dimanche, janvier 28, 2018



je vis

des yeux tout proches   interminables
qui s'observaient en moi comme dans
un miroir   je vis tous les miroirs de
la planète et aucun ne me refléta

je vis

une raie   son architecture délicate
teintée de sang rouge  de nerfs bleus
et de muscles blancs  comme la nef
d'une cathédrale polychrome 

je vis

des reflets sur diverses matières
verre  métal  fruits brillants ou 
mats
















deux remarques : 

l'une  sur la nature de l'Aleph   l'autre

sur son nom

Ce dernier
comme on le sait
est celui de la première lettre de l'alphabet
de la langue sacrée

Son application à mon histoire ne paraît pas fortuite

Pour la Cabale
cette lettre signifie le En Soph
la divinité illimitée et pure

on a dit aussi
qu'elle a la forme
d'un homme qui montre
le ciel et la terre

afin d'indiquer
que le monde inférieur est
le miroir et la carte du supérieur

pour la Mengenlehre
c'est le symbole des nombres transfinis
dans lesquels le tout n'est pas plus grand que l'une des parties




























Les textes  sont traversés par un désir d’originalité par où la conscience écrivante entreprend de se dégager de l’emprise funeste du passé pour se porter sans cesse au-devant d’elle-même. 

À cette pulsion projective répond toutefois un mouvement de force contraire qui la ramène dans l’orbe de ses prédécesseurs qu’elle se découvre contrainte de répéter, d’imiter. 

Cette tension entre originalité et imitation, création et citation, conduit le sujet  à revendiquer, sans vergogne et non sans forfanterie, le droit au plagiat, à la contrefaçon, à la captation d’héritage : l’imitation serait bel et bien la condition même de l’originalité ; il n’y aurait de génie que de l’imitation. 

Alors se dessine une autre relation à l’imitation qui ne prend la forme ni de son impossible rejet, ni de son acceptation résignée, mais envisage l’appropriation mimétique comme le moyen de s’inventer soi-même et conçoit la remontée vers le passé comme une manière de se projeter vers l’à-venir – mimesis paradoxale où ne s’imiterait finalement rien d’autre que ce qui vient.



































On dit qu'à Byzance

les hérissons sont capables de sentir

quand soufflent les vents du nord et quand

ceux du sud    et qu'ils changent en conséquence

tout de suite de refuge :  si le vent vient du sud ils

creusent des trous dans le sol    s'il vient du nord

ils les creusent sur les murs








































Dire et redire

recherche précise   au pied du mur

encore persiste l'espoir d'aller de l'avant

de prendre le large

vers le lieu énigmatique

28 janvier naissance de Louis-René des Forêts


*





En 1967, il fonde la revue L'Éphémère, 
avec Yves Bonnefoy, André du Bouchet, Paul Celan, 
Jacques Dupin, Michel Leiris et 
Gaëtan Picon 

































samedi, janvier 27, 2018



je vis

des grappes
de la neige
du tabac
des filons de métal
de la vapeur d'eau
de la terre
du sable
un arbre

je vis

dans une arrière-cour de la rue Soler
les mêmes dalles que j'avais vues il y
avait trente ans dans le vestibule
d'une maison à Fray Bentos






































Lichen et peinture sur un rocher

Aleph

existe-t-il au cœur d'une pierre ?











L'ai-je vu quand j'ai vu toutes les choses

et l'ai-je oublié ?


Mon esprit est poreux en face 
de l'oubli

je suis en train d'altérer et 
d'oublier

sous la tragique érosion 
des années


L.A.Photographies Beaufort janvier 2018




































Dans l'Iliade

Homère nous offre deux modes 

de représentation :











le premier, c'est le bouclier d'Achille, une forme achevée et circonscrite où Vulcain représente tout ce qu'il sait sur une ville, sa campagne alentour, ses guerres et ses rites en temps de paix. Le second, c'est le fameux catalogue des navires, démesuré, que dresse le poète, impuissant à dire le nom et le nombre des guerriers achéens, et qui se conclut idéalement par un " et cætera ". 

On appelle ce second mode de représentation la liste ou l'énumération. 

Il y a des listes pratiques et finies, comme celles qui recensent les livres d'une bibliothèque ; et il y a celles qui suggèrent l'incommensurable et nous font ressentir le vertige de l'infini. Cet ouvrage montre que, depuis toujours, la littérature fourmille de listes, d'Hésiode à Joyce, d'Ezéchiel à Gadda. 

Il s'agit souvent d'énumérations égrenées pour le goût de l'inventaire, la mélodie du dénombrement ou le plaisir vertigineux de réunir des éléments sans relation spécifique, comme dans les énumérations dites chaotiques. Mais ce volume ne nous propose pas seulement de découvrir une forme littéraire rarement analysée ; il nous montre aussi combien les arts figuratifs savent suggérer des énumérations infinies, même lorsque la représentation semble contrainte par l'encadrement d'un tableau.

Le lecteur trouvera 
dans ces pages de quoi s'étourdir 
en éprouvant le vertige 
de la liste.


































Merveilleux. Ce qui s'éloigne du cours ordinaire

des choses

ce qui est miraculeux   surnaturel

Le merveilleux de l'histoire c'est qu'il s'en est tiré 

sain et sauf

Intervention de moyens et d'êtres surnaturels

de la magie

de la féerie



RÉCITS MERVEILLEUX









Le pic est un oiseau qui grimpe aux arbres

comme les tarentules

aussi bien sur le dos que sur le ventre


On dit aussi qu'il se nourrit des vers des arbres

dont il creuse ainsi en profondeur

les troncs

au point de les faire tomber

































VIES MINUSCULES


Il a caressé des petits serpents très doux 

il parlait toujours


Le mégot brûlait son doigt 

il a pris sa dernière bouffée




















Le premier soleil l'a frappé

il a chancelé

s'est retenu à des robes fauves

des poignées de menthe

il s'est souvenu de chairs de femmes

de regards d'enfants

du délire des innocents :

tout cela parlait dans le chant des oiseaux

il est tombé à genoux dans la bouleversante signifiance

du Verbe universel

Il a relevé la tête

a remercié Quelqu'un

tout a pris sens

il est retombé mort






































Le trou est le vocable actuel de l'aleph

Il n'y a pas de pire abaissement pour l'aleph 

que de le dire 

trou











Et pourtant c'est cela :

perdre ce qui en fait la hauteur

et n'en garder que ce qui en fait la chute

Le trou inspire toutes les autres figures du vide,

bien qu’aucune de ces autres figures ne s’y réduise


Le trou est le vocable actuel de l'aleph

































je vis

de convexes déserts équatoriaux et
chacun de leurs grains de sable
je vis à Inverness une femme que
je n'oublierai pas    je vis la violente
chevelure  le corps altier  

je vis 

un cancer à la poitrine    je vis une ombre
à ses propres ombres  je vis spectre en ses
ténèbres laissant des papiers en désordre
dans une chambre poussièreuse































Tandis que la nuit s'avançait

le ciel

objet de millions de pensées

prenait une place

une consistance

plus grande qu'à l'ordinaire


et 
















Sainte Angèle répondit

En tout   soyez aimables ! 
Gardez-vous de vouloir obtenir par la force


La lumière ne veut faire violence à personne

elle propose seulement

elle invite et conseille


*


soleil   pluie

c'est mon habitude d'aller sur les cinq heures

du soir

me promener






































Tout manque

notre voix ne nous appartient pas

des écrits nous traversent











La phrase à traduire ?

Quelle jaillisse et s'impose

étrangère

27 janvier naissance de Philippe Lacoue-Labarthe

*




















Les amis d'un homme 
sont 

ses pôles 
magnétiques


les pôles
sont en nous

infranchissables
dans la veille nous les dépassons lorsque nous
dormons

jusque devant la porte de la Miséricorde
je te perds en toi  
c'est

ma consolation de neige





Le secret de la fortune    c'est la possession 

de la joie


dans la joie    se crée    la fortune


























Il y a trois mille filles rapides d'Okéanos dispersées

sur la terre et dans les lacs

profonds



























Et qui habitent de toutes parts

illustre race de Déesses

Et il y a autant de fleuves au cours retentissant

fils d'Okéanos

enfantés par la vénérable Téthys

Et il serait difficile à un homme de dire tous leurs noms

mais ceux qui habitent leurs bords les connaissent tous

Si Hésiode mentionne 3 000 dieux fleuves

seuls les noms d'une petite partie sont attestés par les écrits grecs



Écrire  c’est toujours recopier

En copiant dans les livres qui nous accompagnent   nos livres de chevet  tel groupe de mots qui retiennent notre attention   puis en assemblant sur la page plusieurs des bribes recueillies   avec des blancs pour les disjoindre   produire une forme de pensée   une extraction de soi-même dans la lecture


il y a     trois mille filles rapides

il y a       autant de fleuves

il y a       trois mille dieux



























vendredi, janvier 26, 2018







Je fermai les yeux    les ouvris

Alors je vis 

l'Aleph















Tout langage est 
un alphabet de symboles 
dont l'exercice suppose un passé 

que les interlocuteurs 
partagent

comment transmettre aux autres 
l'Aleph infini 

que ma craintive mémoire embrasse 
à peine ?




Les mystiques  dans une situation analogue  
prodigue les emblèmes :

pour exprimer la 
divinité


un perse 

parle d'un oiseau
qui  en une certaine façon est
tous les oiseaux



Alanus ab Insulis 

parle d'une sphère dont
le centre est partout et la circonférence
nulle part


Ézéchiel 

d'un ange à quatre visages
qui se dirige en même temps vers

l'Orient et l'Occident
le Nord et
le Sud





































Alain de Lille

Alain de L'Isle


Alanus ab Insulis 

la nature est une amie












avant 1128 à Lille ?  1202
abbaye de Cîteaux

un théologien français aussi connu comme poète



De sa vie on sait peu de choses  Il semble avoir enseigné à Paris et il assista au concile du Latran en 1179   Il habita ensuite Montpellier on l'appelle quelquefois Alanus de Montepessulano  vécut quelque temps hors de la clôture monacale et prit finalement sa retraite à Cîteaux   où il mourut en 1202

De son vivant sa réputation s'étendait très loin et ses connaissances   plus variées que profondes   le firent surnommer Doctor universalis




LA PLAINTE DE LA NATURE

De planctu naturae

les belles lettres






































L'immortel
Le mort
Les théologiens













Histoire du guerrier et de la captive
Biographie de Tadeo Isidoro Cruz
Emma Zunz
La demeure d'Astérion
L'autre mort
Deutsches Requiem
La quête d'Averroès
Le Zahir
L'écriture du dieu
Abenhacan el Bokhari mort dans son labyrinthe
Les deux rois et les deux labyrinthes
L'attente
L'homme sur le seuil

L'aleph


*



Les présents 
récits placent dans des symétries 
abstraites 

presque 
vertigineuses 

des images 
à la fois antinomiques et 
interchangeables


de la mort 
et 
de l'immortalité

de la barbarie 
et 
de la civilisation

du Tout
et 
de la partie



Par là
ils illustrent la préoccupation essentielle 
d'un écrivain 

obsédé 
par les rapports du fini et de 
l'infini




































Tu sais

le décubitus dorsal est indispensable


De même que l'obscurité

l'immobilité

une certaine accommodation de l’œil









Tu te coucheras sur le pavé

et regarderas la dix-neuvième marche 

de cet escalier opportun



*







Décubitus

Du latin Decubitum   decumbere   

se coucher 

En médecine, 
le terme décubitus décrit 
un corps allongé à l'horizontale. 

On distingue 

le décubitus latéral ou latérocubitus 

la personne est tournée sur le côté  voir 
position latérale de sécurité



le décubitus ventral ou procubitus 


la personne est à plat-ventre 
position d'attente en cas de plaie ou 
de brûlure du dos




le décubitus dorsal 

la personne est à plat-dos


































Achéloos 


Achéron Acragas 

Almo 

Alphée

Amnisos  
Amphrysos  
Anapos     
Anauros

Anigros Apidanos  Arar Araxes Ardescos


Argolide 
Arnos
Asopos


Astérion

Axios
Baphyras


Borysthène Brychon Caicinos Caicos

Caÿstros
Cébren
Céphise
Chrémétès
Cladéos

Clitunno Cocytos Cratais

Crinisos
Cydnos






































Gérard de Nerval

carnet de voyage en Orient

*












Je suis mort

J'eus le bonheur de voir         je passais

des heures lumineuses dans la certitude

de la coexistence de toutes les personnes

aimées

26 janvier mort de Gérard de Nerval


*


Toute son œuvre
est fortement teintée d’ésotérisme
et de symboles  notamment alchimiques

Alors
qu’on l'accusait d’être impie
il s'exclama :

Moi  pas de religion ? 

J’en ai dix-sept… au moins






























jeudi, janvier 25, 2018



je vis

l'univers et je vis les dessins intimes
de l'univers  je vis les origines que
raconte le Livre du Conseil   je vis
les montagnes qui surgirent des eaux
je vis les premiers hommes qui étaient
de la substance des arbres   je vis les jars
qui attaquèrent les hommes


je vis

les chiens leur déchirant le visage
je vis le dieu sans visage qui est 
derrière les dieux   je vis des cheminements
infinis qui formaient une seule béatitude et
comprenant tout         je parvins aussi à
comprendre l'écriture du tigre







































L'Aleph 

restera  je crois

comme le recueil de la maturité de Borges 

conteur









Ses récits précédents, le plus souvent, n'ont ni intrigue ni personnages. Ce sont des exposés quasi axiomatiques d'une situation abstraite qui, poussée à l'extrême en tout sens concevable, se révèle vertigineuse.

Les nouvelles de L'Aleph sont moins roides, plus concrètes. Certaines touchent au roman policier, sans d'ailleurs en être plus humaines. Toutes comportent l'élément de symétrie fondamentale, où j'aperçois pour ma part le ressort ultime de l'art de Borges. 

Ainsi, dans L'Immortel : s'il existe quelque part une source dont l'eau procure l'immortalité, il en est nécessairement ailleurs une autre qui la reprend. Et ainsi de suite...Borges : 

inventeur du conte métaphysique. Je retournerai volontiers en sa faveur la définition qu'il a proposée de la théologie ; une variété de la littérature fantastique. Ses contes, qui sont aussi des démonstrations, constituent aussi bien une problématique anxieuse des impasses de la théologie. Roger Caillois 


Traduit de l'espagnol par 
Roger Caillois et René L.-F. Durand.







































je vis

un cercle de terre desséchée sur
un trottoir  là où auparavant il
y avait eu un arbre   

je vis 

dans une villa d' Adrogué un exemplaire 
de la première version anglaise de Pline
celle de Philémon Holland

*
















Adrogué 

une ville du Grand Buenos Aires 
en Argentine

23 km au sud de Buenos Aires 

C'est le siège administratif de Almirante 
Brown Partido 

*




J.L. Borges


Partout dans le monde je sens l'odeur des gommiers , j'ai l'impression d'avoir été ramené à Adrogué, et c'est exactement ce qu'était Adrogué: un labyrinthe de rues entouré de verdure et de maisons de campagne, labyrinthe de nombreuses nuits paisibles que mes parents aimaient traverser, des maisons de campagne dans lesquelles on pouvait deviner comment était la vie derrière ces maisons de campagne ... 



D'une certaine 
façon

j'ai toujours été 

 je suis toujours 

Je suis 
encore parmi les gommiers et 
les labyrinthes 

cet endroit où vous pouvez facilement 
vous perdre ... 





































Commencer un cahier

je consignerai mes impressions :

fleurs  nuages  insectes : cette macération

continue ne fait grâce d'aucun détail

25 janvier naissance de Virginia Woolf


*










l’œil pouvait se baigner

se rafraîchir 

dans les profondeurs de la nuit

...

des phrases ailées

nous étions des oiseaux à l'envol récent


































je vis

en même temps chaque lettre
de chaque page         enfant je
m'étonnais    que les lettres ne
se mélangent pas       au cours
de la nuit



Aleph 

est 
















la force médiane  qui unit 
les contraires

Cette fonction d'unification en fait le symbole 
idéal 
de l'Adam Qadmon

l'Homme Primordiale et Universel
régentant la Création



Aleph est le commencement  
en tant que Source

et 

le but
à atteindre



le Sepher haBahir dit d'ailleurs : 

Pourquoi Alef est-il placé 
en tête ?

C'est parce qu'il a tout précédé
même la Torah 


De fait
la première lettre du Livre Sacré est 
la deuxième de l'alphabet

Alef est 
le non manifesté

le 
vide 
empli de potentiel 

*



dés l'instant où 
la lumière se déclare

il y a 
ce feu dilapidé


je ne songeai plus 
qu'à rendre vraisemblable
la fable de la lettre à lui faire porter

je me mis à écrire 
rapidement 

sur la terre immobile































dans ma Recherche sur le chemin

je vis 

le soleil












m'engager 
à poursuivre

sur la route tournante 
de ses rayons


un voyage immobile 
et varié 

à travers les plus beaux sites 
du paysage 

accidenté des 
heures








L.A.Photographies 
Beaufort janvier 2018





























.





La route  qui est   une rupture

est tracée






la route sur laquelle mon souffle 

se retire














Elle 
s'inscrit 
dans le paysage 

dont elle 
rompt la continuité

elle en assure
une autre

celle 
de la communication


Elle diffère 
du chemin ou du sentier 
qui compose avec le paysage
et ne l'entaille pas si nettement




*

TOPOS

Beaufort

800

La-Grande-Salle
être détaché et impersonnel est lié à la liberté

Le Sauzier
La Piche
Les Croix
c'est la réponse à l'inspiration

Le Mont
l'esprit serein

Le Platon
dit qu'il n'existe que des ombres

Les Choseaux 

nous sentons qu'il faudrait aller de l'avant

1253

*

L.A.Photographies Beaufort janvier 2018






























mercredi, janvier 24, 2018



je vis

un creux de ruine au milieu
des montagnes à la clarté de la
lune    une chapelle vacante où
n'habite que le vent    je vis dans
un éclair  une bourrasque humide
porteuse de pluie  

je vis aleph 

le roi
et
la reine

*

















Sa valeur numérique est 

Un

l'unité parfaite

le centre éternel du Tout


Le  Un   est 

cette 

tête d'épingle surgie 
silencieusement 
du néant 

qui contient toute chose en 
potentiel

puissance absolue capable de passer 
de l'unité 
à la multiplicité 
infinie

10   100   1000    10000  ....


*





UN
NU























Le mot Querétaro signifie  

le lieu des rochers 

en langue tarasque du peuple Purépecha 

ou bien 


le plus grand jeu de balle  en

otomi



Santiago de Querétaro







ou plus simplement Querétaro est 

la capitale de l'État de Querétaro de Arteaga

au Mexique 



































je vis

la nuit et le jour contemporain
un couchant à Querétaro qui
semblait refléter la couleur d'une
rose à Bengale  ma chambre à 
coucher sans personne


je vis


le rayonnement d'une rose 
épanouie rouge foncé et or 
un joug de bœuf    un couple 
uni dans le cheminement





































Elle

et sa petite voix


ne te satisfais de rien qui ne soit neuf

ni du plus haut niveau







Ma paix Mon chemin

*



les  amoureux épris 
de fusion

sont capables de rester face à face
dans une totale immobilité

le choc amoureux 

fige

le choc artistique également 

































La partition n'existe pas

elle s'improvise   érotique  engageant

le discours immédiat   le cœur sur le gril

de l'impatience  jusqu'à satiété


24 janvier

Mort de Georges Perros

*







Peut-être 

que le poème 

est le fragment de langage 

le plus utile à l’homme qui veut changer 

le monde...


Être des hommes avec les hommes. 

Parler.


*



Il ne se disait pas écrivain   mais  noteur 


Des petits bouts de papier de vie
Des petits bouts de papier noués en mots
Choix de textes

Bibliographie 

ici









































C’est sans doute 

vers un seul paysage – 

immuable, tangible – que l’on s’avance 

en écrivant 









et que le poème sans fin recommencé tente de circonscrire – en vue d’une lumière, ou d’un apaisement. Un Pré, donc – où aurait eu lieu une scène que l’on hésite à transcrire mais dont l’ombre ne cesse de planer, dans la nuit arrêtée, comme un long cri muet. Et dont l’image se répète, au fil des ans : on se dirige obstinément vers elle, sans l’atteindre jamais. Trouée dans le décor – et dans la prose ordinaire – le poème reproduit cette marche immobile, inventant pour la décrire un nouveau tracé prosodique, dont on percevra peut-être ici l’avancée : car si ce sont des corps qui tombent, à la croisée des pages, le périple menant au Pré fut bien d’abord ce chemin vers qui nous y reconduit sans cesse – avant la traversée.







Parler ne sert à rien 

: ils étendent les toiles

dessinent l’araignée

copient l’empreinte

d’une patte d’oiseau 

Dans l’herbe une couleuvre rampe

la flèche file à travers ciel

la main dépèce un lièvre. 

Une femme accroupie colorie une assiette

des jeunes gens d’herbe sèche. 

Un poinçon grave un signe

dans le cuir d’un licou. 

































mardi, janvier 23, 2018






Twenty-one 

outlines of boomerangs

1870

British Museum 






































TIME ' S UP

le récit de Natalie Portman à la marche

des femmes

BRUT








































par amour de l'excès

REGARDE














regarde tout autour astrolabes et almanachs

pièges  limes sourdes et rossignols

cages  fosses  casaques  étuis et sacs

labyrinthes  fils à plomb et niveaux

dés  cartes

ballons  damiers et échecs

et sonnailles et poulies et vrilles

dévidoirs  rouets  bigourelles et horloges

alambics  carafes  soufflets et creusets

regarde  pleines de vent  outres et vessies

et  gonflées de savon  les bulles turgides

tours de fumée  ceps d'orties

fleurs de courgettes et plumes vertes et jaunes

araignées  scarabées  grillons  fourmis

guêpes  moustiques  lucioles et papillons

rats  chats  bombyx et cent autres

extravagances d'instruments et d'animaux

tout ce que tu vois et   de maints étranges

fantômes encore des foules prodigieuses

ce sont là les caprices des esprits humains

fantaisies  frénésies folles et chimères

Il y a des moulins et des toupies tourbillonnantes  et de vaines

girouettes  cabestans et roues de diverses manières

d'autres ont forme de poissons   d'autres d'oiseaux

divers comme sont divers les cerveaux


***


















Aujourd'hui grand soleil

fenêtres ouvertes

la disposition des matières est nouvelle

j'invite le lecteur comme le promeneur

à mener

ses propres enquêtes


































Markus Saile

ici













Regarder à travers 

les surfaces

à travers des couches semi-transparentes


Suivre les textures sans 

adhérence


//


mes sens sont éveillés et clairs

je suis vivant
 . 







































L'alphabet  la vue

le corps

les choses s'harmonisent   puis

la danse  le rythme  le souffle de la vie

à la fois percevoir et   pulser









23 janvier 

Naissance de Louis Zukofsky


*




Je vis

dans un cabinet de Alkmaar 
un globe terrestre entre deux miroirs
qui le multiplient indéfiniement
je vis un poème qui accole sagesse et
semence  mes pensées et les siennes
































Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " (3x4) * & 12 14 24 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A.S. A1 A10 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB ABDL Aboulafia Abruzzo acronyme Actis Actualités ADBP Adorno ADR Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite AIR Air du temps Alain de Lille Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Aleph Alferi Alina Reyes Amande Anagrammes Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animal animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Appelfeld Approche APZ Arago Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD AS Ashbery Auxméry Avec Avent B B.Celerier Babel Bachmann Baigaitu Banal Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala BAZAR Beaufortain Beckett Benedetto Bénézet Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot Binet bio BioMobiles Biopsies Bishop BISSES1 Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blanqui Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bozier Bretagne Bribes Briciole Broodthaers Bryen BSRM Butor Byron C C.C C.F. C.Olson çacest café Camino Campo Cantos Capital Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier CCB CCEM CDN ce qui est Céline Celui Cendras cequej'aime Cerbelaud cercles Cerf Ceux Cézanne CH5 Champs chant1 Chants et Poésies Chappuis Char chartres Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations CL Claude Favre Claude Simon Climat Closky CMDOT Code Cole collages Collines Côme comme Compact compostelle Copier Corbeau Cortazar Cravan Creeley CSB Cummings cut Cut 1 CyT Dada Dans Danse Dao Dates DDLR de De Vries définitions Deleuze Delillo délires Démocrite Denis Roche Déplacement Derrida Des Déserts Désir Dextre DFRC Diable Dickinson Divers DMI Domerg Duchamp Duncan Duras Duvauroux Dworkin E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul EN encres et musique Encres et peintures EnSof EPE épiphanies EPLA ESE ESPA Espitallier essais Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. F.O Fable faits FAJ Faune Fayçal Fengliu feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore FNAR Foligno Forest Foucault Fourcade Fractales Fragme Fragments France François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GDLMC GEGO genese Genji Gervais Gif Giffard Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize Glossaire GMH Gobenceaux Godard Goethe Gombrowicz Gongora Grâces Gramm gris Guesdon Guyau Guyotat GWFH H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Harms Hart Crane Hausmann Heaney Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Herta Müller Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Histoire HO Hocquard Hölderlin Houellebecq HR. Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. ici IDLR il Illuminations ILVLA ilya immédiatement imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Interrompre Irwin Ishihara isolato Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet jaime Jakobson Jardin JBE JCERDM JE JE & Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G K.K Kafka Kaplan Kapoor Kawara Kay Ryan KDCN Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts L'EI La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lagopède LALELES LAME Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin LBA LCR LDB LDMC Le Clézio Le Livre Le poème LECDF LECLA Lectures Lee Ufan Leibniz Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lex1 lex2 lex3 lex5 lex8 Lexie LFDH lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes livrelit LJDP LLDO LLDP LLDQ LO LOAN LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LPDLE LSDS LSDV LSMT LTO Lune Lus & Mus LVMDE Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.S.M M.Trinité Ma Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Maïakovski Mains maintenant Mais Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manganelli Manifeste Manon Manzoni Map Marcheurs Marelle Martin Ziegler Marx Masao Yamamoto Matinaux Matsui Matta-Clarck Mauguin MBO MCH MDLF MDOU mémoire Memories Menus Meraviglia Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro MFRC Michon micro microcosme Millet Mina Loy Miura ori MJNYCR Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 MPUSPM MTAS Murs et Fenêtres Muscle Musil Musique MWLG Mystères Nagori Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Neil Mills Nerval neuf Nice Niedecker Nietzsche Noguez Noir nOmbres Notes-Book Notes-Rapides Notifications Nouveautés Novae Novalis Novarina NP NPhS Nuages Nuits O.Pé objets Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot OM ON Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.A P.B.Shelley P.observatoire P.P. P48 Padirac Pages palimpseste Palmer Paolo Icaro PAR Paradis Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Passages Paul Celan Paul Valéry Paysages PDLC PDM Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes PHPN Phrases phusis Pi Pierres Pierrette Bloch Pin Pise Pizarnik Plagiat planètes Platon Pleynet Podiensis Points Politikos polygraphe pommes Ponge Pour praxis prénoms Prière Promenade Proust Psaumes PUB puiser Pyramides Qualia quelqu'un QuelqueChose Questions Qui Quignard Quotidien R.G.Lecomte R.M. R.M.I R.M.T. Rachi Rae Armantrout Range Raphoz Raven RBDBB RBLPDT RD Recettes Reclus Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Rêve Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières RLP Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rocamadour Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rosset Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie Saigyo Saliens Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sbrissa Sculptures Sculptures Photographies L.A. SDM Sel Seneca SGM Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Sinclair singularité Situation Sivan six SJDC Ski soleil Solutré Sommeil Sonnets Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza spirale SPSLSA Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu sur Suso Swensen Synchronicité synonymes T T.A T.C T.S.Eliot Tabarini Takis Tanizaki TAOPY Tardy Tarkos TDQ TEL Temps Temps probable Tétralemme TEXTES Thalès Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TLP TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane Toujours TouT TP.BN Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva TT TU Tumulte Tweets Typoésie u.p.d.d.v UCDD ULDLLA Ulysse UMP UN UNM UPSA usura V.I. V.Kh V.P. VALC vazquez VDSJ VE Venet Venise Vents VERBES Verne Vert vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Viton vitraux VO Voies volcan Volut Vous Voyelles Vulcano W W.Benjamin W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens Walser WB WBY wcw webasso Webcams WGJ WilliamBlake Windows Wittig Wolfgang Laib Woolf Xardel Xénophon Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zéro Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog