mercredi, septembre 30, 2009



Louise Hornung
Huez, 1986, format 26 x39 cm.

Louise Hornung

Elle adore de tout son coeur ce don de la vie
visible invisible palpable intouchable prosaïque et sacré.
Elle s'étonne chaque jour de peindre.
son oeuvre est un acte de vie,
instant saisi comme
totalité
.


. Sans titre, format 114 x 146 cm
. Bus Ligne 18, 1971, format 97 x 130 cm
°
Louise Hornung, éditions Comp'act, 1991
Textes de Mathieu Bénézet, Sophie Boutin, Janine Bressy
René Deroudille, Patrick Laupin, Jean-Jacques Lerrant.

Cembro

le pin
midi muet
un jour de plus offert
°
L.A. photographie, Zermatt, juillet 2009
.

La spiritualité chengienne















... La présentation de la spiritualité chengienne, dans son évolution unique, exempte de tout reniement ( n'impliquant pas ce qu'on entend ordinairement par le terme de " conversion "), du fond chinois à la voie christique, fournit les clés utiles à la lecture de romans qui, sous des apparences différentes, délivrent des messages très voisins, puis d'une poésie dont l'accès serait, autrement, difficile. Une poésie qui retient à la fois par sa beauté et par son sens, et qui demande à être accueillie et méditée.

Hermann lettres
















.

















.
Parle nous
Pour que rien ne soit perdu
Ni la foudre embrassant le pin
ni l'argile chaude aux grillons
Ecoute-nous
Pour que notre voix
Jaillie d'un été trop bref
fonde enfin le royaume
°
François Cheng, à l'orient de tout
Poésie/Gallimard
" L'homme accompli sait se protéger de la méchanceté et du mensonge. Il s'en va devant un visage hostile sans attendre que le jour se lève. Il agit en voyant le moment favorable sans attendre le soir. "
" Qu'est-ce que tu lis ? disait Jill en venant s'allonger près de moi sur la plage.
- La voie des Divins Immortels.
- c'est bien ?
- Très bien.
- Tu m'aimes ?
- Un peu. Et toi ?
- Je vais réfléchir . "
°
Ph.Sollers, Un amour américain
MILLE.ET.UNE.NUITS

mardi, septembre 29, 2009

ubi et quando : l'espace et le temps.
.
Je dis, sans demander,
ce que tu veux entendre, parce que je l'ai vu,
là où aboutit tout ubi et quando
.
note du Paradis
Dante, La Divine Comédie
traduction Jacqueline Risset

L.A. encres & photographies, septembre 2009

Une seule seconde


en équilibre
avec un sans peur et
un bon oui
°
L.A. photographie, Vallon de la Sassière, août 2009

Tous les élans de mon coeur

" à quinze ans, dit un sage chinois, je me suis mis à l'étude; à trente ans, mon opinion était faite; à quarante ans, j'ai surmonté mes incertitudes ; à cinquante ans, j'ai découvert la Voie du Ciel ; à soixante ans, aucun discours ne pouvait plus me troubler ; à soixante-dix ans, j'ai pu suivre tous les élans de mon coeur sans perdre le droit chemin. "
On lit ce genre de propos dans La Voie des Divins Immortels. Les Immortels habitent un endroit appelé Xuang-Zhou, les Îles Mystérieuses.
°
L.A. photographie, sur le chemin du Grand St Bernard, Vallée d'Aoste, Italie
août 2009, source du texte, Ph. Sollers, un amour américain,
MILLE.ET.UNE.NUITS.

le chemin même marchant et marchant
le jour qui venait le chemin
°
L.A. photographies, vers le refuge Mario Bezzi 2500m
avec Michèle desbordes


marcher sur le chemin
le chemin le sentier herbe terre cailloux
marcher dans le gris bleu blanc froid ou chaud
dans le ni ceci ni cela
marcher dans ce qui est sera et fut
un ne sais quoi qui se trouve d'aventure
marcher sans appui et avec appui
parfois sans lumière et vivant à l'obscur
°
L.A. photographie, un peu avant le refuge Benevolo vers 2400m
avec St Jean de la Croix
C'était marcher qu'il voulait
avancer sur les chemins
dans le vent clair d'été
et eût-ce été l'hiver qu'il eût fait de même
marcher sans plus s'arrêter et parfois la pluie prenait avec le vent
il marchait dans la pluie dans le vent tiède
le vent par grandes douces bourrasques
Du doigt ils montrait l'horizon
la forêt et plus haut les landes
ajoncs et bruyères et les mares par centaines
ils montrait les plaines et les villes derrière les plaines
expliquait ce qu'il y avait de chemin
ce qu'il y avait d'horizons
herbes et collines et disaient par où il fallait passer
le grand chêne aux quatre-chemins
ou juste avant les friches la haie d'aubépines et le sentier des étangs et tout au bout
il verrait les toits et l'église parmi les ormes.
Michèle Desbordes
Dans le temps qu'il marchait,
Laurence TEPER éditions

lundi, septembre 28, 2009

C'était marcher qu'il voulait

Les deux textes qui constituent le présent recueil sont consacrés à Hölderlin.
Le premier, un court récit, constitue une sorte de portrait du poète. Le second, un long poème narratif, évoque le retour du poète en Allemagne, sa longue marche de Bordeaux à Nürtingen.
Deux démarches, deux propos différents, où pourtant l'on retrouve - où donc commence la poésie, où finit-elle ? - l'écriture si particulière de Michèle Desbordes ainsi que certains des thèmes qui lui sont chers, la fin des choses, la hantise du temps, la lente répétition des jours, la solitude et le silence. L'inaccompli. Et puis ces personnages qui marchent à n'en plus finir.

Midi

midi sur la montagne
midi glisse lentement sur la Montagne Sainte-Geneviève
°
L.A. photographie,
église Saint-étienne-du-Mont, Paris septembre 2009

Titre, Exergue et Fin

Jan Karski
.
Qui témoigne pour le témoin ?
PAUL CELAN
.
Ma gorge s'est bloquée, mon coeur a cessé de battre. Les ténèbres rient, elles s'installent. C'est fini. Dans le noir, il y a eu un petit point, on aurait dit une tête d'allumette. Ce petit point s'approche. Il paraît que j'ai de la chance, et que cette chance est de celles qui désarment la mort. Le petit point s'est éclairci, déjà il flottait dans le noir comme un début de lueur. Les ténèbres ne pouvaient plus rien contre moi, j'ai recommencé à vivre
.
YannickHaenel
Jan Karski, L'infini/Gallimard
.















Varsovie, 1942. La pologne est dévastée par les nazis et les soviétiques. Jan Karski est un messager de la résistance polonaise auprès du gouvernement en exil à Londres. Il rencontre deux hommes qui le font entrer clandestinement dans le ghetto, afin qu'il dise aux Alliés ce qu'il a vu, et qu'il les prévienne que les juifs d'Europe sont en train d'être exterminés.

Jan Karski traverse l'Europe en guerre, alerte les Anglais, et rencontre le président Roosevelt en Amérique.
Trente-cinq ans plus tard, il raconte sa mission de l'époque dans Shoah, le grand film de Claude Lanzmann.
Mais pourquoi les Alliés ont-ils laissé faire l'extermination des juifs d'Europe ?
Ce livre, avec les moyens du documentaire, puis de la fiction, raconte la vie de cet aventurier qui fut aussi un juste.



Yannick Haenel sur les carnets d'Eucharis ici


















.

Présence de Samuel Beckett


Je quitte le centre culturel irlandais en début d'après-midi, remonte à pieds la rue des Irlandais, la rue de l'Estrapade, coupe la rue d'Ulm et arrive rue des Fossés-St-Jacques. J'entre au N° 1 chez les éditions L.Mauguin où j'aperçois ton sur ton avec les oeuvres de Jean Desmier, déclinaison pour une belle amoureuse ( monotypes et dessins), le superbe vélo N&B sans roue libre de Martin. Il se peut que j'entende Molloy dire :
" chère bicyclette, je ne t'appelerai pas vélo..."
Un peu plus tard en compagnie de Martin et de sa fille à califourchon sur la bicyclette, je traverse le Jardin du Luxembourg et remonte l'interminable Rue de Vaugirard où " vit " Samuel Beckett
.
à mi-hauteur
je débraye et béant de candeur
expose la plaque aux lumières et aux ombres
puis repars fortifié
d'un négatif irrécusable
°
L.A. photographie, aux éditions L.Mauguin, Paris septembre 2009

Rue des irlandais



L.A. photographies,
rue des irlandais, Paris septembre 2009

Ici


tout bouge, nage, fuit, revient, se défait, se refait. Tout cesse, sans cesse. On dirait l'insurrection des molécules, l'intérieur d'une pierre un millième de seconde avant qu'elle ne se désagrège.
C'est ça, la littérature.
°
Samuel Beckett, le monde et le pantalon, les éditions de minuit, 1999
L.A. photographie, centre culturel irlandais, Paris septembre 2009

La force de la beauté


Je sens cet appel au coeur, bien plus fort que l'appel du désir ou de la mort (...) c'est la force de la beauté, toujours nouvelle, qui nous rend vraiment vivants. Il ne peut y avoir de pensée ni de science, qui ne plonge ainsi jusqu'aux profondeurs de la nuit. Alors les deux mondes étrangers sont unis l'un à l'autre, leurs images, leurs mythes, leur histoire se confondent - et l'homme est enfin unique, cohérent.
°
L.A. photographie, centre culturel irlandais, Paris septembre 2009
avec J.M.G.Le Clézio, l'inconnu sur la terre, Gallimard

Fenêtre éclairée



face à la source blanche qui l'enivre
°
L.A. photographies, rue Lhomond, Paris septembre 2009

Une grande flamme sombre

silencieux
tranquille
lent
puissant
il fait son voyage vertical

une grande flamme sombre qui jaillit continuellement de la terre (J.M.G.L.C.)
°
L.A. photographie, jardin du Luxembourg, Paris septembre 2009

Le jardin " vide "



Les marrons tombés
dans le Jardin aux grilles dorées
aux abords de midi
Tu les entends n'est-ce-pas
là où tu es
en lieu séparé
mais au même instant.
°
L.A. photographie, jardin du Luxembourg, Paris septembre 2009
signe tendre à la philosOphélie !

Le palmier


L'arbre qui me remplit de contentement, qui me plaît et me fait sourire parfois comme une personne, celui à qui j'aime parler et qui sait me répondre : le palmier, haut, mince, aux larges feuilles qui se balancent à son sommet...
°
Paris ville blanche ce matin : mer, soleil, ciel, jeunesse éternelle ! mais oui, jeunesse éternelle.
°
L.A. photographie, jardin du Luxembourg, Paris, septembre 2009
avec J.M.G. Le Clézio, l'inconnu sur la terre, Gallimard.
Signe amical à Eucharis !

Rue Visconti


Christo and Jeanne Claude
Wall of oil barrels, iron curtain, rue Visconti, Paris 1962
°
L.A. photographie, Paris septembre 2009

Nature



Tous les spectacles de la nature sont des spectacles en échos, sans quoi les images ne seraient que des amusettes pour faire tomber les sots.
Pour les montagnes, c'est délicat. L'une ne vous " dit " rien. L'autre est excellente. Il faut n'aller que dans les montagnes qui vous massent dans le sens de vos muscles mentaux, paysages d'accompagnement.
°
Henri Michaux, Passages ( 1937-1963), Gallimard
L.A. photographie, centre Pompidou, Paris septembre 2009

dimanche, septembre 27, 2009

Le renversement


L.A. photographies, Roselend, septembre 2009

Triptyque lac ciel et nuages




L.A. photographies, Roselend, septembre 2009

Geneviève Asse

Triptyque lumière 1970-1971. ( détail )
L.A. photographie centre Pompidou, Paris septembre 2009

L.A. photographie, centre Pompidou, Paris septembre 2009

Agnes Martin

.





















Agnes Martin, 
Untitled 1. 1984. (détail)


L.A. photographie, 
centre Pompidou, Paris septembre 2009






















.

Ligne de crin

.
















J'aime les outils qui font des lignes.


Je les connais, je les fréquente, les lignes,
sans conclusion, sans fin, leur retour,
leur accidents, leur apparente vitesse,
leur durée tenace, leur persistance,
leur urgence
.


Ligne, 10 mai 2002

Pierrette Bloch

















Pierrette Bloch, Ligne de crin 1994 ( détails )
L.A. photographies, centre Pompidou, Paris septembre 2009






















.

samedi, septembre 26, 2009



L.A. photographies, mur griffé,
Paris, septembre 2009

Interstice




interstice qui détermine le trait : un dessin qui déloge.
si exigu que cela soit, je n'en ai pas
moins tenu l'interstice.
et
sur l'interstice alors, un instant comme au large, logé.
°
André Du Bouchet, Peinture, Fata Morgana, p : 66
L.A. rue des Grands Augustins, Paris , septembre 2009


Variation




L.A. photographies, mur griffé, Paris septembre 2009

Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 14 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Alina Reyes Amande Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Auxméry Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot bio BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier ce qui est cequej'aime Cerbelaud cercles Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Corbeau Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze Delillo délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof épiphanies essais Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Gif Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm gris Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet Jakobson Jardin JBE Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.Trinité Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro micro Mina Loy Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Notes-Rapides Nouveautés Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P.observatoire P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paul Valéry Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Points Politikos pommes Ponge Prière Promenade Proust Psaumes PUB puiser Qualia quelqu'un Questions Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini TAOPY Tardy Tarkos Temps probable Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.Kh V.P. vazquez VE Venet Venise vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xardel Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog