samedi, juin 16, 2012

.

Fleuves & Montagnes

Cette pièce est faite de légers remous
au milieu du monde.





Public library in Naples
.
.
.

.
.
.
.
.
..
.

..

.
..

.
.






The World map 

of 

Andrea Bianco 

1436










Récupérez 
sur la Toile quelque chose qui vous plaît
et offrez-le.

Récupérez plusieurs objets, 
mots, 
phrases, 
textes, 
images

Construisez quelque chose à partir de ça et

Offrez-le


Avec Alison Knowles
Construction d' une offrande


*




Alain Santacreu, 

Le Manifeste contrelittéraire.


Qu’est-ce que la contrelittérature ? 


Nous la définirons en paraphrasant l’explicit des Considérations sur la France de Joseph de Maistre – « Le rétablissement de la monarchie, qu’on appelle contre-révolution ne sera point une révolution contraire, mais le contraire de la révolution » – que nous reformulerons ainsi : le rétablissement de la littérature, qu’on appelle la contrelittérature, ne sera point une littérature contraire, mais le contraire de la littérature.

L’état d’inanition de la littérature actuelle rendait nécessaire l’invention de ce concept au risque de ne plus pouvoir penser la littérature même. Or, que sommes-nous, sinon ce que la littérature a fait de nous ?

  

GENS DE LETTRES ET GENS DE L’ÊTRE


C’est dans les salons du XVIIIe siècle, dans la grande nuit des Lumières, qu’apparurent les gens de lettres. La littérature, au sens moderne, sortit des gynécées de Mesdames de Lambert, de Tencin, du Deffand et de Mme Georgin, l’inénarrable Mme Verdurin du siècle de Voltaire.

La gendelettre, comme la dénommera plus tard Balzac, se propagea bientôt dans les cercles, les clubs et les cafés : au Procope, un Boindin, athée notoire, littérateur et dramaturge à succès, clamait bien fort son mépris pour « Monsieur de l’Être ». Car c’est contre l’Être, c’est-à-dire contre Dieu, que s’est formée la Grande prostituée de la littérature. La sociabilité littéraire engendra la Nomenklatura des « bureaux d’esprit », les cellules idéologiques propices à voiler l’Esprit aux yeux des hommes, à les détourner de l’intelligence de la Vérité.

Le combat de la contrelittérature est celui des gens de l’Être, à la fois extérieur, dans l’ordre temporel, contre l’horizontalité carcérale du monde moderne, mais aussi intérieur, spirituel, celui d’une remontée allégorique, à contre courant, du fleuve des immondices de la modernité jusqu’aux sources les plus pures de la naissance du roman occidental, du roman de cette époque romane qui est la littérature que la contrelittérature doit rétablir, ou plutôt récapituler. Pour les gens de l’Être, la Parole est la racine du monde, l’Alpha et l’Oméga des êtres et des choses. Ils croient en une dimension eschatologique du langage : ils sont le « petit reste » qui s’ouvre à l’œuvre de Celui qui doit venir en consolateur, en défenseur, en justicier. Les gens de l’Être sont les sujets du Verbe.

Le terme de « littérature », au sens moderne, apparaît à la fin du XVIIIe siècle, alentour des temps révolutionnaires, et ce n’est pas anodin : la littérature a joué un rôle essentiel dans l’imposture herméneutique qui, à partir de la Renaissance, en opposition aux  valeurs patriarcales du Livre, s’est attachée à diffuser la femellitude du monde moderne. C’est pourquoi à la récapitulation de la littérature doit correspondre la restitution de l’éternel féminin.

Le siècle des Lumières matérialisa la forclusion idéologique de la puissance paternelle et le rejet de l’autorité divine que le gouffre effroyable du régicide allait concrétiser. La mort du père est l’effacement de la conscience de l’exil ontologique, la réduction à l’immanence existentielle ; et, cette immanence, loin d’être réelle, se révèle fictionnelle : loin de nous donner une emprise plus grande sur la réalité, elle nous enlise dans la fiction. « Il faut absolument tuer l’esprit du XVIIIe siècle », a écrit Joseph de Maistre dans sa correspondance : cet acte contrelittéraire fondamental est le contraire du crime dont l’essence est la jouissance de « tuer Dieu ».

L’« esprit philosophique » est celui des gens de lettres, comme en témoigne la lumineuse signature collective de leur « Bible » : Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres.

Maistre, dans le huitième entretien des Soirées de Saint-Pétesbourg, dénonce l’inversion du pouvoir spirituel et politique des « savants » qui « ont usurpé une influence sans bornes » et, plus tard, Tocqueville fustigera de même, dans L’Ancien Régime et la Révolution, « l’esprit littéraire » de la modernité.

Seuls les gens de l’Être, à l’image de la petite Thérèse de Lisieux, peuvent dire : « Mon nom est dans les étoiles ». Mais nous sommes tous devenus des gens de lettres : des footballeurs, des mannequins, des financiers, des politiciens, des écrivains à la mode, des gens célèbres ou des inconnus qui voudraient l’être. Toutefois, avoir un nom, ce n’est pas savoir son nom. La révélation du nom est donné au vainqueur du combat spirituel contre l’ego : « Au vainqueur, je donnerai la manne cachée et je donnerai aussi un caillou blanc, un caillou portant gravé un nom nouveau que nul ne connaît, hormis celui qui le reçoit. »1. La modernité propose l’analogue inversé de l’anonymat spiritualisé, c’est l’anonymat de la foule, de l’uniformisation des masses. Dans le monde de la tradition, l’anonymat provient d’un dépassement du moi individuel, de son effacement devant le Soi véritable.

L’universalisme philosophique, usurpateur de mots, géniteur de l’homme collectif, avorteur de l’homme universel, de l’homme intérieur, a décapité l’intime, cette vocation à « rentrer en soi-même » – l’ensimismamiento, disait Ortega y Gasset – car l’ « intériorité » est le coeur de l’universalité. Si nous voulons nous ouvrir à l’Œuvre alchimique du christianisme, nous ne pouvons faire l’économie du  concept de contrelittérature : il nous faut récapituler la littérature pour découvrir la réalité du corps glorieux.



 Alain Santacreu, Le Manifeste contrelittéraire.
.
.
.
..
.
.
.
.
..
.
.
.
..

..
.
.

Se tenir immobile





Tenir son torse immobile.
Pas de blâme.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
..
.
.
.

Higashiyama Kaii   lithograph
















Du néant l'engendrement :
Du néant l'accroissement :
Du néant l'abondance :
Le pouvoir d'accroissement, le souffle vivant
Il résidait dans l'espace vacant
Il produisait le firmament qui s'étend au-dessus de-nous.




[peuple maori, Nouvelle Zélande]
.
.
.
.
.
.
.
..
.
.
.
.
.
..
.
..
.

*




.  .  .  .  .  .  .  tu  .  .  .  .  .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  es  .  .  .  .  .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  comme  .  .  .  .  .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  moi  .  .  .  .  .  .  .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  de .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  la   .  .  .  .  .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  façon  .  .  .  .  .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  des  .  .  .  .  .  .  .







LOINTAINS
.


.
.
.
.
..
.
.
.
.
..
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Le livre des haïku






Le livre des haïku n'est pas encore compilé
       mais mon dernier haïku est le meilleur :








Le chef Crasy Horse regarde
 le nord les yeux en larmes -
Première rafale de neige





... rassemblerai tous les haïkus
de mes carnets pour en faire un livre ...



Lettres à Lauwrence Ferlinghetti.
23 octobre, novembre 1961.
.




.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
..
.

Nuage















Tout petit
joli
cumulus

de relief
de lumière
et de peinture
.
.
.
.
..
.
.
.
.
.
..
.
.
.
..
.

Venez escaladez l'échelle : entrez tous : asseyez-vous.
Nous étions pauvres, pauvres, pauvres, pauvres, pauvres
Arrivant dans ce monde par le plus pauvre lieu
Où la masse de l'eau s'assécha pour nous laisser passer.
Des nuages s'amoncellent et s'étendent sur la terre,
Venez tous quatre fois avec vos averses :
Descendez jusqu'au pied de l'échelle et restez immobiles :
Amenez vos averses et vos pluies torrentielles.
Tous, venez tous : montez, entrez : tous, asseyez-vous.




[Indiens Zuni]
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
..

..
Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 14 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Alina Reyes Amande Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Aram Saroyan Arbres Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier ce qui est cequej'aime Cerbelaud cercles Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Corbeau Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze Delillo délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof essais Etel Adnan Etna Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Gif Giovannoni Girard Giroux Gizzi GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm gris Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet Jakobson Jardin Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.Trinité Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro micro Mina Loy Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore mots mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P.observatoire P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Points Politikos pommes Ponge Promenade Proust Psaumes PUB puiser Qualia quelqu'un Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud Ristat Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini TAOPY Tardy Tarkos Temps probable Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.Kh V.P. vazquez VE Venise vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xardel Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zukofsky

Archives du blog