mardi, avril 28, 2015

.





*










où est la terre où

le ciel

le silence fou d'un pas


28.04



le sommet à atteindre

serait de composer

une mélodie


avec labyrinthes 

et parties inversées



les nuages ont l'air d'oiseaux

prenant la fuite

sur les plaines

de l'éternel avril




je me représente 
le vide
identique à une flamme























.
.



Un pèlerin de Vézelay. 












Voilà trente ans que je suis (à ma manière) un pèlerin de Vézelay.Ce que j'y cherche n'est pas précisément de l'ordre de la prière bien que tout soit offrande dans l'accord du monde et des hommes. Je pourrais tracer de mémoire un cercle réunissant tous les points d'où, du plus loin possible, on aperçoit la Madeleine. Longtemps avant qu'un panneau l'indiquât, entre Voutenay et Sermizelles, je ralentissais juste à l'endroit de la Nationale 6 qui découvre la basilique par un angle de vue aussitôt refermé. En descendant par Pontaubert je la saluais, comme tout le monde, plantée au bord de la colline. Du côté de Vauban j'ai regardé le soleil couchant grandir son ombre vers les fonds. Par-dessus Saint-Aubin-des-Chaumes, j'ai tranché la ligne de crête des derniers Vaux d'Yonne pour dessiner (mais de quelle main maladroite !) son portrait. J'ai fait le tour des portes par les chemins herbeux d'Asquins. À Maison-Dieu, j'ai suivi le sentier des bois qui la montre soudain église de village, tout au bout de la rue. « Vézelay, Vézelay, Vézelay, Vézelay », connaissez-vous plus bel alexandrin de la langue française ? J'en ai mieux aimé Aragon.

Aujourd'hui, j'y suis revenu d'instinct. La décision qui m'attendait me paraissait plus facile, presque aisée, dictée par ce pays sublime tandis que sous les tilleuls de la terrasse je contemplais la fin du jour.



François Mitterrand
La paille et le grain






























.
.



A la Saint Jean d'Hiver, 


















les chapiteaux 
élevés du côté nord 

de la nef sont baignés
par la douce lumière du solstice. 




A la Saint Jean d'Été, 
un chemin de lumière relie 

le tympan au choeur


partant de la 
sculpture du Baptiste, 
figuré sur le trumeau du tympan. 
































.
.



L'expérience intérieure

















Je ne veux plus, je gémis,
je ne peux plus souffrir
ma prison.
Je dis ceci
amèrement :
mots qui m'étouffent,
laissez-moi,
lâchez-moi,
j'ai soif
d'autre chose.
Je veux la mort
non admettre
ce règne des mots,
enchaînement
sans effroi
soit désirable ;
ce n'est rien
ce moi que je suis,
sinon
lâche acceptation
de ce qui est.
Je hais
cette vie d'instrument,
je cherche une fêlure,
ma fêlure,
pour être brisé.
J'aime la pluie,
la foudre,
la boue,
une vaste étendue d'eau,
le fond de la terre,
mais pas moi.
Dans le fond de la terre,
ô ma tombe,
délivre-moi de moi,
je ne veux plus l'être.



Georges Bataille
L' Archangélique et autres poèmes

Poésie/Gallimard





























.

.















Les deux pieds en terre, 

le regard face au Zodiaque du tympan 

liée en quelque sorte 

du « royaume » d’aujourd’hui… 

au « royaume » de demain 

du « royaume » d’ici-bas… 

au « royaume » d’en-haut, 

peut-être, 

la voie se trouve-t-elle 

en la spirale labyrinthique du plissé, 

sculpté au genou 

de la figure du Maître du… Temps 

en l’attente de l’ultime initiation, 

à savoir le passage à l’éternel 

« Orient ». 





                                                                         Dominique Vincendon






























.
.



16 / 17/ 18











Dieu nous éclaire

à chacun de nos pas



air limpide

jeune herbe brillante


les petites fleurs d'or

les petites fleurs bleues


une voix dispense

des poèmes



il admire

il adore

il écoute en lui-même




je sens les choses 

s'éclaircir



et maintenant travailler

travailler le plus possible

avec ma petite écriture



les pétales

des pommiers

volent




l'homme
est
un puits
le
vide
toujours
recommence

































.

lundi, avril 27, 2015

.



petit oiseau











mille couleurs



le vent

le ciel

la folie



LA FENÊTRE



je me cache 
dans tes ombres
et je mange à ton soleil 


























.


.
Tamas Dezso





Here   Anywhere


































.
.
Depuis





la nuit des... Temps, 

















le rythme 
de la vie de l'humanité 
a épousé celui des cycles naturels 

dont était tributaire 
la satisfaction de besoins vitaux : 

se nourrir, 
boire, 
se reproduire... 

Une conception 
circulaire du temps était généralisée, 
ainsi, au Moyen Âge, 
les hommes, 
vivaient un temps structuré par 
les travaux des champs et... la liturgie, 
temps cyclique par excellence, 
qui n'avance ni ne recule. 

Ceci est 
présent et visible 
au Tympan de Vézelay 

Au centre,  un Christ 
dans sa mandorle vaginale 

mandorle = amande

créateur du Temps  Christ chronocrator 

Le pain et le vin 
symboles de l'eucharistie 
mais aussi les deux extrémités du Zodiaque 

La forme circulaire 
représentation des cycles, 
à l'image de la course diurne visible
et nocturne invisible du Soleil

et concentrique 
les cycles sont imbriqués et équivalents: 
midi et minuit sont au jour ce que les deux solstices sont à l'an

Nombre des médaillons 
30 1/2, le nombre moyen de jours dans un mois

Les Travaux des Mois 
c'est à dire le Temps des Hommes, 
le temps d'en bas

Les signes du Zodiaque 
planètes et saisons, le Temps céleste, 
le temps d'en haut 






C'est en quelque sorte 
un temps qui tourne en rond 
comme le montre le médaillon du Nouvel An 

un vieillard 
porte un jeune homme sur ses épaules, 

il suffit de laisser 
le temps au temps 

pour que le jeune homme 
devienne, à son tour, le vieillard...
































.

dimanche, avril 26, 2015

.
Sur le vallon...




















régnait encore 
un épais brouillard 
ça et là par les cimes des arbres. 

Au-dessus 
apparaissait la ville comme 
une pyramide resplendissante de lumière. 

Prosper Mérimée 







Aucun lieu n'est, semble-t-il, à la fois plus léger et plus pesant, plus fatal. Qui le touche s'y brûle et ne se remettra jamais de son approche, même à distance. Qui a bu de son vin aura toujours soif. Ton sein est une coupe arrondie où le vin ne manque pas... Qui s'est réchauffé à ses flammes aura toujours froid ailleurs. Qui a contemplé une fois cette ville et ses remparts ne pourra plus se passer d'elle, qui a dormi là ne rêve que d'y mourir. Quelque chose d'indéfinissable, peut-être d'infini, vibre en soi, qui agit dans la conscience ou l'inconscience, les articulations et les replis du corps et de l'âme, dans la lumière ou dans le trouble.


Jules Roy
Vézelay ou l'amour fou









































.
.



Le moulin mystique 

















Le plus beau 
chapiteau symbolique de l’église. 

Un homme, 
court vêtu et chaussé, 

verse du grain dans un moulin, 

tandis qu’un autre, 
le front dégarni, 
pieds nus et vêtu d’une ample toge, 
recueille la farine. 

En fait, 
il faut voir 
dans le premier personnage 
le prophète Moïse ;

dans le grain qu’il verse, 
l’ancienne Loi, 
reçue au mont Sinaï ; 

dans le moulin 
qui broie le grain, 
le Christ (roue marquée d’une croix) ; 

dans l’homme
qui recueille la farine, 
l’apôtre Paul ; 

et dans la
farine elle-même, 
la nouvelle Loi. 

La Loi de Moïse 
contenait la vérité, 
mais une vérité obscure,
cachée comme dans le grain, 
la farine. 

Par le sacrifice 
du Christ sur la Croix, 
elle a été transformée en
cette farine assimilable, 
la Loi nouvelle de l’Evangile, 
que saint Paul a reçu mission de recueillir
pour distribuer. 

La profondeur théologique 
et la beauté de ce chapiteau le font attribuer 
à l’auteur du grand tympan du narthex. 




L.A.Photographie Vézelay avril 2015

























.

.
orientée





Tout au long de l'année, 



















les rayons du soleil venant 
des fenêtres hautes du mur sud 
projettent des taches de lumière 
qui se déplacent dans l'édifice. Au jour 

du solstice d'été, 
à midi (heure solaire), 
ces taches de lumières 
se placent de façon rectiligne 
sur le sol au milieu de la nef sous 
chacun des arcs doubleaux bicolores. 

Au solstice 
d'hiver, c'est sur les chapiteaux 
des parties hautes de la nef regardant 
vers le sud que les taches vont se placer.





















L.A.Photographies Vézelay avril 2015


























.
.
les vents
















et il enverra
ses anges au son 
d'une grande trompette

et ils 
rassembleront
ceux qu'il a choisi



depuis les quatre vents



depuis l'une 
des extrémités des cieux

jusqu'à leur autre extrémité

Mt 24/31


les vents !




L.A.Photographie Vézelay avril 2015



















.
.
La Madeleine de Vézelay




La colline éternelle















visible 
des quatre horizons

la Madeleine 
de Vézelay est merveille




Montjoie !




s'exclamaient 
les pèlerins en route 
vers Saint-Jacques-de-Compostelle 

en voyant 
la colline multiséculaire 
couronnée de sa blonde abbatiale 











L.A.Photographie avril 2015





















.
.




22 avril

Paysage du Morvan
















St-Père

Mon Plaisir


Vézelay



le pas
le mot
l'espace
et le souffle




LA TERRE

et l'oiseau ferme la marche















L.A.Photographies avril 2015




















.
Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

* 3X3 A7 AB Abruzzo Adrénaline Agrafe et boite Air du temps Albiach Alchimie Alechinsky Anaphore André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations AP Arbres Arseguel Art sacré ARTHAUD Avec Avent B Bandeaux Barry Lopez Bashô Bataille Beaufortain Beckett Bhattacharya Bibliothèques Bimot Bishop Blackburn Blanc Blanchot Blau Duplessis Bleu Bochner Borges Briciole Broodthaers C C.C C.Olson Campo Cantos Carl Andre Carson Carte postale Cartes et globes Casas Cazier Cerbelaud cercles Chants et Poésies Char Chemins ChenZhen Christian Dotremont Chu-Ta Chômei Ciel Ciel profond Cioran Cole Collines Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Cézanne Côme Dao Dates De Vries Deleuze Derrida Diable Dickinson Divers Duncan Déserts Désir E.E. EAIO Echos L.A. Ecosse Edmond Jabès Elles Encres et peintures EnSof Etel Adnan Etna Eucharistie Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal Films FIVE Flore Fragme Fragments François Cheng Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB Genji Girard Gizzi GMH Guesdon H H.D. Hadot Haenel Hamish Fulton Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Hillesum Hiroshi Yoshida Houellebecq Hubin Hymnes orphiques Hölderlin I remember Illuminations Index Infini Infinitif installation Internet Ishihara Issa italiques Ivsic J.J.F.W. J.J.U. Jardin Jean Jesuis JHN John Cage Jouffroy jour Journal Jours Juarroz Jullien Kafka Kawara Kenneth White Kerouac Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe Lacs Larry Eigner Laugier Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lexie lieux Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées Lionel André éclats listes LOGOS London Lorand Gaspar Louise Bourgeois Lus & Mus Lynn Schwartz M M.Caron Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH Merci Metro Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Moore Murs et Fenêtres Musique Napoli Nature Neiges neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Novalis Novarina Nuages O.Pé Objets d'Amérique Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Oscarine Bosquet P99 Palmer Parant parfum Paris Parlant particules Paul Celan peintures numériques L.A. Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Pleynet Ponge Promenade Proust puiser Pêche Qualia Range RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Richard Long Rilke Rimbaud Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Roger Ackling Rome Roses Rothenberg Rothko Roud Routes Royet-Journoud Rueff Ruscha Ryoko Sekiguchi Sam Francis Samivel Sans Titre Santoka Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Shitao Shiva Shônagon SI Signes Signets Sikelianos Silesius soleil Sommeil Souligne Sous le Pas Stein Stromboli suite Sun Tzu Suso T T.S.Eliot TAOPY TEXTES Thé Tissu TN Toscane Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse VE Venise Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Voies Volut Vous Voyelles Vulcano Vésuve Vézelay W W.I.P. Waldrop WB WBY wcw webasso Webcams Windows Wolfgang Laib Xu Xiake YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zukofsky écart énigme évangile

Archives du blog