dimanche, juin 23, 2019



À première vue 

un 
platane 
au milieu

un 
cheval 
fou dans l’ombre 
d’
une stalle



une atmosphère inquiète 

une peur précise 

un profond malaise flou











les
affaires
commencent avec l’air

la lumière
la perspective
les nuits et les déboires
les plaisirs et les jours




l'un 
des moyens 
de parvenir à la connaissance de soi 

est de construire 

un 
labyrinthe 
qui vous ressemble



































quand 
la terre claquera dans l’espace comme 
une noix sèche

nos œuvres n’ajouteront pas 
un atome 
à sa poussière



C’est pourquoi l’écriture

comme toute création, n’est pas seulement le plus vain des travaux, mais aussi, et c’est un comble, le plus laborieux et le plus pénible. 

Car un coefficient d’absurdité l’affecte davantage que toute autre forme de travail ; lequel, tel celui qui préside à l’élaboration d’un pain excellent ou d’un grand vin, peut du moins tabler sur une finalité tangible, sur une gratification à court ou à moyen terme. 














Ce qui n’est pas le cas de l’auteur, qu’il soit faiseur de livres, de musique ou de peinture, dont la vraie reconnaissance ne saurait venir, si par extraordinaire elle devait venir, que beaucoup plus tard et le plus souvent après sa mort. Et encore cette reconnaissance posthume, déjà très improbable en elle-même, jouirait-elle par surcroît d’un bénéfice peu appréciable en soi, puisque dans tous les cas la mort et l’oubli finiront bien par s’emparer d’elle à son tour, comme le suggère Zola dans la phrase citée plus haut. Face à l’ensemble des travaux concevables, pénibles certes mais plus ou moins nécessaires et plus ou moins payés, le travail d’écriture fait figure de travail à la fois supplémentaire et non payé. Je conçois donc très volontiers qu’on puisse tenir celui-ci comme une sorte de  maladie  ou de folie ; et qu’on pense avec le philosophe Tchouang-Tseu que 

l’homme parfait est sans moi

l’homme inspiré est sans oeuvre

l’homme saint ne laisse pas de nom



CR. LCDM





























vendredi, juin 21, 2019




un gravier 

dans 

un seau 


un grain de sel 

sur 

une lame 



une heure qui fait de la poussière













un désir

une pensée

une formule 

qui n'a trouvé le cœur de personne




il y a dans l'eau

une pierre 

et 

un cercle



un 
mot
une nuit



une mèche 

et 

une bougie






l’immanence

plus religieuse que les religions

répondant à


répondant de l’ultime question de

Leibnitz

pourquoi y a-t-il quelque chose

plutôt que rien



la poésie  garant de l’être rien

































une chose / un soi


on 
croit choisir 

une 
chose

et c'est toujours soi qu'on choisit


un soi 

qu'on ne connaissait pas 

si on a de la chance


































Il était agréable de remâcher sa vie en rêve, couché sur la corniche à côté de Belacqua, devant un jour se levant de travers. 

Mais combien plus agréable la sensation d'être un projectile sans provenance ni destination, ravi dans un tumulte de mouvement non-newtonien. Samuel Beckett  Murphy


Belacqua  

Âme nonchalante 

à l'air plus indolent que si paresse était sa sœur

dit de lui le chant IV du Purgatoire de Dante

































Je pense 

que la prochaine 
petite source d’émotion forte
c’est de voler 



J’espère que je ne suis pas trop vieux pour m’y mettre sérieusement, ni trop stupidement ignorant des machines pour obtenir un diplôme de pilote professionnel. Je n’ai pas envie de passer le reste de ma vie à écrire des livres que personne ne lira. Ce n’est pas comme si j’avais envie de les écrire. Samuel Beckett à Thomas McGreevy, le 26 juillet 1936, alors que Murphy ne trouve pas d’éditeur

































Comment vivre 
avec vingt quatre heures par jour

Le titre est un pastiche des titres du genre Comment vivre avec cinq euros par jour. Ecrit en 1910, c'est l'ancêtre des livres de développement personnel, avec la particularité d'être écrit par un Anglais : un livre de self-help à l'humour british.

La méthode tient en une phrase : apprenez à vous concentrer. Le but : devenir spécialiste dans un domaine aimé en y consacrant une heure et demie trois soirs par semaine. 

Le plus étonnant : l'auteur considère que le but le plus haut qu'on puisse se proposer est l'étude de la poésie.

En revanche, lire des romans ne présente pas d'intérêt particulier car cela ne demande aucun effort 
or le but est de s'améliorer

Mais si vous n'aimez pas la poésie, 
concentrez-vous sur le domaine de votre choix.

Benneth Arnold  / source Véhesse






































La responsabilité de la création pèse sur les hommes, mais ceux-ci peuvent vivre avec Dieu à leur côté s'ils sont capables de l'entendre: En effet, le Dieu qui, selon la tradition cabaliste surtout, est avec les hommes, ne ressemble pas à une puissance qui maîtrise le cours des choses. Ce Dieu leur a dit qu'ils doivent apprendre à vivre sans cette hypothèse rassurante mais infantile, tout en leur promettant qu'ils peuvent Le rencontrer, dès maintenant, quand ils consentent à entendre Sa parole comme à eux adressée et à Lui répondre, avec cette difficulté, insurmontable pour beaucoup, que seule la réponse permet d'entendre l'appel. Catherine Chalier Dieu sans puissance in Le concept de Dieu après Auschwitz
































ORION

cette constellation
représente le géant Orion
ceint de son baudrier les bras levés
et brandissant sa massue

d'où les appellations

Ceinture d'Orion
Baudrier d'Orion
Bouclier d'Orion
Épée d'Orion

selon
Virgile Enéide X 703
Orion aveugle
porte sur ses épaules

un jeune guide









il semble donc l'équivalent de
Christophe
le quel est souvent associé à
saint Jacques
en raison de leur fête commune
le 25 juillet

en outre ce jour là
l'épée d'Orion se trouve dans
la voie lactée

elle devient naturellement
le bâton de saint Jacques ou
l'épée de saint Jacques
devenu en même temps
comme Orion
ou Christophe

un géant
capable de marcher sur
les eaux

Claudel le montre

si grand
qu'il est forcé
de se courber sous
le plafond de nuages

il guide
Christophe Colomb
marchant lui-même au travers de la mer

il a déraciné
les colonnes d'Hercule
et les emporte sur son épaule

































jeudi, juin 20, 2019


TDQ . LRDM

Qu’est-ce que la vie ? 

L’obscurité et le vide informe pour commencer, 
ou avant tout commencement ; 

puis 
cette pâle fleur de lotus
qu’est la conscience humaine,
flottant sur des eaux sans rivage ;

puis 
quelques sourires radieux
et des flots de larmes ;














un peu d’amour
et des luttes infinies ;

des murmures
issus du paradis
et des railleries féroces émergeant
d’un chaos anarchique ;

la poussière et les cendres et,
une fois encore,
l’obscurité envahissante,
comme si elle avait toujours été là,
cernant ainsi notre existence fabuleuse,
réduite à une île.

Telle est la vie humaine,
telle est pour l’homme l’inévitable
somme de rire et de pleurs
de ses soumissions et de ses actes ;
de ses mouvements
en tous sens vers tel ou tel but ;
de ses soi-disant réalités
et de ses refus intransigeants,
pompes ombreuses et ombres pompeuses ;
de tout ce qu’il croit ou découvre,
de tout ce dont il assure le succès ou l’échec,
de tout ce qu’il invente ou anime,
aime,
déteste,
ou espère et redoute à la fois.

Il en est ainsi,
il en a toujours été ainsi et
il en sera ainsi pour l’éternité.

Cependant,
l’abîme le plus insondable en laisse entrevoir un autre,
plus insondable encore ;
et dans les vastes demeures de la fragilité humaine,
se trouvent des chambres distinctes,
plus ténébreuses,
d’une fragilité plus délicate et plus achevée.

Que soixante-dix ans
marque pour l’homme le terme
d’une existence agréable et,
plus encore,
que bien avant cet âge,
sa beauté et sa force soient tombées
parmi les herbes folles
de l’oubli,
c’est là pour nous un signe de fragilité ;

mais il est une fragilité
en comparaison de laquelle ce cours ordinaire
de la vie semble durer une éternité.

Il est des cas,
et ils ne sont pas rares,
une seule semaine,
un seul jour,
une seule heure,
balaie tous les vestiges et les jalons
d’une félicité mémorable ;

où la ruine
se propage plus vite
que les averses sur les flancs
des montagnes,

plus vite que
les sons égrenés par un musicien



c’était
et
ce n’est plus
sont des mots prononcés
par la même personne à la même minute ;

où le soleil,
qui à midi éclairait un univers stable et prospère,
découvre,
bien avant le crépuscule,
un naufrage absolu,
jusqu’à abolir totalement le souvenir
le plus fugace d’un vaisseau voué au naufrage
ou d’un naufrage voué
à l’oubli.

Thomas de Quincey, La roue du malheur 






































elle 

ne veut plus tournoyer dans le vide 

comme 

une fleur qui tombe












un poète 

est

un être 

confidentiel 
nocturne presque souterrain
il possède 

une nature 

de chauve-souris
de rat
de taupe ou de mimosa







l’alouette est trempée d’altitude

le jour

pur et inéluctable se lève


ni le regard ni la pensée

ne pénètrent

les intentions de tant de limpidités
































dans l'ombre

le premier son

des brisures de plaisir et de saphir


elle

compte déjà les jours

et les nuits


éloge du lointain



l'éclat 
d'
un serment

dans la source de ses yeux











tard et profondément

un ouvrage
qu'on laisse volontiers à son
étoile

les oiseaux

un
escalier dans l'eau

les serments sacrés
du sable

depuis les toits
du sommeil




la blanche
chevelure du temps
dans les moulins de la vie

la mer

le jour composé de midi


selon
la voie harmonique
ils donnent des gaz légers
plus ou moins
parfaits

ensuite
les molécules
s'associent et fusionnent
entre elles










































fixer - contempler

un dogme fondamental 

la loi de shikam









il s'agit du mouvement de la conscience

par lequel

on contrôle la dispersion

des idées


ce qui apaise le cœur et donne

la clairvoyance

de sorte que l'on parvient à l'identification

et la contemplation

de la réalité de toutes les

choses


clairvoyance


de

la rouge énigme

du

coquelicot





























elle avait 

quelque chose 
de la fuite des passantes sur la route

quelque chose de nécessaire



la réalité est donc

quelque chose 
qui n'a aucun rapport avec
les possibilités

quelque chose de réel

*











elle a 47 ans 
elle est danseuse elle reçoit un appel
elle décide




elle 
a 47 ans

elle 
est danseuse 
et vit à Buenos Aires

quand 
elle reçoit 
un appel 
de sa sœur qui lui apprend 
que leur père est très malade
elle décide de se rendre à son chevet
dans son village natal au nord de l’Espagne

A son Arrivée

un fort vent 

d’automne 
souffle dans les rues désertes

sa mère 
et sa sœur sont là qui l’attendent

Son père est déjà mort

































quelque chose de calme

de liquide
de doux

quelque chose
de mort

un peu peut-être
ici

quelque chose
qui n’est pas très vivant
qui n’est pas très bruyant
qui n’est pas froid
qui n'est pas chaud

un peu tiède












quelque chose 
dont la morphologie est plus proche des oiseaux 
que celle des hommes

quelque chose 
qui chante à peine

qui 
glisse entre les joncs comme 
une onde

qui suit 
un si petit village

qui court 
comme la minuscule araignée 
sur la surface de l’eau 

qui cherche 
sa part de pollen tombé de la lumière 
que le ciel répand



quelque chose 
de plus précieux se dissipe 

au jour de Pâques 

quelque chose de florentin 

et à Florence 
quelque chose de pascal














































ce qui est 

renvoie à l’humilité  de  ce qui est

le proclamer ne dépasse

pas 

le cri des mouettes

leur stridence funèbre

messenger took out his matchbox
thoughtfully and lit 
his cigar.

le messager sort son briquet avec précaution
s’allume un cigare











elle
traçait 
une parenthèse
et quand 

elle 
voulait mettre 
quelque chose entre parenthèses 

elle
le mettait entre guillemets


quelque chose d'urgent à dire

quelque chose d'arbitraire et d'immérité



je
ne l'ai pas trouvé
simple !

mais il a

quelque chose d'amusant
d' obtenu 

quelque chose 
de plus mystérieux à la chaleur

quelque chose 
d'extérieur à moi

































les apories retournées

comme

un gant de fumée


les oxymores se chevauchant

les paradoxes tenus en lisière

les tautologies fertiles


tératologie 

qu’

un sizain résout



science des monstres qui traite plus particulièrement des anomalies congénitales ou héréditaires les plus aberrantes en établit les classements d'après leur aspect anatomique tératologie morphologique étudie le développement de l'embryon mal formé tératologie pathogénique et tente de déceler les causes de ces malformations tératologie étiologique ou tératogenèse








paquet de six jeux de cartes
trois sixains de cartes entières 
trois sizains 
de cartes de piquet 
de reversi 

les chariots 
sont chargés de tables de jeu de trictrac 
de sixains de cartes 


strophe
poème de six vers utilisant deux ou trois rimes. 

Leopardi
ne se contente pas de disserter 
sur la Batrachomyomachie

il la traduit en vers
en sizains coulants et faciles 













la lumière nous abandonne
au beau milieu
de ce que nous voyons



il faut 
un regard  d’acier 
pour contenir l’image


c’est grâce
à cette même fermeté
qu’on résiste au désespoir


un savoir mourir 
excède l’art de vivre

par
une gnose 
l’agnosticisme pris en tenaille

































mercredi, juin 19, 2019



lorsque tu corriges
c'est toujours désastreux

promets-moi d'écrire

sans raisonner
sans corriger
sans relire

sans revenir en arrière


la superstition 
suppose qu'à l'endroit où
s'élève 

un arc-en-ciel 

se trouve

un plat d'or







expansion
et concentration

dit ces mots à voix basse

































un amour fraternel / une parfaite confiance
une lampe solitaire de vérité 


Premier instant 

et non pas origine 

lorsque le O du mot origine est 

un 
cercle de 
feu



souffle
en mouvement
lentement

souffle
lent

lentement
lentement








en mouvement

Ralentissez

en mouvement

*




rester 
caché dans la foule est sublime

passer 
de génération en génération

ignoré de la multitude
est doublement 
sublime





l'image même
qui apparaît fugitivement 
et se dévoile peu à peu
d'hommes liés 
par 

un 
amour fraternel 

une 
parfaite confiance

se
rencontrant 
au cœur de la nuit 
dans des salles secrètes 
pour mettre à 
l'abri 

une lampe 
solitaire de vérité 

en l'enveloppant et en se plaçant devant elle 
à leurs risques et périls

pour la protéger de l'indifférence du monde 
et de son ignorance tumultueuse 

qui l'auraient bientôt 
éteinte

pour la protéger de la haine du monde 
qui aurait déclaré la guerre
à son existence





































nous franchîmes le gué du
Halo-de-la-Lune

et arrivâmes au relais
Sur-les-Rapides










j'allais demandant et redemandant 
mon chemin et parvînt à
un endroit nommé
Montagne-Ronde


là se trouve l'ancien manoir 
du seigneur

dans

l'étroit chemin du fond



*

l'Univers est

un sphéroïde 
plein dont le volume est
Mémoire

et la surface

Activité



ce que les hommes nomment
le présent du temps

est cette surface
active





























trois précisions

1804

puisque la philosophie
a tant critiqué oui a critiqué
à peu près tout au ciel et sur la terre
elle peut bien admettre qu'on la critique à son
tour


1805

j'ai en plusieurs occasions
souligné l'importance de cette question
du rapport entre délire et théorie

1806

cette histoire
est d'ailleurs elle-même
une reprise





































Tout
ce qui existe est
absolument
Un

monisme









Tout
ce qui existe
existe pour s'accomplir
en perfection

intentionnalisme

Tout ce qui existe
est processus intriqués
et non pas objets assemblés

processualisme 



non
l'univers réel
n'est pas

une mécanique


non
l'univers réel
n'est pas

un assemblage

non
l'univers réel
n'est pas

une longue 
chaîne de causes et d'effets 


Galilée a fini par perdre la partie
c'est Hermès Trismégiste qui rafle la mise




































actif et passif dans le paysage

lierre 
âcre et suave

un feu frais 
court de branches en branches

l'arbre
sera parfumé
des idées du monde ambiant
choyé par le vent




le Grand-Espace me renverse
et me frôle

je m'installe
comme

un citron dans un miroir
vers la patrie des coquillages



l'anecdote a son mot à dire

les renversement imprévus
les bouleversements
les délices saugrenus et l'air très simple


un matin

je suis 
sortis de moi-même et
je me suis dirigé sans hésitation
vers le lendemain

































dimanche 26 mai Fête des Mères jour 23

Condom
Larressingle
Pont d'Artigues
Lasserre d'Amour
Montréal-du-Gers

16.3



Condom
cathédrale Saint-Pierre
nef unique
voûte aux clefs sculptées et dorées
flamboyants vitraux
cloître adjacent































mardi, juin 18, 2019






aucune forme n’est moins

qu’activité 



sache discerner le moment 

favorable










je vais 

perdant le désir de ce que je cherche

en cherchant que

je désire



Apologie Des Restes






Et qui
par là dépassent 
d’

un trait 

leur prétendu statut d’images 
pour devenir quelque chose de vivant
et vertical 

la mise-en-place-d’un-monde




on ne peut

inviter le vent

mais on doit laisser la fenêtre ouverte 



S’adresser à 

un lieu nu 


la démesure du monde est

notre demeure



réalité

suspendue entre deux

néants




graver des signes

sur

une paroi




l’adaptation au milieu 


passer par l’impulsivité 
pour l’épuiser et pouvoir accéder à la 
spontanéité


mon Maître 
utilisait souvent ces techniques 
d’épuisement pour faire toucher à ses disciples 
l’instant blanc où il ne reste 
plus rien 



maintenant que je vieillis
je pense que je comprends ce que Wittgenstein
avait derrière
la tête

il disait que
s’il trouvait quelque chose
à manger

cela lui suffirait et ne
mangerait rien
d’autre



le presque rien 
contient de l’immense 
parce qu’il est indéterminé
donc ouvert



sautez 
d’instant momentané 
en instant momentané 


ne dis pas
tout ce que tes yeux ont vu 



le jeu

tout est 
en mouvement

à toutes
les échelles
et à tous les instants 


une harmonie
sans intention d’harmonie


du temps sur du 

temps

de la matière sur la 

matière 

se 
métamorphosant
pour accueillir le paradoxe 
d’

une chaleur immobile





toute harmonie
doit remplir l’indispensable condition
de conserver en elle-même
une disharmonie


la dissonance
qui la garde de devenir irréelle


Nulle transfiguration
mais

une intensité 
de signification accrue

une densité d’être

une rayonnante présence



Horizon
étoiles — étoilement...
































Jan Veth

Oak Leaves

1874 - 1925 

































la règle de base est intangible

le jeu se joue avec 2 dés

un premier coup 

décide de celui qui va commencer


L'Oie

signale les cases fastes disposées

de 9 en 9

nul ne peut s'arrêter sur ces cases bénéfiques

et on double alors le jet











Qui
fait 9 au premier jet
ira au 26
s'il l'a fait par 6 et 3
ou au 53 s'il l'a fait par 4 et 5

Qui
tombe à 6
où il y a un pont ira à 12

Qui
tombe à 19
où il y a un hôtel
se repose quand chacun joue 2 fois

Qui
tombe à 31
où il y a un puits
attend qu'on le relève

Qui
tombe à 42,
où il y a un labyrinthe
retourne à 34

Qui
tombe à 52,
où il y a une prison attend
qu'on le relève

Qui
tombe à 58
où il y a la mort
recommence

le premier arrivé à 63
dans le jardin de l'oie
gagne la partie

à condition 
de tomber juste
sinon il retourne en arrière
sur autant de cases qu'il lui reste à parcourir

si 
un joueur tombe 
sur une case déjà occupée 
par un autre joueur il renvoie ce dernier 
à la case d'où il est parti

il ne peut y avoir 
qu'un joueur par case


































sur des rochers fantastiques

de toutes formes

ont été plantés et alignés

d'antiques pins



la petite chapelle Saint Roch

couverte d'herbe sèche

est suspendue

en haut de la falaise


c'est

une terre admirable







plus blanc
que la pierre de La-Montagne-de-Pierre
le vent de mai



l'odeur 
de l'eau fraîche
dans l'étroit chemin du fond



































une 
belle réflexion 
sans solutions toutes faites


Si 
le sort le plus général de la réalité est
d’échapper au
langage







le sort 
le plus général du langage est 
de manquer la réalité

il existe 

une chose

indépendante du langage
qu’on appelle 

le réel






Sur l’existence (ou sur l’être, ou sur la réalité) les paroles les plus profondes et les plus définitives sont le fait d’un penseur, Parménide, qui passe paradoxalement – et peut-être injustement – pour avoir été le principal inspirateur de l’interminable lignée de philosophes qui, de Platon à Kant et de Kant à Heidegger, nous ont enseigné à suspecter la réalité sensible au profit d’entités plus subtiles :

Il faut dire et penser que ce qui est est
car ce qui existe existe
et ce qui n’existe pas n’existe pas 

je 
t’invite à méditer 
cela

Table des matières

Prologue 
L’ombre 
Le reflet 
L’écho  

Épilogue

une brève 

exploration 
des domaines de l’ombre
du reflet et de 
l’écho

Car

et contrairement aux doubles porteurs d’illusion, ces doubles de seconde espèce  sont des garants de la réalité des objets dont ils constituent l’environnement forcé quelque fugitif et parfois inquiétant que celui-ci puisse sembler

la littérature nous enseigne depuis longtemps ce qu’il en coûte d’être privé de son ombre ou de son reflet et, pour parodier La Fontaine qu’à lâcher l’ombre on perd aussi la proie

































Les hommes profondément blessés par la vie ont jeté la suspicion sur toute gaieté, comme si elle était toujours enfantine et infantile et trahissait une déraison dont la vue ne pourrait susciter que pitié et attendrissement, comme lorsqu'un enfant au bord de la mort cajole encore ses jouets sur son lit. 

De tels hommes voient sous toutes les roses des tombeaux cachés et dissimulés; réjouissances, vacarme, musique joyeuse leur paraissent semblable à l'illusion volontaire du grand malade qui veut savourer une minute encore l'ivresse de la vie. 

Mais ce jugement sur la gaieté n'est rien d'autre que sa réfraction sur le fond obscur de la lassitude et de la maladie: il constitue lui-même quelque chose d'attendrissant et de déraisonnable qui appelle la pitié, et même quelque chose d'enfantin et d'infantile, mais de cette seconde enfance qui suit la vieillesse et précède la mort.

*















Et c'est ici que réside le paradoxe: 
Figaro est heureux mais heureux de rien, du moins de rien de particulier. 

Son bonheur est sans raison et sa réjouissance sans fondement, aux limites donc de l'absurde. C'est pourquoi cette joie de vivre (...) s'accorde avec une formule d'origine chrétienne, formule qui continue à faire scandale au sein de la chrétienté: Credo quia absurdum - je crois parce que c'est absurde.




































ce qui est universellement valable 
est aussi universellement 
valide 

ce qui doit être 
est en fait 
aussi

et 





ce qui est seulement censé être 
sans être n’a aucune 
vérité 

*

Peu importe par où je commence
car je finirai ici

en chemin vers l'étoile




























variation neutre

Que diriez-vous si un jour, un démon vous trouve et vous propose : "Cette vie, telle que tu la vis maintenant et que tu l’as vécue jusque ici, tu devras la vivre à nouveau et un nombre infini de fois ; il n’y aura rien de nouveau en elle ; chaque plaisir et chaque peine, chaque pensée et chaque mouvement, tout dans ta vie, du plus petit au plus grand, reviendra identique et dans le même ordre." 

Variation positive

quasiment identique (...) Seulement, il est probable que les plaisirs, les joies, les satisfactions soient plus forts et les douleurs, les peines, les frustrations moins fortes

Variation négative

quasiment identique (...) Seulement, il est probable que les plaisirs, les joies, les satisfactions soient moins forts et les douleurs, les peines, les frustrations plus fortes

Accepteriez-vous ?






































le réel

est insolite par nature 











non qu'il puisse lui arriver

de trancher sur le cours ordinaire des choses

mais parce que ce cours ordinaire est lui-même toujours

extraordinaire

en tant que solitaire et seul

de son espèce

































lundi, juin 17, 2019


la confondante réalité 

des choses 

est ma découverte de tous les jours


chaque chose 

est 

ce qu'elle est 

il est difficile 

d'expliquer à quiconque 

à quel point cela me réjouit

et 

à quel 

point cela me 

suffit




*



le présent est
à chaque instant l'addition 
de tous les présents  

cette expression de  
présent  
devant s'entendre ici 
dans son double sens de don de l'instant

don de ce présent-ci

et

d'offrande absolue 

don de tout  présent 
c'est-à-dire de toute durée




































l'arbre Mathusalem 

un pin Bristlecone  

pinus longaeva










dénommé ainsi car il était considéré

depuis 1964

comme l'organisme vivant non-clonal 

le plus âgé de la planète









































Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " (3x4) * & 12 14 24 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A.S. A1 A10 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB ABDL Aboulafia Abruzzo acronyme Actis Actualités ADBP Adorno ADR Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite AIR Air du temps Alain de Lille Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Aleph Alferi Alina Reyes Amande Anagrammes Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Appelfeld Approche Arago Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD AS Ashbery Auxméry Avec Avent B B.Celerier Babel Bachmann Baigaitu Banal Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala BAZAR Beaufortain Beckett Benedetto Bénézet Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot Binet bio BioMobiles Biopsies Bishop BISSES1 Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blanqui Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bozier Bretagne Briciole Broodthaers Bryen BSRM Butor Byron C C.C C.F. C.Olson çacest café Camino Campo Cantos Capital Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier CCB CCEM CDN ce qui est Celui Cendras cequej'aime Cerbelaud cercles Cerf Ceux Cézanne CH5 Champs chant1 Chants et Poésies Chappuis Char chartres Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations CL Claude Favre Claude Simon Climat Closky CMDOT Code Cole collages Collines Côme comme Compact compostelle Copier Corbeau Cortazar Cravan Creeley CSB Cummings cut Cut 1 CyT Dada Dans Danse Dao Dates DDLR de De Vries définitions Deleuze Delillo délires Démocrite Denis Roche Déplacement Derrida Des Déserts Désir Dextre DFRC Diable Dickinson Divers DMI Domerg Duchamp Duncan Duras Duvauroux Dworkin E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof EPE épiphanies EPLA ESE ESPA Espitallier essais Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. F.O faits FAJ Faune Fayçal Fengliu feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore FNAR Foligno Foucault Fourcade Fractales Fragme Fragments France François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO genese Genji Gervais Gif Giffard Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize GMH Gobenceaux Godard Goethe Gombrowicz Gongora Grâces Gramm gris Guesdon Guyau Guyotat GWFH H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Harms Hart Crane Hausmann Heaney Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Herta Müller Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Histoire HO Hocquard Hölderlin Houellebecq HR. Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. ici il Illuminations ILVLA ilya immédiatement imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Interrompre Irwin Ishihara isolato Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet jaime Jakobson Jardin JBE JCERDM JE JE & Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G K.K Kafka Kaplan Kapoor Kawara Kay Ryan KDCN Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts L'EI La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lagopède LALELES LAME Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin LBA LDB LDMC Le Clézio Le Livre Le poème LECLA Lectures Lee Ufan Leibniz Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lex1 lex2 lex3 lex5 lex8 Lexie LFDH lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes livrelit LJDP LLDO LLDP LLDQ LO LOAN LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LPDLE LSDS LSDV LSMT LTO Lune Lus & Mus LVMDE Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.S.M M.Trinité Ma Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Maïakovski Mains Mais Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manganelli Manifeste Manon Manzoni Map Marcheurs Marelle Martin Ziegler Marx Masao Yamamoto Matinaux Matsui Matta-Clarck Mauguin MBO MCH MDLF MDOU mémoire Memories Meraviglia Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro MFRC Michon micro microcosme Millet Mina Loy Miura ori MJNYCR Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 MPUSPM Murs et Fenêtres Muscle Musil Musique MWLG Nagori Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Neil Mills Nerval neuf Nice Niedecker Nietzsche Noguez Noir nOmbres Notes-Book Notes-Rapides Notifications Nouveautés Novae Novalis Novarina NP Nuages Nuits O.Pé objets Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot OM ON Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.A P.B.Shelley P.observatoire P.P. P48 Padirac Pages palimpseste Palmer Paolo Icaro PAR Paradis Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Passages Paul Celan Paul Valéry Paysages PDLC PDM Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases phusis Pi Pierres Pierrette Bloch Pin Pise Pizarnik Plagiat planètes Platon Pleynet Podiensis Points Politikos pommes Ponge Pour praxis prénoms Prière Promenade Proust Psaumes PUB puiser Qualia quelqu'un QuelqueChose Questions Qui Quignard Quotidien R.G.Lecomte R.M. R.M.I R.M.T. Rachi Rae Armantrout Range Raphoz Raven RBDBB RBLPDT RD Recettes Reclus Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Rêve Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières RLP Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rocamadour Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rosset Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie Saigyo Saliens Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sbrissa Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca SGM Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Sinclair singularité Situation Sivan six SJDC Ski soleil Solutré Sommeil Sonnets Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza spirale SPSLSA Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu sur Suso Swensen Synchronicité synonymes T T.A T.C T.S.Eliot Tabarini Takis Tanizaki TAOPY Tardy Tarkos TDQ TEL Temps Temps probable Tétralemme TEXTES Thalès Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TLP TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane Toujours TouT TP.BN Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva TT TU Tumulte Tweets Typoésie u.p.d.d.v ULDLLA Ulysse UN UNM UPSA usura V.I. V.Kh V.P. VALC vazquez VDSJ VE Venet Venise Vents VERBES Verne Vert vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Viton vitraux Voies volcan Volut Vous Voyelles Vulcano W W.Benjamin W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens Walser WB WBY wcw webasso Webcams WGJ WilliamBlake Windows Wittig Wolfgang Laib Woolf Xardel Xénophon Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zéro Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog