpre griffant l'horizon

un feu de l'aube

un rêve de sable

un étang bleu 

un imaginaire dépourvu de racines

un labyrinthe kafkaïen 

un géranium blanc dans le soir tombant

un bain de lumière

un désert vertigineux

une joie inédite pour les jours suivants

une beauté somptueuse à la voix d'été


*

tout le temps en contre-temps et 

j'adore ça 

la voie 

suivie sous la nuée enrichie 

du printemps


































une tache

dans le champ visuel

n'a certes pas besoin d'être rouge

mais elle doit avoir

une couleur


elle porte 
pour ainsi dire
autour d'elle l'espace 
des couleurs

le son
doit avoir
une hauteur

l'objet du tact
une durée

etc





2.0131



une tache
une couleur
une hauteur
une durée






























une matinée couverte en mai

pas de comparaison

ici 
et maintenant plantons le 
décor


dans le clair déluge qui sourd des prés

la dimension 
visible des silences s'entend 















qui 
comprendra 
pourquoi 
deux amants 
qui s'idolâtraient 
la veille
pour 
un mot 
mal interprété
s'écartent 
l'un vers l'orient
l'autre vers l'occident
avec
les aiguillons 
de la haine
de la vengeance 
de l'amour et 
du remords
et ne se revoient plus
chacun drapé dans sa fierté
solitaire



je frissonne 
à la fois de bonheur et de froid en écoutant 
tout en écrivant

































Beau  le  das Schöne

4.003

Bien  le  das Gute

4.003


*



le Bien 
est-il plus ou moins identique que 
le Beau


ce n'est pas merveille
si les problèmes les plus profonds
ne sont à proprement parler pas des problèmes






le bien 
est-il plus ou moins identique que 
le rien


BIEN =  2 X 1
































la vie est dure à porter

mais n’ayez donc pas l’air si tendre !

nous sommes tous des ânes et des ânesses

chargés de fardeaux



qu’avons-nous de commun

avec le bouton de rose qui tremble

puisqu’

une goutte de rosée 

l’oppresse
















il est vrai que nous aimons

la vie

mais ce n’est pas parce que nous sommes habitués

à la vie

mais à l’amour

































vendredi, mai 29, 2020



je me cache
dans un coin de la chambre

je plonge dans le noir

je manipule 
le chiffon humide sur ma figure

j'ai décidé 
de prendre les événements en main

je contemple
les trous noirs que j’ai à la place des yeux

j'ignore 
l'origine du big bang  cellulaire 

je savoure
derrière mes paupières closes

un comique 
délirant de pleins et de vide






je voyage 
dans un pays imaginaire 
dessiné dans l'infini oblique des espaces 
convergents

j’écoute 
sans surprise 
une voix qui est sa voix d’enfant

je me reflète
en dehors de la réalité

je saisis
ce masque répugnant du sérieux

je me retrouve 
blotti dans une tête sans étagères

je fuis
tous les miroirs de la maison

je décèle
sur le visage comme 
un oubli


je me fabrique
un cerveau lent pour ralentir
la cadence infernale

































déictique monstrative indexicale 

le montage 
montre les choses 
qu’il rassemble et qu’il cite à comparaître

herméneutique 

le montage  propose 
une interprétation des relations
entre fragments assemblés

poétique 

il produit et fait advenir 
de nouvelles significations
ainsi que de nouvelles configurations de savoir

politique 

il a 
une fonction démythologisante qui est 
une critique du présent
et doit se réinscrire dans l’espace public de ce
même présent avec 
un souci d’efficacité pragmatique





le montage est d’abord 
un démontage
une analyse du statut
précis des textes décomposées. 

il articule 
un moment
analytique de démembrement 
et de fragmentation non organique,
et 

un moment 
synthétique de re-disposition 

il y aurait comme
une trajectoire initiatique 
du sens dans l’opération de montage, 
où la confrontation articulée de deux ou de plusieurs 
fragments élémentaires produit 
in fine après 

un processus d’analyse puis de synthèse
une tierce image
une sorte de synthèse critique 
mettant en crise ses éléments qui propose 
une réfection 
des vérités communes et de
leur soubassement idéologique





le 
bulldozer 
d’

une logique 
fausse aplatit

le vif 
qu’ouvre 

un 
affect 
plus rapide


déraille 
déconne pouffe crache 
fulmine produits de l’incongruité

trop vraies
au bord de la pensée




































et j'assiste à des expositions de peinture

et des exterminations conséquentes

et parmi tels événements qu'il faille se rendre



de mettre
en œuvre leurs brillantes facultés



la joie 
du travail nouveau
sous 

une 
brise épaisse






































Où est l'arbre

?

Pourquoi le rouge

?

Où est le centre

?

A quoi sert le noir

?

A quoi sert le blanc

?









échantillon et réinscription collagiste

du Signifiant esthétique

Interface  s complexe  s

le collage comme retraitement de médiations

collage négativité ultra-allégorie

le collage comme critique  épochale 

le collage  forme nécessaire mais insuffisante

aporie de l’art moderne

l’impossible synthèse entre le Tout et la partie

critique du montage

collage et intention allégorique radicale

collage dada et allégorie baroque

image du monde et image précaire







que peut être 
une fausse
page

le 
contenu 
d’

une fausse page
donc
?

un faux texte ? 

que serait alors
un faux
texte 

?




en 
fait
d’

un point de vue
technique

on fait 
DU faux texte

Un
non-texte 
incompréhensible



Épochè est 

un mot 

arrêt
interruption
cessation 

en philosophie

la suspension du jugement

la suspension 
est l'état de la pensée où nous ne nions ni n'affirmons 
rien 

quiétude arrepsia

c'est la tranquillité et la sérénité de l'âme 




pour 
les psychanalystes
l'épochè 
est la suspension 
de tout jugement de réalité
dans le but de permettre 
de naviguer dans l'univers 
des fantasmes 
et de l'inconscient 
de l'analysant




*


6.522

il y a 

assurément de l'indicible

il se montre

c'est le Mystique
























25

James Wright

traduit par Sabine Huynh

Frédéric Forte


*







une 
bénédiction

par peur des récoltes

un 
message
caché dans
une bouteille de vin vide
que j'ai jetée 
dans

une combe d'érables 
une nuit
à

une heure indue



deux chevaux jouant dans le verger




questions obliques



Comment le temps s'écoule-t-il

?

A quoi servent les vides

?

A quoi penses-tu vraiment

?

Que vas-tu oublier en premier

?

Que voudrais-tu déplacer très légèrement



































mercredi, mai 27, 2020


c’est

une peinture chinoise 

dont le titre est le passage des cavaliers dans la plaine

que voit-on sur cette peinture.

uniquement des papillons qui voltigent....


les 
cavaliers 
sont passés dans la plaine 
et ont soulevé le pollen des fleurs
alors les papillons viennent 
butiner



l’artiste

chinois n’a représenté que les papillons

fécondité

de l’allusif et de l’évasif
































oh ! mes amis !

mon cœur   c'est sûr

ils sont des frères


quand nous sommes très forts

qui recule ?

très gais



ignorants pour la science

roués pour le confort.

quand le monde sera réduit en un seul bois noir



j'ai tendu des cordes de clocher à clocher






































l'oiseau tombe à terre

il a 
en quelque sorte raison contre 
Dieu

le lis se fane

il a 
en quelque sorte raison contre 
Dieu



il n’y a que l’homme qui ait tort 

à lui seul a été réservé ce qui a été refusé 

à toute autre chose 

avoir 
tort contre 
Dieu







le collage est-il 
un dispositif citationnel

échantillon 
exemplification implémentation
exécution
activation implémentation
exemplification

l’échantillon 
comme fragment 
préperformé

dispositifs analytiques

dispositifs synthétiques



c'est en critique 

que le poète doit descendre dans la rue





































mardi, mai 26, 2020



26052020

VIII

sous
son coude
à droite on trouve

une tache violette

la plus volumineuse
de toute la voie

cette couleur
si rare si secrète
est

un symbole de sagesse










elle est mue par la sagesse
la lumière bleue du ciel
qui émane des plateaux
de sa balance
nous indique qu'elle y pèse
notre esprit

les oiseaux en hiver
et les fleurs en été
sont ses deux sources de joie
atténuant sa sourde tristesse

avec ça
débrouille-toi








aimer et parler sont une même chose

nous devons nous retourner sur-nous même

pour nous avancer vers

notre propre déséquilibre

jusqu'à l'os du jour

coincé dans la gorge


les amnésies localisées intéressent

un nombre limité

d'événements du passé

l'amnésie  est habituellement

liée à des facteurs affectifs


on oublie

ce qu'il est désagréable

de se rappeler

































pour les hommes ! À madame ***

un couple de jeunesse  s'isole sur l'arche


j'ai seul la clef de cette parade sauvage 

c'est en ces bords que l'on entend



des  Royal  ou des  Grand  de quelque Brooklin

je suis un éphémère



































il y a 

toujours

un peu de folie dans l’amour

mais 

il y a 

toujours

un peu de raison dans la folie















et pour moi aussi

pour moi qui suis porté vers la vie

les papillons et les bulles de savon

et tout ce qui leur ressemble parmi les hommes

me semble le mieux connaître

le bonheur


































le mur 

se répand en divisions de l’univers


la poésie

laisse davantage

d’autonomie à la lumière que

le verre

suivre quelque chose 

mot

moteur le foret


il y a 

trop de sens pour nous laisser en donner 

davantage




la 
logique 
ne peut expier
sauf quand elle est 
drôle





belles et ensoleillées

domine 

un résidu loufoque






ruminations dispersées

premières notes

éparpillées comme la rosée

brumes flottantes

ruisselantes

jusqu'à former

une rivière

dont 
l’élévation 
si inventive ressemble 
au paradis

les répliques de la clarté
dispensent en nature
de splendides faits blancs 
bravo 
on rit avec
la subtilité hésitante




le mur

glorifie en son apparence la matière qui cache

le mur conte 

tandis que la vitre dicte




la poésie

compose la cité en disposant l’obstacle

à surmonter


les façades aveugles des maisons

et les arbres cylindriques


la poésie

interprète l’absence de ce qui prime

en guidant la marche céleste

de l’espace




le mur 

ordonne l’horizon

une masse 

de détails à associer péniblement

sur

un nouveau motif




je redoute pourtant d'entendre encore et encore les abrutis me parler de travail  c'est très difficile de choisir  je ne vais pas les décrire encore une fois même si c'est tentant  on ne peut pas savoir  il n'y a pas d'enregistrement  tous les jeux improbables de nos silences allusifs  voilà à quoi je pensais en admirant le paysage par la fenêtre de mon train  






je suis 

une force 

admirative et indisciplinée

toujours 

à la même place près de la 

fenêtre




combien de portes

?




























lundi, mai 25, 2020



l'

énergie

vitale

emplit

l'

univers

entier


*






des

ruminements

pour

toucher

les

rouges

cordes


*



échevelé

sur

un

prodigieux

coup

de 

vent





























Ô mon Bien ! Ô mon Beau ! 

ce n'est rien : j'y suis

les palissades sont si hautes

qu'on ne voit que les cimes bruissantes


par

delà la campagne traversée

par

des bandes de musique

rare












et

une heure

je suis descendu dans le mouvement

qu'est-ce pour nous

mon cœur

que les nappes de sang





































j’ai 
60 ans 
et 

je suis cigare

je suis descendu dans mon ventre

je dois 
commencer à être 
dans 

un état féerique















mon tube digestif est suggestif

je suis en prison naturellement

j’ai peut-être 17 ans mais

je suis villa

I am dry

je crois bien que j’étais mort

on va dire que j’étais ivre-mort

et voilà que je suis triste et plein d’amour

maintenant

mais avant tout je suis de moi-même l’ami

aussi vrai que je suis rieur

je suis redevenu un homme

étant bien rasé

je suis de si belles mains à solitaire

et je serai gentil avec toi et nous irons partout

car je suis tes gammes et tes couleurs

je suis un mosaïste

je suis toutes les choses

tous les hommes et tous les animaux !

mais je suis ici sur ce lit comme un fainéant

je ne peux plus être épicier pour l’instant

l’essai fut sans succès heureux

je suis très fatigué de médiocres

et je ne suis pas artiste peintre


je ne suis pas homme de lettres

jamais

et je ne suis surtout pas chevalier de la Légion d’honneur

moi

je suis une vache

moi

je suis chevalier d’industrie

je suis marin sur le Pacifique

je suis muletier

je suis cueilleur d’oranges en Californie

je suis charmeur de serpents

je suis rat d’hôtel

je suis neveu d’Oscar Wilde

je suis bûcheron dans les forêts géantes

je suis ex-champion de France de boxe

je suis petit-fils du chancelier de la reine

je suis chauffeur d’automobile à Rome

je suis cambrioleur

je suis etc., etc., etc.

mais surtout je suis un vilain monsieur

je suis donc interprète


je 
suis 
très loin 
d

une foule 
de gens littéraires 

même de Rimbaud

l’art est une sottise 

presque rien n’est une sottise 


l’art doit être une chose drôle et

un peu assommante 

c’est tout

je suis heureux de vous savoir malade, 
mon cher ami
un peu





je suis en consigne ici
dans l’attente de quelles nouvelles aventures 


pourvu qu’ils ne me tuent pas pendant 
qu’ils me tiennent 

?

pauvres gens

je suis on ne peut plus à bout

je suis vide d’idées et peu sonore

je suis trappeur

je suis apiculteur

je suis de belles forêts exploitables



je
suis

ou voleur
ou chercheur
ou chasseur
ou mineur
ou sondeur
ou pêcheur
ou collectionneur

je suis un bar de l’Arizona

Whisky 
Gin and mixed 

?

mais à jamais
je demeure votre serviteur

et tout ça finira par un incendie
je vous dis
ou dans

un salon
richesse faite

Well








































25052020

VII

au matin regarder les monts en leur verdure

je suis le triomphe

de l'unité dans le brisement du verbe

je suis le triomphe

de l'infini 

dans la crémation des ultimes limites 

je suis le triomphe

de l'éternité

dans mon cœur les dieux s'évanouissent 








je suis absolument centré

en plein milieu de l'univers

traversé

par toutes les énergies

de la matière et de l'esprit


*



vous vivez 

dedans le cercle de l'unité

moi

je dessine 

des pierres dessous

un pin











































nord est / sud ouest / fractale / chemin


col des saisies

1658

col de la lézette

1787

col de la légette

1776





plan corbet

1787

1808

1901

mont clocher

1976

1948

combe de douce

1943

1917

bellasta

1918

refuge de la croix de pierre

col de very

croix de pierre

1964

































c’est

lorsqu’il voit voltiger 

ces petites âmes légères et folles

charmantes et mouvantes

que Zarathoustra est tenté de pleurer 

et de chanter


je ne pourrais croire 

qu’à un Dieu qui saurait danser













et lorsque je vis mon démon

je le trouvai sérieux

grave

profond et solennel


c’était l’esprit de lourdeur

c’est par lui que tombent toutes choses



































je suis arrivée 
dans ce jeu de quilles comme 

un boulet de canon  

tête la première
pas de corps aligné
des neurones survoltés

une euphorie sensorielle sans limites






algorithme éponyme 
est l'oeuvre déroutante et inclassable d'

Hélène Nicolas alias Babouillec 

une jeune femme autiste  diagnostiquée déficitaire à 80 %"

jamais scolarisée 
elle n'a 
selon ses propres mots

pas appris à lire à écrire à parler 

elle réussit pourtant  après vingt ans de silence  à écrire à l'aide de lettres en carton disposées sur une feuille blanche des textes d'une grande force poétique révélant d'incroyables dons d'écriture

je suis 
enregistrée dans 
un endroit bizarre de la vie 
et la pensée nourricière poétique 
dans cet espace galope comme 
un cheval fou

j'ai écrit 
des textes lisibles je crois
les frontières des osmoses entre les mots m'échappent 
toujours et encore

introduction p.11



Hélène Nicolas alias Babouillec Autiste sans Paroles peut témoigner au présent d'une vertigineuse remontée des profondeurs de l'aphasie expliciter miraculeusement les mystérieuses souffrances dispositions et latitudes de pensée hors-norme d'une conscience bouclée sur elle-même avec vue pénible  sur le monde ordinaire.



sa victoire 
est d'avoir dit son aspiration inextinguible 
à rencontrer 

un autrui incertain 

victoire clamée autant que 
victoire d'avoir proclamé autrui pour elle-même 



nous survivons par l'instinct de survie
seul l'acte d'aimer nous sépare du vide. 
acte dans l'absolu

algorithme éponyme page 40



d'avoir si longtemps gardé la forme élémentaire d'une dérangeante question muette  la parole pressante d'Hélène Nicolas ne pouvait jaillir que poétique et spirituelle

d'une vitalité lapidaire elle oscille avec une souveraine liberté entre poème et aphorisme  ignorant la ligne droite  trop long détour pour sa pensée fulgurante



nos errances intellectuelles rassemblées au centre d'un chemin unique dessiné par la main de la conception  mutilée par l'érosion du temps

chemin altéré par l'éboulement des croyances



l'oracle unifié offre l'alternative

algorithme éponyme  p.43



ainsi la question de ses griefs sans merci à l'endroit du dressage disciplinaire dont se sont rendues coupables les sociétés humaines fait corps avec la forme de sa pensée  nativement rétive aux enrôlements 

prémices et déroulement de sa pensée restent ainsi liés 
indomptables

leur forme et leur fond sont le même cheminement vers la justesse qualifiante la définition  la clarification  en vue d'un retour à l'autre

un autre qui ne fût jamais quitté encore que difficilement connu.



jouer garantit l'intégration dans ta couche

sociale

Lost for ever

algorithme éponyme p.41



l'atteinte se fait entendre d'une acuité inoubliable tranchante définitive  ravageuse  caractérisant les époques historiques où le Verbe  tout en étant perçu comme sibyllin  reprend la parole pour nous la rendre encore nouvelle 



la Raison ouvre les portes du Silence 

la Raison n'a pas sa place sans le Silence 

l'Abîme de la douleur réveille la Raison dans

le Silence de

l'Acte



la Raison de l'Acte dans la douleur du

Silence



le Silence de la Raison dans la douleur de

l'Acte



Raison et acte dans la douleur du silence p.80







































Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " (3x4) * & 111 12 14 24 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A A.a.H A.L. A.R7 A.S. A1 A10 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB ABDL Abécédaire Aboulafia Abréviations Abrüpt Abruzzo acronyme Actis Actualités ADBP Adorno ADR Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite AIR Air du temps Alain de Lille Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Aleph Alferi Alina Reyes ALTH AM Amande Anagrammes Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animal animation Annick Ranvier Annonciations Anthologie Antin David AP Aphaïa Appelfeld Approche APUMM APZ Arago Aram Saroyan Arbres Aristote Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD AS ASDMI Ashbery Astrologie Atlantide Auxméry AVB Avec Avent AW B B.Celerier Babel Bachmann Baies Baigaitu BAM Banal Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala BAZAR Beaufortain Beckett Beckford Benedetto Bénézet Benveniste Bergounioux Bernstein Bhattacharya Bibliothèques Bimot Binet bio BioMobiles Biopsies Bishop BISSES1 Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blanqui Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner Bohm boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bouthonnier Bozier Brautigan Bretagne Bribes Briciole Broodthaers Bryen BSRM Butor Byron C C.C C.E.T C.F. C.Olson çacest café Camino Campo Cantos Capital Capricorne Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Carver Casas cavernes Cazier CCB CCEM CDLRP CDN ce qui est ceci cela Céline Celui Cendras cequej'aime Cerbelaud cercles Cerf Ceux Cézanne CGJ CH5 Champs chant1 Chants et Poésies Chappuis Char chartres Chartreuse Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations CL Claude Favre Claude Simon Climat Closky CMDOT Code Cole collages Collines Côme comme comment Compact compostelle conversation Copier Corbeau Cortazar couleur covid Cravan Creeley CSB Cummings cut Cut 1 CV CyT Dada DALA Dans Danse Dao Dates DDLR de De Vries définitions DEGAULLE Deleuze Delillo délires Démocrite Denis Roche Déplacement Dérive Derrida Des Déserts Désir Détournement Dextre DFRC Diable Dickinson Dillard Divers DMI Domerg Duchamp Duncan Duras Durer Duvauroux DVDC Dworkin E E.C E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures EDG EDLCDS EDLF Edmond Jabès elle ELLEDIT Elles Ellul EN ENCORE encres et musique Encres et peintures EnSof Entre EPE épiphanies EPLA ESE ESPA Espace Espitallier essais été Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F F.A. F.O Fable faits FAJ Faune Fayçal Fengliu feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore FNAR Foligno Forest Foucault Fourcade FQPCC Fractales Fragme Fragments France François Cheng Frappat Fugue Fuji G.C.L. G.Luca G.R.I Gary Snyder GB GDLMC GDT GEGO genese Genji géométrie Géopoésie Gervais Gif Giffard Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize Glossaire GMH Gobenceaux Godard Goethe Gombrowicz Gongora Grâces Gramm gris Guesdon Guy Debord Guyau Guyotat GWFH H H.D. H.P Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Harms Hart Crane Hausmann Heaney Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Herta Müller Hésiode Hesse Heures hexagrammes HFSR HHPC Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Histoire HN HO Hocquard Hölderlin homonymies Houellebecq HR. HRC Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. ici IDLR il Illuminations illuminer illuminisme ILVLA ilya immédiatement impératif imperceptible Impresses Index individu Infini Infinitif initiales inquiétude Insectes installation Internet Interrompre Irwin Ishihara Isis isolato Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet jaime Jakobson Jardin JBE JCERDM JDLF JE JE & Jean jean Daive Jean Michel Lou Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G K.K Kafka Kaplan Kapoor Kathleen Raine Katué Kawara Kay Ryan KDCN KDICK Kenneth White Kerouac Khazar Khlebnikov Kiarostami KK Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts L'EI La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs LADR Laforgue Lagopède LALELES Lamantin LAME Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin LBA LCDP LCR LDB LDMC LDS Le Clézio Le Livre Le poème LECDF LECLA Lectures LEE Lee Ufan Leibniz Leibovici Leili Anvar lensball lepoète Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lev Rubinstein Lex1 lex2 lex3 lex5 lex7 lex8 Lexie LFDH LFMR LGD LGTDLP LHDD lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées LIQV listes livrelit LJDP LLDME LLDO LLDP LLDQ LMDLE LMV LO LOAN LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LPC LPDLE LPI LRDT LSDA LSDS LSDV LSMT LTO Lune Lus & Mus LV; LVMDE Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.S.M M.Trinité Ma Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Maïakovski Mains maintenant Mais Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manganelli Manifeste Manon mantra Manzoni Map Marchand Marcheurs Marelle Martin Ziegler Marx Masao Yamamoto masque Massera Matinaux Matsui Matta-Clarck Mauguin MBO MCH MDC MDLF MDOU Mécanisme Méditations mémoire Memories Menus Meraviglia Merci Mercure Merton Thomas messages Métaphysique Métis Metro MFRC Michon micro microcosme Millet Mina Loy Miura ori MJNYCR Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 MPUSPM MTAS Murphy Murs et Fenêtres Muscle Musil Musique MWLG Mystères MZD N Nagori Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman NDBDP Neiges Neil Mills Nerval neuf Nice Niedecker Nietzsche NLJNLH noeuds Noguez Noir nOmbres Norge Notes-Book Notes-Rapides Notifications NOUS Nouveautés Novae Novalis Novarina NP NPhS Nuages Nuits O.Pé objets Objets d'Amérique Octaèdre ODSI œil Olivier Cadiot OM ON Opalka Oph. Oppen OR Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet OSMH P.A P.B.Shelley P.observatoire P.P. P48 Padirac Pages palimpseste Palmer Paolo Icaro papier PAR Para Paradis Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Passages Paul Celan Paul Valéry Paysages PDLC PDM Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance permaculture Pessoa Peuchmard peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes PHPN Phrases phusis Pi Pierres Pierrette Bloch Pin Pise Pizarnik Plagiat planètes Plankl Platon Pleynet PNSLTS Podiensis poésie Poignant Poindron Points Politikos polygraphe pommes Ponge Pour praxis prénoms prépositions presque Prière Promenade Proust PRYNNE Psaumes ptyx PUB puiser puissance Pyramides Qualia quand Quatrebarbes quelqu'un QuelqueChose Questions Qui Quignard Quotidien R.G.Lecomte R.M. R.M.I R.M.T. Rachi Rae Armantrout Range Raphoz Raven RBDBB RBLPDT RCLSDF RD RDLB Recettes Reclus Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Rêve Revenir Reverdy Révillon Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières RLP Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rocamadour Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rosset Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ruyer Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie sable Saigyo Saliens SALXI Sam Francis Samivel Sangral sans Sans Titre Santoka Sappho Sator Saturne Savelli Savitzkaya SBL1 Sbrissa Schlechter Sculptures Sculptures Photographies L.A. SDM Sel selon SELP Seneca SGM Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos SILENCE Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Sinclair singularité Situation Sivan six SJDC Ski soleil Solutré Sommeil Sonnets Sons Sor Juana Sôseki Soto Soufre Soulages Souligne Sous le Pas SP SPHS SPiced Spinoza spirale SPRCGB SPSLSA Squires Stéfan Stein steppe Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu sur Suso Swensen Synchronicité synonymes Synopsis T T.A T.C T.S.Eliot Tabarini Takis Tanizaki TAOPY Tardy Tarkos TDQ TEL Temps Temps probable Tétralemme TEXTES Thalès Thé Théorie Tholomé timbres TINTIN Tissu Titres TLP TN Tocqueville Todtnauberg tomates TOPOS Toscane Toujours TouT TP.BN Traces Traduire Trains TRICTRAC Triste époque Tsvetaeva TT TU Tumulte Tweets Typoésie u.p.d.d.v UCDD ULDLLA Ulysse UMP UN UNM UPSA usura V V.I. V.Kh V.P. VALC Valet vazquez VDSJ VE Venet Venise Vents VERBES Verne verre Vert vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Viton vitraux VO voici Voies voilà voix volcan Volut Von Aesch Vous Voyelles Vulcano W W.Benjamin W.I.P. Wable Wagô Wajcman Waldman Waldrop Wallace Stevens Walser WB WBY wcw webasso Webcams WGJ WilliamBlake Windows Wittig Wolfgang Laib Woolf Xardel Xénophon Xu Xiake Y.B YDM YOGA Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zéro Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog