samedi, juillet 07, 2018






America Martin




































Il est difficile 
d’envisager une œuvre plus 
éclatée, 


plus ouverte, plus disparate, 
dans son contenu comme dans son 
expression, que 

Les Cantos d’Ezra Pound









et pourtant cet ensemble est considéré comme le recueil poétique le plus important du XXe siècle. Rédigés entre 1915 et 1966, les poèmes qui le composent chantent l’épopée de « la tribu humaine », tout en acclimatant l’objectivisme et le concrétisme en poésie.


Pour aider le lecteur français à s’orienter dans cette œuvre immense, Jonathan Pollock replace Les Cantos dans le mouvement vorticiste. À la veille de la première guerre mondiale, cette avant-garde londonienne avait fait du tourbillon, ou vortex, le principe central de son esthétique. De fait, si la réunion de tous les canti en un seul volume peut donner l’illusion d’une construction unifiée, en réalité aucune armature structurelle ne fait tenir Les Cantos : ils se maintiennent eux-mêmes à travers la dispersion de leurs éléments, à la manière d’un cyclone, en détruisant toute l’histoire de la poésie sur leur passage…

Lire les Cantos d'Erza Pound

Jonathan Pollock

Essais Hermann






































une pluie vers

toi

une pluie vers

moi

une pluie vers

soi




































7

je parle seul

la cime visible ruisselle






5

une barque de bleu sacré

*

très 

chère apparence 

d'une joie 

une joie noire et sainte



*


une pluie vers toi

7 / 5

pense au murmure  qui vient du sommeil

dans la carrière de craie


*


une vie oubliée

feux fantomatiques

un instant

une âme


des années fenêtres

lacune immortelle



plus jamais chanté chuchoté

ni soupiré


une 
offrande en fleur

un 
sens qui n'est plus

une 
naissance divorcée




7

mars 
brûle les mers et 
les canaux


































Finikias thon tchourékias

loup mayonnaise
pain de bouillabaisse
aïoli  pommes  œufs durs

pilaf  lasagne
macaroni kihyma
tomates  courgettes aubergines farcies
couscous  cannelonis
pâté en croûte
pain  beurre confitures café galettes
gâteau d'amandes chantilly
gâteau de marrons
mille-feuilles  tartes du Saint-Esprit


CAKE DE PAIN SANS LEVAIN













chausson aux pommes chausson italien
charlotte
gâteau croûte du massier au suprême
gâteau au fromage à la mode d'Obwald
gâteau basque
baba au rhum
gratin de nouilles
gratin de viande hachée
gâteau de semoule
nougat noir nougat noir de Saint-Tropez
craquant de pièce montée et sucre traité
tchéblébousès
figues noix noisettes bananes
forêt noire fraisier framboisier
Mont-Blanc franco italien
amandes dattes poires
pruneaux farcis  dattes farcies
poire confite  melon confit
pain de noël pain perdu panettone

HALVA

rascasse camphre morue câpres sumac
eau-de-vie
moules
abricots séchés
pastelli
gigot d'agneau  pommes boulangère
raisiné
religieuse rose des sables
pain sucré à la cannelle et aux girofles
rizoghalo
keftezès
pompe de Noël  gâteau de Saint-Zacharie
Lasagne
figues noires  figues vertes
ragoût de pommes de terre
rôti de bœuf aux oignons avec des haricots
des petits pois des pommes de terre
et un bœuf grillé aux pommes de terre frites
yogourt sucré
brousses sucrées
Saint-Honoré Salambo

notes

43 44   A A
































J'ai commencé un poème sans fin

de nulle catégorie 

humaine


au sujet de tout


Erza Pound à James Joyce  1917




















I have begun an endless poem

of no human 

category


all about everything


































27.   150 151

et

le soleil reposait par-dessus
le vent

et

trois formes advinrent
dans l'air

et

les vagues pareilles à
une forêt



le vent ne pèse pas sur
les feuilles mais
avance

si bien que le son rattrape le son






en dormant dans le rêve 

éveillé

l'air fût mis en 

pétales



brindilles 
là où n'avait été que coup
de vent


rameau qui avance sans racine




l'air éclate feuille

accrochée là  l'acanthe fleurie

distinguez-vous le bas du haut ?

































Le monde avait poussé 

un cri

aigu 


un chant du haut d'une 

montagne



la terre parle  et la salamandre parle



*












les noms  les  petits  mots aventureux

une montagne  la falaise

une vague

relèvent de la taxinomie

je crois au monde parce qu'il est impossible


la cabane sur la côte sous les gouttières






TAXINOMIE / TAXONOMIE

science des lois et des principes de la classification 
des organismes 
vivants

science de la classification



Linguistique distributionnelle


Classification d'éléments
de suites d'éléments formant des listes 
qui permettront 
par leurs règles de combinaison
de rendre compte des phrases d'une langue 






























Musique puissante et myriades

tomber de fatigue

sombrer écrivant ainsi

il n'y a pas de lumière en ce monde

sinon la lumière de ce monde

7 juillet mort de Georges Oppen

*




Certaines choses
Nous entourent « et les voir
Équivaut à se connaître »
Occurrence, élément
D’une série infinie,
Les tristes merveilles ;
Dont fut tirée
L’histoire de notre cruauté.
Qui n’est pas notre cruauté.



Rappelle-toi la ville antique où nous étions allés : assis dans l’embrasure d’une fenêtre en ruine, nous avions essayé d’imaginer que nous appartenions à cette époque révolue — tout cela est mort sans être mort, impossible d’en imaginer l’existence ou la disparition ; la terre parle et la salamandre parle, le printemps survient et ne fait qu’obscurcir cela ––– 



éditions Corti






























vendredi, juillet 06, 2018



w.c.w


un sablier aux bords rouges

rempli de

cristaux blancs comme du sel

qui s'écoulent


pour mesurer la cuisson des œufs


*













w.c.w

revisité !



sous la terre

sous la roche

sous la rivière


sous les oiseaux




sous la folie





































.


Beauté

confondue avec le feu

*

son acte

honore une flamme





10

TOURBILLON
















la créature traverse 

les flammes

la flamme supplante 

la créature




dans la flamme 

une joie


beauté amante de la flamme


*


une 
cloche renversée qui 
résonne

les oreilles prennent l'eau




































la théorie de Gauss

s'intéresse à la distribution
de charges électriques à l'intérieur
d'une surface fermée



la courbe de Gauss

en forme de cloche
donne la densité de probabilité
d'une variable aléatoire


















l'expérience de Gavalni

découvre
l'électricité animal




les travaux de Volta

montrent 
que l'électricité animal est
une fausse piste
































5

mémoire visage

rive autre 

rive


jardin  bruit 
sang

presque 
cendre


le relief d'une veine

les dessins d'une 

terre











7


une découverte possible pour 

tout vagabond

urbain



5

Sentiers envahis par la végétation

Des îles couvertes d'herbes



7

l'imagination peut tendre à 

l'ambiguïté



1

caractère de ce qui est ambigu

L'ambiguïté d'une phrase 

amphibologie

ambivalence équivoque


2


Expression ambiguë  comportement 

ambigu































Les clapotis devaient bien s'arrêter

quelques part


La ville se retourna 

comme un

gant



















Rebut rejeté en périphérie

Un voyage

une provocation

Une évasion

le bitume

le cercle extérieur

le point



Il devait l'admettre

il développait une obsession malsaine pour

la  M25

l'autoroute orbitale de Londres


































Les yeux ouverts

le paysage vide sous le ciel

immobile

l'éclat du soleil sur l'acier noir

le monde s'effritant

peu à peu   par morceaux

6 juillet mort de Claude Simon








































LONDON ORBITAL

Iain Sinclair

Inculte











Dans ce texte, dont le titre résume le programme, Sinclair tourne autour de Londres en marchant le long du périphérique M25, qui ceint la capitale britannique. 

Il est parfois seul, parfois accompagné de plasticiens ou de musiciens (Bill Drummond, du groupe d’acid house KLF). 

Il décrit les parkings, les stations-service, les supermarchés et les banlieues-dortoirs, mais aussi les champs et les décharges, cherchant les traces de présences disparues et de cultes anciens, de lieux qui ouvrent sur d’autres lieux.

La méthode Sinclair est toujours la même : cerner le réel et réduire la focale jusqu’à ce que des formes nouvelles apparaissent. 

D’une œuvre sans cesse approfondie se révèle peu à peu la psychogéographie d’un lieu : Londres, la tentaculaire.

Salué par ses pairs (Will Self, J.G. Ballard) comme « le plus grand roman du XXe siècle », London orbital est un chef-d’œuvre littéraire, une ballade discursive dans le Londres contemporain qui revisite tous les mythes anglais et la construction d’un inconscient collectif.
































jeudi, juillet 05, 2018







Barbara Kwiatkowska-Lass

in Polish lifestyle magazine Ty i Ja 
You and me nr 4
1961

Photographed 
by Andrzej Kondratiuk


elle veut dormir













Ewa

une fille candide 
arrive en ville à la veille de l'année scolaire 

mais le concierge 
ne la laisse pas entrer à l'internat

Désespérée
elle essaie toute la nuit
sans succès
de trouver un endroit pour dormir 

Elle rencontre 
sur son chemin des policiers
des voyous
des prostituées 
mêlée à des événements surréalistes 
et quasi fantastiques




































le mica d'ombre

le verre éclat

une tête superbe  la tête

Véronèse


la robe par-dessus tête de l'aube au doigts de rose


un corps

un étoilement

avec le recul du temps












une mauvaise radiographie

une poudre de craie

un angle blanc



le
glacis
la peinture

une
image
une femme


































Coloratur

morceaux

LIMINAIRE

Un titre de livre me ravit


Je lisais 
ainsi en trois temps
selon une désarticulation 
que je m'employais à reproduire 

soit 
par la voix
soit muettement



Je prends plaisir à ce découpage



































la comète de Halley

annonce le retour au périhélie
des comètes périodiques et confirme
la théorie de Newton


l'effet Doppler

consiste en la variation apparente
de la fréquence d'une onde
quand la source de la vibration
est en mouvement par rapport
à l'observateur


la loi de Poisson

dite loi des grands nombres
est fondamentale pour le calcul
des probabilités



































Le silence 

qui s'était fait soudain

était immense


La volonté acheva de s'y perdre


Douce morsure de l'eau froide

odeur même de la tombe


5 juillet mort de Georges Bernanos 















Capitalistes, fascistes, marxistes, tous ces gens là se ressemblent. Les uns nient la liberté, les autres font encore semblant d'y croire, mais qu'ils y croient ou n'y croient pas, cela n'a malheureusement plus beaucoup d'importance, puisqu'ils ne savent plus s'en servir. Hélas ! le monde risque de perdre la liberté, de la perdre irréparablement, faute d'avoir gardé l'habitude de s'en servir… Je voudrais avoir un moment le contrôle de tous les postes de radio de la planète pour dire aux hommes : « Attention ! Prenez garde ! La Liberté est là, sur le bord de la route, mais vous passez devant elle sans tourner la tête. » La France contre les robots (1944)
































mercredi, juillet 04, 2018



quelque chose plutôt que 
rien

rien plutôt que rien du 
tout

tout plutôt que quelque 
chose

tout plutôt que rien du 
tout

tout le rien dans chaque 
rien

rien plutôt que quelque 
chose












rien du tout plutôt que 
rien

tout le tout dans quelque 
chose

tout le tout dans chaque
rien

quelque chose plutôt que 
tout

rien du tout dans quelque 
chose

chaque rien est le rien du 
tout

un peu de rien dans toute 
chose



presque tout dans presque
rien





































Parfois

je me laisse aller à penser que l’infini 

est 

une vue de l’esprit











Objection, maître, que faites-vous des moutons qui sautent ? La raison du sommeil engendre des moutons. Le sommeil a raison de ces moutons qui sautent. En êtes-vous certain ? Les moutons ne continuent-ils pas de sauter pendant que nous dormons ? C’est une bonne question. J’en ai une autre. Savez-vous donc ce qu’ils sautent ?


Jean-Michel Espitallier

Le Théorème
d'Espitallier

poésie

Flammarion







à ceux qui comptent


Et trois font un

un homme  une chose  un songe

Hugo von Hofmannsthal  sur la fugacité des choses



( silence since silence )





























L'air  la terre  la nuit 

respiraient

Sur le ciel noir la ville paraissait

plus blanche

si intense

l’œil perdait

la notion des distances

4 juillet naissance de Robert Desnos















Le Pierrot tendre et moqueur
Balises de vie
Choix de textes

Bibliographie
Esprits nomades

ici


*

Sur un sentier de montagne 
Une violette sauvage 
Me charme sans raison

Matsuo Bashō



Un petit minimum sur la Bretagne

associé à une goutte froide d’altitude au nord‑ouest de la péninsule Ibérique entraîne un courant de sud‑ouest humide et très instable sur les Alpes occidentales

Des foyers orageux s'y forment de manière aléatoire




inanimée
elle s'offre à toutes les perquisitions
tandis que la chaleur la colle
à l'enveloppe terrestre

syncope

































mardi, juillet 03, 2018





Elle vit 

de télépathies et d'envoûtements


elle pointe

sur la table avec son regard
le nom de ses 
amis







chaque souvenirs perfore 
dit-elle

déchirez-moi 
en suivant le pointillé



elle rapporte 
deux nouveaux cocktails et
trois tours à exécuter avec des ficelles
pour faire rire en
société



la prisonnière des réseaux 
dîne de coupures
de presse


































5


détail

épine vive de mémoire


7

elle jouait dans le jardin à genoux



















12


que d'errances  que de

tentations

elle voudrait ceci  mais aussi

cela



c'est ici

chant  pensée  langue

et elle doit s'y

tenir


































5

Toba Sojo

vers la clarté


l'arbre noir né muet


7

la crête ici
court sur le mur

le cerf boit
à la source salée



et les moutons 
descendent aux premières
gentianes







note rapide

Toba Sōjō

(鳥羽 僧正?)

aussi connu sous le nom Kakuyū
(覚猷?)

est un peintre japonais des XI – XII siècles
né en 1053 et mort
en 1140.

Fils de Minamoto no Takakuni
Toba Sōjō
était l'un des moines principaux
de la section bouddhiste
de Tendai
au temple Kozan-ji
près de Kyoto

Bien qu'il n'en existe aucune preuve positive, la tradition lui attribue la série des rouleaux du Chōjū-Jinbutsu-Giga, ce qui signifie "caricature de personnage de la faune", série plus connue sous le nom de Chōjū-Giga : "animaux espiègles" Ces rouleaux, peints à l'encre de Chine, sont au nombre de quatre : deux datent de l'époque de Heian au début du XIIe siècle, tandis que les deux autres, œuvre de plusieurs moines bouddhistes, auraient été dessinés à l'époque de Kamakura au XIIIe siècle

































le cercle d'Euler 

les angles d'Euler
la droite 
d'Euler

ont à voir avec la mécanique


la chambre à bulles de Rousset

permet la mise en évidence
des courants neutres 
faibles

induisant 
l'unification des interactions 
électromagnétique 
et faible


la théorie de Darwin 

accrédite la lutte
pour la vie

































Moi et la langue

la langue

et la

pensée

la pensée et le chant


ce que j'écris est souligné de 

nacarat

rien d'autre

ce n'est pas encore  l'Or












Nacarat 
est un nom de couleur ancien d'usage précieux  désignant une nuance de rouge ou rouge-orangé  ou bien de rose  en usage principalement dans le domaine de la mode et de l'habillement et dont la couleur  comme souvent dans ce cas  est imprécise ou fluctuante










je confie ma solitude d'homme 

à la langue

seule


je vais au jardin de

H

respirer respirer et me taire



en mon pays suis en terre lointaine

détails apostilles

M.B








































Il était tard

Une neige épaisse était plongée

dans les ténèbres

une apparence de vide la nuit













brouillard

regard

pas la moindre lueur

3 juillet naissance de Franz Kafka

*



Nous avons besoin de livres qui agissent sur nous comme un malheur dont nous souffririons beaucoup, comme la mort de quelqu'un que nous aimerions plus que nous-mêmes, comme si nous étions proscrits,

condamnés à vivre dans des forêts loin de tous les hommes, comme un suicide - un livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous.

Lettre à Oskar Pollak, 27 janvier 1904 



L'homme n'est pas condamné 

à mort

il est condamné 

à vivre



Et le Christ ?

Kafka pencha la tête.

C'est un abîme empli de lumière. Il faut fermer les yeux pour ne pas y tomber. Max Brod écrit un grand ouvrage sur Paganisme, Christianisme, Judaïsme. Peut-être mon dialogue avec ce livre m'apportera-t-il quelque clarté.

vous attendez tant de choses de ce livre ?

Pas seulement du livre, mais de chaque instant. Je m'efforce d'être véritablement un candidat à la grâce. J'attends et je regarde. Peut-être viendra-t-elle, peut-être ne viendra-t-elle pas. Peut-être cette attente à la fois calme et inquiète est-elle l'annonce de la grâce, ou bien la grâce elle-même. Je l'ignore. Mais cela ne m'inquiète pas. J'ai, pendant ce temps, fait amitié avec mon ignorance.

Conversations avec Kafka, Gustav Janouch



Parmi les livres qui emplissait ma serviette, Kafka vit un jour un roman policier.Il me dit : "Il ne faut pas avoir honte de lire ce genre de livre. Crime et Châtiment de Dostoïevski n'est en fait rien d'autre qu'un roman policier. Et Hamlet de Shalespeare ? C'est une pièce policière. Au cœur de l'intrigue, il y a un secret qu'on révèle lentement. Mais y a-t-il plus grand secret que la vérité ? La littérature est toujours une expédition vers la vérité.

Mais qu'est-ce que la vérité ?
 Kafka resta un instant sans rien dire, puis il eut un sourire malicieux.

J'ai bien l'impression que vous venez de me prendre sur le fait : j'étais en train de me payer de mots. Mais en réalité, non. La vérité est ce dont chaque homme a besoin pour vivre et que pourtant il ne peut devoir ni acheter à personne. Chacun doit la produire du fond de lui-même, faute de quoi il périt. La vie sans la vérité est impossible. Peut-être que la vérité, c'est la vie elle-même.






en lisant Kafka 

on peut avoir honte d'oser 

écrire soi-même


J'ai à nouveau été subjugué 

par le génie qui émane de chaque phrase

de chaque mot et qui est resté 

sans pareil




































lundi, juillet 02, 2018



le postulat d'Euclide

résout la question des lignes
droites 
et parallèles



le théorème de Pythagore

permet de calculer le troisième
côté d'un triangle rectangle si l'on
connaît les deux autres



















la table 
de mortalité de Duvillard

détermine la 
mortalité




le théorème de Thalès

concerne la proportiannalité
des segments découpés 
sur deux droites
sécantes
































Sédiment 

dans un liquide organique 

Principe divin

Chacune des trois personnes divines
considérée comme substantiellement distincte

Substitution 
d'une catégorie grammaticale 
à une autre

HYPOSTASE


















l'agate bleue étincelante

les choses entre moi et rien

le rideau et la tache

les scènes hypostatiques de la respiration

la chose que je vois

la condition

le mystère

lumière d'après-midi douce et nourrissante

une vibration de l'air

le fantôme d'un jour

le jour au cœur de la nuit

le bruit inconnu dans un mot

un mot mourant

un rire moqueur

la forme ouverte






































Mathieu Bénézet


Au début des années 80, l'auteur entreprend l'écriture d'un livre qu'il intitule d'emblée : Détails, apostilles, ignorant encore où son projet va l'entraîner, sinon qu'il s'agira de rendre compte au plus près des états successifs ou simultanés d'une conscience, au fil d'un temps comme arrêté – dans ses gloires et ses déroutes, ses doutes mais ses illuminations. 










Très vite, l'ouvrage adopte une forme éclatée, mêlant descriptions quotidiennes et réflexions critiques, notations intimes et fragments éblouis de poèmes livrés en vrac, comme au sortir de l'atelier : tout cela composant peu à peu une sorte de journal intérieur, de mosaïque mentale où – à l'instar des Fusées de Baudelaire – c'est le dépassement, la dissolution du « moi » qui sont visés, dans la trame tangible du langage, pour arpenter les rives interdites où la poésie doit indéfiniment prendre et perdre pied. 

L'écriture de Détails se poursuivra de la sorte - par éclairs, par éclats – durant près de quinze années, variant les registres et les angles d'attaque avec un bonheur d'écriture tel qu'on peut se demander si l'auteur n'a pas incidemment inventé un nouveau genre littéraire… En tout cas, son livre est sans antécédent notable. 

Et la réunion de ces pages (qui n'avaient jusqu'alors été livrées que par fragments, dans des publications confidentielles) marque sans conteste l'un des moments majeurs de l'œuvre novatrice, exigeante, habitée de Mathieu Bénézet. Ou de la littérature présente, au seul vrai sens, puisque aussi bien elle s'y confond.



































Tout est pareil

sauf que plus rapide



Une aumône pour le vieux type

Peter Gizzi

Chansons du seuil















un niveau inhabituel

un col inhabituel

une grammaire de silex

une chambre d'effort

une voile fabuleuse

une foule

une porte





le 
temps fripant
en ampères autour de lui


le
texte génétique
devenu réel en me touchant






























Je me souviens réellement 

merveilleux choc

à l'ultime limite du passé

en bordure du présent

qui brise le silence  le début de ce livre

2 juillet mort de Vladimir Nabokov


*


Vladimir Nabokov est aussi un chasseur de papillons et un lépidoptériste. Il découvre sa passion pour les papillons dès l'été 1906. L'écrivain consacre tout le chapitre VI d'Autres rivages à sa précoce et totale passion pour les papillons. En octobre 1919, il rédige son premier écrit scientifique sur les lépidoptères. L'article est publié en février 1920 dans la revue The Entomologist.

Dans les années 1940, il est chargé de l'organisation de la collection de papillons du Museum of Comparative Zoology de l'université Harvard. Ses écrits dans ce domaine sont très pointus et on lui doit la description de nombreuses espèces nouvelles pour la science. Il était en outre spécialisé dans la peu spectaculaire sous-famille des Polyommatinae de la famille des Lycaenidae. Sa collection de papillons (4 300 spécimens) est abritée au Musée cantonal de zoologie de Lausanne.

La contribution de Nabokov à l'étude des papillons a pu être mise en cause par certains mais elle est maintenant universellement reconnue comme en témoignent notamment deux ouvrages importants, Nabokov's Blues écrit par Kurt Johnson et Steve Coates, et A Guide to Nabokov's Butterflies and Moths de Dieter E. Zimmer. Les textes de Nabokov sur les papillons ont été rassemblés dans un volumineux ouvrage, Nabokov's Butterflies.

Lors de son passage à l'émission télévisée française Apostrophes en mai 1975, Nabokov déclare à Bernard Pivot : 

Je conçois très bien une autre vie, dans laquelle je ne serais pas romancier, locataire heureux d'une tour de Babel en ivoire, mais quelqu'un de tout aussi heureux, d'une autre manière : un obscur entomologiste qui passe l'été à chasser les papillons dans des contrées fabuleuses et qui passe l'hiver à classifier ses découvertes dans un laboratoire. 










































26. 140 143 144


et
je suis venu ici dans ma prime
jeunesse

et
j'ai pris place sous le
crocodile





















au pied de la colonne face à l' est
le vendredi

et
j'ai dit  Demain je m'installerai
du côté sud

et
le lendemain  au
sud-ouest

et
le soir ça chantait dans les
gondoles



la compagnie des bijoutiers avait des fourrures
bordées de pourpre




les Vénitiens peuvent rester
venir
repartir avec leur famille
librement par terre
librement par mer
dans leurs galères
navires
bateaux
et avec des marchandises

































162

odeur obscure

marine


elle reprend son CHANT graphique

la double rupture des extrêmes



le sommeil sur la pierre



163


dans ta mémoire un arbre habite










164


le corps prend feu


déplacements



165


LA LUMIÈRE



166

page blanche



167


une tache de sang


dans un un semi-obscur oculaire
























dimanche, juillet 01, 2018







Je 

désire m'abonner à 

l'Infini

ma petite philosophie 
de papillotes 










Si bornée 
que soit la nature humaine
elle porte en elle
c’est inhérent
une très grande part 
d’infini

Qu’est-ce que l’homme dans la nature ? 


un néant 
à l’égard de l’infini

un tout 
à l’égard du néant

un milieu 
entre rien et tout


infiniment éloigné de comprendre 
les extrêmes

la fin des choses et leur principe 
sont pour lui 

invinciblement cachés 
dans un secret impénétrable


également 
incapable de voir 

le néant 
d’où 
il est tiré

et 

l’infini 
il est englouti



l’infini 
n’est autre 
que le va-et-vient 

entre 

ce qui s’offre 
et 
ce qui se cherche 

va-et-vient sans fin 

entre 
arbre et oiseau
entre 
source et nuage 


ce que la Photographie 
reproduit à l’infini n’a eu lieu 
qu’une fois 

elle répète mécaniquement 
ce qui ne pourra jamais plus se répéter 
existentielle ment 




pourquoi parles-tu 
de la dernière révolution ? 

il n’y a pas 
de dernière révolution
le nombre des révolutions est 
infini

la dernière
c’est pour les enfants 

l’infini les effraie 
il faut qu’ils dorment tranquillement 
la nuit… 



la durée d’une vie 
n’est qu’un intervalle insignifiant 
dans le cours infini 
du temps


le temps
n’est pas la limitation 
de l’être mais sa relation avec l’infini


la mort 
n’est pas anéantissement 

mais question 
nécessaire pour que cette relation 
avec l’infini ou temps 
se produise 


elle fait 
de l’infini avec 
l’imprécis et l’inachevé




un être 
qu’on ignore est 
un être 
infini

susceptible
en intervenant
de changer notre angoisse 
et notre fardeau 
en aurore artérielle


entre innocence et connaissance
amour et néant
le poète étend sa santé 
chaque jour



le laid
se situe à l’intérieur de certaines 
limites 

tandis que le beau est infini
donc plus complexe
plus varié
plus amusant


Où se trouve la beauté ? 

dans les grandes choses 
qui
comme les autres
sont condamnées à mourir
ou bien dans les petites 
qui
sans prétendre à rien
savent incruster dans l’instant 
une gemme 
d’infini ?



Âmes par âmes 
j’ai poursuivi mon amour
jour après jour au fond de moi-même
non comme les notes d’une mélodie sans suite
mais comme les mesures d’un infini sans mesure


elle était mon horloge 
cassée

l’infini à portée de mes 
lèvres


cinéma

nous montrer 
l’inachevé dans le temporel

l’infini 
dans l’éphémère


amour

de l’infini qui se 
rétracte

des asymptotes 
qui se recroquevillent

des parallèles 
qui finissent par se croiser




ceci est un rappel 
de l’ordre. 

nous mourrons tous 
un jour

ce que nous croyons posséder 
n’est qu’illusion

nous ne sommes 
que les maillons éphémères 
d’une chaîne que traîne à ses pieds 

un fantôme 
nommé temps 
qui court à l’infini 

droit
sur le néant


Il y a des gens qui peignent 
l’infini en 
blanc

d’autres en 
noir

d'autres encore en 
rouge




nuages et vêtements 
font obstacle à la contemplation

la beauté et l’infini 
veulent être regardés sans voiles








































Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " (3x4) * & 12 14 24 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A.S. A1 A10 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB ABDL Aboulafia Abruzzo acronyme Actis Actualités ADBP Adorno ADR Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite AIR Air du temps Alain de Lille Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Aleph Alferi Alina Reyes Amande Anagrammes Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animal animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Appelfeld Approche APZ Arago Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD AS Ashbery Auxméry Avec Avent B B.Celerier Babel Bachmann Baigaitu Banal Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala BAZAR Beaufortain Beckett Benedetto Bénézet Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot Binet bio BioMobiles Biopsies Bishop BISSES1 Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blanqui Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bozier Bretagne Bribes Briciole Broodthaers Bryen BSRM Butor Byron C C.C C.F. C.Olson çacest café Camino Campo Cantos Capital Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier CCB CCEM CDN ce qui est Céline Celui Cendras cequej'aime Cerbelaud cercles Cerf Ceux Cézanne CH5 Champs chant1 Chants et Poésies Chappuis Char chartres Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations CL Claude Favre Claude Simon Climat Closky CMDOT Code Cole collages Collines Côme comme Compact compostelle Copier Corbeau Cortazar Cravan Creeley CSB Cummings cut Cut 1 CyT Dada Dans Danse Dao Dates DDLR de De Vries définitions Deleuze Delillo délires Démocrite Denis Roche Déplacement Derrida Des Déserts Désir Dextre DFRC Diable Dickinson Divers DMI Domerg Duchamp Duncan Duras Duvauroux Dworkin E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul EN encres et musique Encres et peintures EnSof EPE épiphanies EPLA ESE ESPA Espitallier essais Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. F.O faits FAJ Faune Fayçal Fengliu feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore FNAR Foligno Forest Foucault Fourcade Fractales Fragme Fragments France François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GDLMC GEGO genese Genji Gervais Gif Giffard Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize Glossaire GMH Gobenceaux Godard Goethe Gombrowicz Gongora Grâces Gramm gris Guesdon Guyau Guyotat GWFH H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Harms Hart Crane Hausmann Heaney Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Herta Müller Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Histoire HO Hocquard Hölderlin Houellebecq HR. Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. ici il Illuminations ILVLA ilya immédiatement imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Interrompre Irwin Ishihara isolato Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet jaime Jakobson Jardin JBE JCERDM JE JE & Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G K.K Kafka Kaplan Kapoor Kawara Kay Ryan KDCN Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts L'EI La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lagopède LALELES LAME Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin LBA LDB LDMC Le Clézio Le Livre Le poème LECDF LECLA Lectures Lee Ufan Leibniz Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lex1 lex2 lex3 lex5 lex8 Lexie LFDH lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes livrelit LJDP LLDO LLDP LLDQ LO LOAN LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LPDLE LSDS LSDV LSMT LTO Lune Lus & Mus LVMDE Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.S.M M.Trinité Ma Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Maïakovski Mains maintenant Mais Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manganelli Manifeste Manon Manzoni Map Marcheurs Marelle Martin Ziegler Marx Masao Yamamoto Matinaux Matsui Matta-Clarck Mauguin MBO MCH MDLF MDOU mémoire Memories Menus Meraviglia Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro MFRC Michon micro microcosme Millet Mina Loy Miura ori MJNYCR Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 MPUSPM Murs et Fenêtres Muscle Musil Musique MWLG Nagori Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Neil Mills Nerval neuf Nice Niedecker Nietzsche Noguez Noir nOmbres Notes-Book Notes-Rapides Notifications Nouveautés Novae Novalis Novarina NP NPhS Nuages Nuits O.Pé objets Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot OM ON Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.A P.B.Shelley P.observatoire P.P. P48 Padirac Pages palimpseste Palmer Paolo Icaro PAR Paradis Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Passages Paul Celan Paul Valéry Paysages PDLC PDM Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases phusis Pi Pierres Pierrette Bloch Pin Pise Pizarnik Plagiat planètes Platon Pleynet Podiensis Points Politikos polygraphe pommes Ponge Pour praxis prénoms Prière Promenade Proust Psaumes PUB puiser Pyramides Qualia quelqu'un QuelqueChose Questions Qui Quignard Quotidien R.G.Lecomte R.M. R.M.I R.M.T. Rachi Rae Armantrout Range Raphoz Raven RBDBB RBLPDT RD Recettes Reclus Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Rêve Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières RLP Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rocamadour Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rosset Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie Saigyo Saliens Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sbrissa Sculptures Sculptures Photographies L.A. SDM Sel Seneca SGM Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Sinclair singularité Situation Sivan six SJDC Ski soleil Solutré Sommeil Sonnets Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza spirale SPSLSA Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu sur Suso Swensen Synchronicité synonymes T T.A T.C T.S.Eliot Tabarini Takis Tanizaki TAOPY Tardy Tarkos TDQ TEL Temps Temps probable Tétralemme TEXTES Thalès Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TLP TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane Toujours TouT TP.BN Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva TT TU Tumulte Tweets Typoésie u.p.d.d.v UCDD ULDLLA Ulysse UMP UN UNM UPSA usura V.I. V.Kh V.P. VALC vazquez VDSJ VE Venet Venise Vents VERBES Verne Vert vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Viton vitraux VO Voies volcan Volut Vous Voyelles Vulcano W W.Benjamin W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens Walser WB WBY wcw webasso Webcams WGJ WilliamBlake Windows Wittig Wolfgang Laib Woolf Xardel Xénophon Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zéro Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog