vendredi, avril 18, 2014

.

















A cette époque de l'année

si l'on jette un coup d'oeil

la nuit

on voit

au plus

un oiseau qui passe en planant

vers un but inconnu



des pétrels et des goélands 

à manteaux noirs 

venus d'une réalité

sous forme

d'arête de poison



par exemple








.



























jeudi, avril 17, 2014

.













NIRVANA

il semble impossible

que ce mot si sonore

et si énigmatique

ne recouvre quelque chose de précieux




une vague crainte l'abat

et il va lui écrire enfin

depuis son brumeux nirvana









L.A.Instas-Cochette avril 2014.

























.
.













j'entamai le premier poème

en laissant au hasard

le soin de décider  jusque où j'irais

dans le bois


ce poème s'appelle

dans la nuit sombre


il est dit comment l'âme 

se rend de nuit trouver ....










L.A.Instas-forêt avril 2014




















.
.

Silvia Mogni




































.

mercredi, avril 16, 2014

.





















Richard Long
River Avon Book 
1979






















.

mardi, avril 15, 2014

.

Kenneth Rexroth












AUTRE PRINTEMPS




Les saisons tournent et les années passent 
Ne demandant ni aide ni surveillance. 
La lune parcourt sans intention 
Son cycle pleine, montante, pleine à nouveau.

L’astre blanc coule au coeur du fleuve; 
L’air est traversé d’un parfum d’azalée; 
Au profond de la nuit une pomme de pin se détache; 
Notre feu de camp meurt entre les monts déserts.

Les étoiles acérées dansent sous le feuillage frémissant; 
Le lac est noir, insondable dans les ténèbres cristallines; 
Haut dans le ciel, la cime diaphane d’un pic enneigé 
Sépare en deux la Couronne boréale.

O coeur, coeur si curieusement 
Intransigeant et corruptible, 
Nous voici exultant sous les étoiles au bord du lac, 
Et ces instants qui ne devraient jamais finir

S’écoulent à nos côtés indifférents comme l’eau.




Traduits de l’américain par Joël Cornuault 
























.

lundi, avril 14, 2014



















Ô destin de Borges,
avoir navigué par divers océans du monde
ou par la seule et solitaire mer aux noms divers,
avoir été une partie d'Edimbourg, de Zurich, des deux
   Cordoue, de Colombie et du Texas,
être revenu, au bout de changeantes générations,
aux anciennes terres de sa lignée,
l'Andalousie, le Portugal et à ces comtés
où le Saxon combattit le Danois et ils mêlèrent leur sang,
avoir déambulé par le rouge et tranquille labyrinthe de
    Londres,
avoir vieilli dans tant de miroirs,
avoir cherché en vain le regard de marbre des statues
et examiné lithographies, encyclopédies, atlas,
       avoir vu les choses que voient les hommes,
       la mort, l'aurore maladroite, la plaine
et les étoiles délicates,
et n'avoir rien vu ou presque rien
sauf le visage d'une jeune fille de Buenos Aires,
un visage qui ne désire pas de mon souvenir.
Ô destin de Borges, peut-être pas plus étrange que le tien.



Bogota, 1963




Jorge Luis Borges
Poèmes d'amour
nrf du monde entier














.

dimanche, avril 13, 2014

.

Li Hui

















à la manière d'un fleuve lent

me caresse

le front
































.

vendredi, avril 11, 2014

.














Presque tous les recueils de Borges contiennent au moins un poème d'amour. Cette flamme - obscure merveille -, qui n'allume en général que quelques lignes à la fin du poème peut passer inaperçue.

Après le recensement de thèmes qui lui sont chers, il lève la voix brièvement comme s'il proférait une sentence. Le lecteur fait halte sur ces mots qui s'écrivent simplement, de manière douloureuse et à la fois heureuse. Le bonheur est-il douloureux? 

Borges nous donne à comprendre que, 
déchiré et heureux,
il souffre d'amour comme tous les hommes.




Silvia Baron Supervielle.





Édition, 
trad. de l'espagnol (Argentine) et préface de

Avant-propos de María Kodama
Édition bilingue

Collection Du monde entier, Gallimard















.

mercredi, avril 02, 2014

.

Pauline













mêlée
au soleil et à la neige

elle écrit
la lumière de l'instant présent

elle ne peut
échapper à l'instant présent

pas plus
qu'elle ne peut être

ailleurs
que là où elle est

elle peut goûter
la plénitude de l'instant

à son aise et à sa guise




ici
maintenant
Saisies

.
L.A.Insta-avril 2014




















.
.













l'heure 
de Santoka


son déjeuner
d'aujourd'hui
du thé



le vent 
dans la clochette

un puissant
désir de vivre






















.
.
.





























le progrès

d'avancer 

toujours plus




accumulation compulsive





incapacité
à contempler et à jouir

du 
monde
hic et nunc





traduction
de la configuration linéaire

de la pensée analytique
et de la conception linéaire du temps



la ligne
du progrès est sans fin

ligne 
de fuite en avant

qui
ne mène nulle part





plus on sait
plus la vérité s'éloigne

le progrès
est un mirage





on s'affaire on s'affaire
pour chercher quoi au juste ?






































.

mardi, avril 01, 2014

.















un souvenir aérien

il y a de l'aérien

du suspendu




on s'invente tout

soi-même d'abord

on se crée

on se cache derrière ce que l'on fait

derrière ce que l'on montre



néanmoins



je suis

dans ce que vous prenez

de ce que je vous offre


Versant Est





















.
.















rêveuse éveillée



la réalité partirait
plus du rêve que l'inverse


celui ou celle
qui endort ses rêves de jour

est un 
moitié-endormi moitié-réveillé

oui
je veux bien être

ce rêveur
de jour qui sait

tenir son rêve éveillé





photographie 
Lorena Moreno Berroeta























.
.
.



















il
voit
par
temps clair



il
en veut
par temps clair


il
reste là






tout
de blanc

vers
un 
point
blanc


vrai
point
blanc



à
la
fin

ne plus voir



il
se fige




plages
sont les pages du livre

du vent

un peu est dans le mot


et
il se tait

est par elle seule

moi

je suis

juste à mi-voix

ton lien






où est mon lien ?

là est ton lien

tout
ce qui est plus















.
Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

3X3 A7 AB Abruzzo Adrénaline Agrafe et boite Air du temps Albiach Alchimie Alechinsky Anaphore André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Arbres Arseguel Art sacré ARTHAUD Avec Avent B Bandeaux Barry Lopez Beaufortain Beckett Bhattacharya Bibliothèques Bimot Blackburn Blanc Blanchot Blau Duplessis Bleu Borges Broodthaers C C.C C.Olson Campo Cantos Carl Andre Carson Carte postale Cartes et globes Casas Cerbelaud Chants et Poésies Char Chemins ChenZhen Christian Dotremont Chu-Ta Chômei Ciel Ciel profond Cioran Collines Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Cézanne Côme Dao Dates Deleuze Derrida Dickinson Divers Duncan Déserts EAIO Echos L.A. Ecosse Edmond Jabès Encres et peintures Etel Adnan Eventail Exergue F.A. FAJ Faune Fayçal Films FIVE Flore Fragme Fragments François Cheng Fuji G.Luca Gary Snyder GB Genji Girard H H.D. Haenel Hamish Fulton Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Hillesum Hiroshi Yoshida Hubin Hymnes orphiques Hölderlin I remember Illuminations Index Infini installation Internet Ishihara Issa italiques J.J.F.W. J.J.U. Jardin Jean Jesuis JHN John Cage Jouffroy Journal Jours Juarroz Jullien Kafka Kawara Kenneth White Kerouac Kiarostami Koshkonong L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe Lacs Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées Lionel André éclats listes LOGOS London Lorand Gaspar Louise Bourgeois Lus & Mus Lynn Schwartz M M.Caron Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH Merci Metro Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Moore Murs et Fenêtres Musique Napoli Neiges neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Novalis Nuages O.Pé Objets d'Amérique Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Palmer Parant Paris particules Paul Celan peintures numériques L.A. Penone performance Pessoa peut-être Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Plagiat Pleynet Ponge Promenade Proust puiser Range RD Refuges et cabanes René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Richard Long Rimbaud Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Roger Ackling Rome Roses Rothko Roud Routes Royet-Journoud Rueff Ruscha Ryoko Sekiguchi Sam Francis Samivel Sans Titre Santoka Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Shitao Shiva Shônagon SI Signes Signets Sikelianos Silesius soleil Sommeil Souligne Sous le Pas Stein Stromboli Sun Tzu Suso T T.S.Eliot TAOPY TEXTES Thé TN Toscane Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse VE Venise Victoria Hanna Vidéo Voies Vous Voyelles Vulcano Vésuve W W.I.P. WBY wcw webasso Windows Wolfgang Laib Xu Xiake ZANZOTTO Zukofsky écart énigme

Archives du blog