lundi, mai 18, 2020



un oiseau dans la nue

un poisson dans l'onde


les touffes d'herbe nouvelle

les chaînes et massifs de montagne



l'être humain est foncièrement

libre d'affaires

le blanc nuage est par nature

toute aisance


chacun 
vit sous

une extrémité du ciel




je 
ne fais que rôder au bord de l'eau 
limpide




la poésie
du fait de la parole même 
est toujours mise par la pensée en avant 
de l’agir dont elle emmène 
le contenu imparfait en 
une course perpétuelle vie-mort-vie 
rendue vers l’idéal 
du mieux






un trou 
dans ma vie

la forme que ça prend

j'invente 
tout en marchant au hasard

que ce peu d'air suffise

un dire que sa restriction
rend admirable

il y a 
un trou 
un gouffre en moi

il me semble également
que tout est affaire
de montage 


































Guy-Ernest Debord / Gil J. Wolman

Mode d'emploi du détournement

Paru initialement dans 

LES LÈVRES NUES N.8 

MAI 1956


Tous les esprits un peu avertis de notre temps s'accordent sur cette évidence qu'il est devenu impossible à l'art de se soutenir comme activité supérieure, ou même comme activité de compensation à laquelle on puisse honorablement s'adonner. 

La cause de ce dépérissement est visiblement l'apparition de forces productives qui nécessitent d'autres rapports de production et une nouvelle pratique de la vie. 

Dans la phase de guerre civile où nous nous trouvons engagés, et en liaison étroite avec l'orientation que nous découvrirons pour certaines activités supérieures à venir, nous pouvons considérer que tous les moyens d'expression connus vont confluer dans un mouvement général de propagande qui doit embrasser tous les aspects, en perpétuelle interaction, de la réalité sociale.








Sur les formes et la nature même d'une propagande éducative, plusieurs opinions s'affrontent, généralement inspirées par les diverses politiques réformistes actuellement en vogue. 

Qu'il nous suffise de déclarer que, pour nous, sur le plan culturel comme sur le plan strictement politique, les prémisses de la révolution ne sont pas seulement mûres, elles ont commencé à pourrir. 

Non seulement le retour en arrière, mais la poursuite des objectifs culturels "actuels", parce qu'ils dépendent en réalité des formations idéologiques d'une société passée qui a prolongé son agonie jusqu'à ce jour, ne peuvent avoir d'efficacité que réactionnaire. L'innovation extrémiste a seule une justification historique.



Dans son ensemble, l'héritage littéraire et artistique de l'humanité doit être utilisé à des fins de propagande partisane. 

Il s'agit, bien entendu, de passer au-delà de toute idée de scandale. 

La négation de la conception bourgeoise du génie et de l'art ayant largement fait son temps, les moustaches de la Joconde ne présentent aucun caractère plus intéressant que la première version de cette peinture. 

Il faut maintenant suivre ce processus jusqu'à la négation de la négation. Bertold Brecht révélant, dans une interview accordée récemment à l'hebdomadaire "France-Observateur", qu'il opérait des coupures dans les classiques du théâtre pour en rendre la représentation plus heureusement éducative, est bien plus proche que Duchamp de la conséquence révolutionnaire que nous réclamons. 

Encore faut-il noter que, dans le cas de Brecht, ces utiles interventions sont tenues dans d'étroites limites par un respect malvenu de la culture, telle que la définit la classe dominante : ce même respect enseigné dans les écoles primaires de la bourgeoisie et dans les journaux des partis ouvriers, qui conduit les municipalités les plus rouges de la banlieue parisienne à réclamer toujours "le Cid" aux tournées du T.N.P., de préférence à "Mère Courage".

A vrai dire, il faut en finir avec toute notion de propriété personnelle en cette matière. 

Le surgissement d'autres nécessités rend caduques les réalisations "géniales" précédentes. 

Elles deviennent des obstacles, de redoutables habitudes. 

La question n'est pas de savoir si nous sommes ou non portés à les aimer. 

Nous devons passer outre.



Tous les éléments, pris n'importe où, peuvent faire l'objet de rapprochements nouveaux. 

Les découvertes de la poésie moderne sur la structure analogique de l'image démontrent qu'entre deux éléments, d'origines aussi étrangères qu'il est possible, un rapport s'établit toujours. 

S'en tenir au cadre d'un arrangement personnel des mots ne relève que de la convention. 

L'interférence de deux mondes sentimentaux, la mise en présence de deux expressions indépendantes, dépassent leurs éléments primitifs pour donner une organisation synthétique d'une efficacité supérieure. 

Tout peut servir.

Il va de soi que l'on peut non seulement corriger une oeuvre ou intéger divers fragments d'oeuvres périmées dans une nouvelle, mais encore changer le sens de ces fragments et truquer de toutes les manières que l'on jugera bonnes ce que les imbéciles s'obstinent à nommer des citations.

De tels procédés parodiques ont été souvent employés pour obtenir des effets comiques. 

Mais le comique met en scène une contradiction à un état donné, posé comme existant. 

En la circonstance, l'état de choses littéraire nous parraissant presque aussi étranger que l'âge du renne, la contradiction ne nous fait pas rire. 

Il faut donc concevoir un stade parodique-sérieux où l'accumulation d'éléments détournés, loin de vouloir susciter l'indignation ou le rire en se référant à la notion d'une oeuvre originale, mais marquant au contraire notre indifférence pour un original vidé de sens et oublié, s'emploierait à rendre un certain sublime.

On sait que Lautréamont s'est avancé si loin dans cette voie qu'il se trouve encore partiellement incompris par ses admirateurs les plus affichés. 

Malgré l'évidence du procédé appliqué dans "Poésies", particulièrement sur la base de la morale de Pascal et Vauvenargues, au langage théorique - dans lequel Lautréamont veut faire aboutir les raisonnements, par concentrations successives, à la seule maxime - on s'est étonné des révélations d'un nommé Viroux, voici trois ou quatre ans, qui empêchaient désormais les plus bornés de ne pas reconnaître dans "les Chants de Maldoror" un vaste détournement, de Buffon et d'ouvrages d'histoire naturelle entre autres. 

Que les prosateurs du "Figaro", comme ce Viroux lui-même, aient pu y voir une occasion de diminuer Lautréamont, et que d'autres aient cru devoir le défendre en faisant l'éloge de son insolence, voilà qui ne témoigne que de la débilité intellectuelle de vieillards des deux camps, en lutte courtoise. 

Un mot d'ordre comme "le Plagiat est n'ecessaire, le progrès l'implique" est encore aussi mal compris, et pour les mêmes raisons, que la phrase fameuse sur la poésie qui "doit être faite par tous".

L'oeuvre de Lautréamont - que son apparition extrêmement prématurée fait encore échapper en grande partie à une critique exacte - mis à part, les tendances au détournement que peut reconnaître une étude de l'expression contemporaine sont pour la plupart inconscientes ou occasionnelles; et, plus que dans la production esthétique finissante, c'est dans l'industrie publicitaire qu'il faudra en chercher les plus beaux exemples.

On peut d'abord définir deux catégories principales pour tous les éléments détournés, et sans discerner si leur mise en présence s'accompagne ou non de corrections introduites dans les originaux. 

Ce sont les détournements mineurs, et les détournements abusifs.

Le détournement mineur est le détournement d'un élément qui n'a pas d'importance propre et qui tire donc tout son sens de la mise en présence qu'on lui fait subir. 

Ainsi des coupures de presse, une phrase neutre, la photographie d'un sujet quelconque.

Le détournement abusif, dit aussi détournement de proposition prémonitoire, est au contraire celui dont un élément significatif en soi fait l'objet; élément qui tirera du nouveau rapprochement une portée différente. 

Un slogan de Saint-Just, une séquence d'Einsenstein par exemple.

Les œuvres détournées d'une certaine envergure se trouveront donc le plus souvent constituées par une ou plusieurs séries de détournements abusifs-mineurs.

Plusieurs lois sur l'emploi du détournement se peuvent dès à présent établir.

C'est l'élément détourné le plus lointain qui concourt le plus vivement à l'impression d'ensemble, et non les éléments qui déterminent directement la nature de cette impression. 

Ainsi dans une métagraphie relative à la guerre d'Espagne la phrase au sens le plus nettement révolutionnaire est cette réclame incomplète d'une marque de rouge à lèvres : "les jolies lèvres ont du rouge". 

Dans une autre métagraphie ("Mort de J.H.") cent vingt-cinq petites annonces sur la vente de débits de boissons traduisent un suicide plus visiblement que les articles de journaux qui le relatent.

Les déformations introduites dans les éléments détournés doivent tendre à se simplifier à l'extrême, la principale force d'un détournement étant fonction directe de sa reconnaissance, consciente ou trouble, par la mémoire. 

C'est bien connu. 

Notons seulement aui si cette utilisation de la mémoire implique un choix du public préalable à l'usage du détournement, ceci n'est qu'un cas particulier d'une loi générale qui régit aussi bien le détournement que tout autre mode d'action sur le monde. 

L'idée d'expression dans l'absolu est morte, et il ne survit momentanément qu'une singerie de cette pratique, tant que nosautres ennemis survivent.

Le détournement est d'autant moins opérant qu'il s'approche d'une réplique rationnelle. 

C'est le cas d'un assez grand nombre de maximes retouchées par Lautréamont. 

Plus le caractère rationnel de la réplique est apparent, plus elle se confond avec le banal esprit de répartie, pour lequel il s'agit également de faire servir les paroles de l'adversaire contre lui. Ceci n'est naturellement pas limité au langage parlé. 

C'est dans cet ordre d'idées que nous eûmes à débattre le projet de quelques-uns de nos camarades visant à détourner une affiche antisoviétique de l'organisation fasciste "Paix et Liberté" - qui proclamait, avec vues de drapeaux occidentaux emmêlés, "l'union fait la force" - en y ajoutant la phrase "et les coalitions font la guerre".

Le détournement par simple retournement est toujours le plus immédiat et le moins efficace. 

Ce qui ne signifie pas qu'il ne puisse avoir un aspect progressif. 

Par exemple cette appellation pour une statue et un homme : "le Tigre dit Clemenceau". 

De même la messe noire oppose á la construction d'une ambiance qui se fonde sur une métaphysique donnée, une construction d'ambiance dans le même cadre, en renversant les valeurs, conservées, de cette métaphysique.

Des quatre lois qui viennent d'être énoncées, la première est essentielle et s'applique universellement. Les trois autres ne valent pratiquement que pour des éléments abusifs détournés.

Les premières conséquences apparentes d'une génération du détournement, outre les pouvoirs intrinsèques de propagande qu'il détient, seront la réappropriation d'une foule de mauvais livres; la participation massive d'écrivains ignorés; la différenciation toujours plus poussée des phrases ou des oeuvres plastiques qui se trouveront être à la mode; et surtout une facilité de la production dépassant de très loin, par la quantité, la variété et la qualité, l'écriture automatique d'ennuyeuse mémoire.

Non seulement le détournement conduit à la découverte de nouveaux aspects du talent, mais encore, se heurtant de front à toutes les conventions mondaines et juridiques, il ne peut manquer d'apparaître un puissant instrument culturel au service d'une lutte de classes bien comprise. 

Le bon marché de ses produits est la grosse artillerie avec laquelle on bat en brèche toutes les murailles de Chine de l'intelligence. 

Voici un réel moyen d'enseignement artistique prolétarien, la première ébauche d'un communisme littéraire.

Les propositions et les réalisations sur le terrain du détournement se multiplient à volonté. 

Limitons nous pour le moment à montrer quelques possibilités concrètes à partir des divers secteurs actuels de la communication, étant bien entendu que ces divisions n'ont de valeur qu'en fonction des techniques d'aujourd'hui, et tendent toutes à disparaître au profit de synthèses supérieures, avec les progrès de ces techniques.

Outre les diverses utilisations immédiates des phrases détournées dans les affiches, le disque ou l'émission radiophonique, les deux principales applications de la prose détournée sont l'écriture métagraphique et, dans une moindre mesure, le cadre romanesque habilement perverti.

Le détournement d'une oeuvre romanesque complète est une entreprise d'un assez mince avenir, mais qui pourrait se révéler opérante dans la phase de transition. 

Un tel détournement gagne à s'accompagner d'illustrations en rapports non-explicites avec le texte. Malgré les difficultés que nous ne nous dissimulons pas, nous croyons qu'il est possible de parvenir à un instructif détournement psychogéographique du "Consuelo" de George Sand, qui pourrait être relancé, ainsi maquillé, sur le marché littéraire, dissimulé sous un titre anodin comme "Grande Banlieue", ou lui-même détourné comme "La Patrouille Perdue" (il serait bon de réinvestir de la sorte beaucoup de titres de films dont on ne peut plus rien tirer d'autre, faute de s'être emparé des vieilles copies avant leur destruction, ou de celles qui continuent d'abrutir la jeunesse dans les cinémathèques).

L'écriture métagraphique, aussi arriéré que soit par ailleurs le cadre plastique où elle se situe matériellement, présente un plus riche débouché à la prose détournée, comme aux autres objets ou images qui conviennent. 

On peut en juger par le projet, datant de 1951 et abandonné faute de moyens financiers suffisants, qui envisageait l'arrangement d'un billard électrique de telle sorte que les jeux de ses lumières et le parcours plus ou moins prévisible de ses billes servissent à une interprétation métagraphique-spaciale qui s'intitulerait "des sensations thermiques et des désirs des gens qui passent devant les grilles du musée de Cluny, une heure environ après le coucher du soleil en novembre". 

Depuis, bien sûr, nous savons qu'un travail situationniste-analytique ne peut progresser scientifiquement par de telles voies. 

Les moyens cependant restent bons pour des buts moins ambitieux.

C'est évidemment dans le cadre cinématographique que le détournement peut atteindre à sa plus grande efficacité, et sans doute, pour ceux que la chose préoccupe, à sa plus grande beauté.

Les pouvoirs du cinéma sont si étendus, et l'absence de coordination de ces pouvoirs si flagrante, que presque tous les films qui dépassent la misérable moyenne peuvent alimenter des polémiques infinies entre divers spectateurs ou critiques professionnels. 

Ajoutons que seul le conformisme de ces gens les empêche de trouver des charmes aussi prenants et des défauts aussi criants dans les films de dernière catégorie. 

Pour dissiper un peu cette risible confusion des valeurs, disons que "Naissance d'une Nation", de Griffith, est un des films les plus importants de l'histoire du cinéma par la masse des apports nouveaux qu'il représente. 

D'autre part, c'est un film raciste : il ne mérite donc absolument pas d'être projeté sous sa forme actuelle. 

Mais son interdiction pure et simple pourrait passer pour regrettable dans le domaine, secondaire mais susceptible d'un meilleur usage, du cinéma. 

Il vaut bien mieux le détourner dans son ensemble, sans même qu'il soit besoin de toucher au montage, à l'aide d'une bande sonore qui en ferait une puissante dénonciation des horreurs de la guerre impérialiste et des activités du Ku-Klux-Klan qui, comme on sait, se poursuivent à l'heure actuelle aux Etats-Unis.

Un tel détournement, bien modéré, n'est somme toute que l'équivalent moral des restaurations des peintures anciennes dans les musées. 

Mais la plupart des films ne méritent que d'être démembrés pour composer d'autres oeuvres. Evidemment, cette reconversion de séquences préexistantes n'ira pas sans le concours d'autres éléments : musicaux ou picturaux, aussi bien qu'historiques. 

Alors que jusqu'à présent tout truquage de l'histoire, au cinéma, s'aligne plus ou moins sur le type de bouffonnerie des reconstitutions de Guitry, on peut faire dire à Robespierre, avant son exécution : "malgré tant d'épreuves, mon expérience et la grandeur de ma tâche me font juger que tout est bien". Si la tragédie grecque, opportunément rajeunie, nous sert en cette occasion à exalter Robespierre, que l'on imagine en retour une séquence du genre néo-réaliste, devant le zinc, par exemple, d'un bar de routiers - un des camionneurs disant sérieusement à un autre : "la morale était dans les livres des philosophes, nous l'avons mise dans le gouvernement des nations". 

On voit ce que cette rencontre ajoute en rayonnement à la pensée de Maximilien, à celle d'une dictature du prolétariat.

La lumière du détournement se propage en ligne droite. 

Dans la mesure où la nouvelle architecture semble devoir commencer par un stade expérimental baroque, le complexe architectural - que nous concevons comme la construction d'un milieu ambiant dynamique en liaison avec des styles de comportement - utilisera vraisemblablement le détournement des formes architecturales connues, et en tout cas tirera parti, plastiquement et émotionnellement, de toutes sortes d'objets détournés : des grues ou des échafaudages métalliques savamment disposés prenant avantageusement la relève d'une tradition sculpturale défunte. 

Ceci n'est choquant que pour les pires fanatiques du jardin à la française. 

On se souvient que, sur ses vieux jours, d'Annunzio, cette pourriture fascisante, possédait dans son parc la proue d'un torpilleur. 

Ses motifs patriotiques ignorés, ce monument ne peut qu'apparaître plaisant.

En étendant le détournement jusqu'aux réalisations de l'urbanisme, il ne serait sans doute indifférent à personne que l'on reconstituât minutieusement dans une ville tout un cartier d'une autre. 

L'existence, qui ne sera jamais trop déroutante, s'en verrait réellement embellie.

Les titres mêmes, comme on l'a déjà vu, sont un élément radical du détournement. 

Ce fait découle de deux constatations générales qui sont, d'une part, que tous les titres sont interchangeables, et d'autre part qu'ils ont une importance déterminante dans plusieurs disciplines. 

Tous les romans policiers de la "série noire" se ressemblent intensément, et le seul effort de renouvellement portant sur le titre suffit à leur conserver un public considérable. 

Dans la musique, un titre exerce toujours une grande influence, et rien ne justifie vraiment son choix. 

Il ne serait donc pas mauvais d'apporter une ultime correction au titre de la "Symphonie héroïque" en en faisant, par exemple, une "Symphonie Lénine".

Le titre contribue fortement à détourner l'oeuvre, mais une réaction de l'oeuvre sur le titre est inévitable. 

De sorte que l'on peut faire un usage étendu de titres précis empruntés à des publications scientifiques ("Biologie littorale des mers tempérées") ou militaires ("Combats de nuit des petites unités d'infanterie") ; et même de beaucoup de phrases relevées dans les illustrés enfantins ("De merveilleux paysages s'offrent à la vue des navigateurs").

Pour finir, il nous faut citer brièvement quelques aspects de ce que nous nommerons l'ultra-détournement, c'est-à-dire les tendances du détournement à s'appliquer dans la vie sociale quotidienne. 

Les gestes et les mots peuvent être chargés d'autres sens, et l'ont été constamment à travers l'histoire, pour des raisons pratiques. 

Les sociétés secrètes de l'ancienne Chine disposaient d'un grand raffinement de signes de reconnaissance, englobant la plupart des attitudes mondaines (manière de disposer des tasses ; de boire ; citations de poèmes arrêtées à des moments convenus). 

Le besoin d'une langue secrète, de mots de passe, est inséparable d'une tendance au jeu. 

L'idée-limite est que n'importe quel signe, n'importe quel vocable, est susceptible d'être converti en autre chose, voire en son contraire. 

Les insurgés royalistes de la Vendée, parce qu'affublés de l'immonde effigie du coeur de Jésus, s'appelaient l'Armée Rouge. 

Dans le domaine pourtant limité de la politique, cette expression a été complètement détournée en un siècle.

Outre le langage, il est possible de détourner par la même méthode le vêtement, avec toute l'importance affective qu'il recèle. 

Là aussi, nous trouvons la notion de déguisement en liaison étroite avec le jeu. 

Enfin, quand on en arrive à construire des situations, but final de toute notre activité, il sera loisible à tout un chacun de détourner des situations entières en en changeant délibérément telle ou telle condition déterminante.

Les procédés que nous avons sommairement traités ici ne sont pas présentés comme une intention qui nous serait propre, mais au contraire comme une pratique assez communément répandue que nous nous proposons de systématiser.

La théorie du détournement par elle-même ne nous intéresse guère. 

Mais nous la trouvons liée à presque tous les aspects constructifs de la période de transition présituationniste. 

Son enrichissement, par la pratique, apparaît donc comme nécessaire.

Nous remettons à plus tard le développement de ces thèses.


GUY-ERNEST DEBORD et GIL J WOLMAN
















































la pensée 

mise au large imitant l'alouette

disposition 

d'esprit qui demeure indicible

bien-être

qui de lui-même amplifie ses ondes



ce jaune au soleil du matin

ce jaune aux lueurs du couchant

ce jaune et moi qui suis dedans

avec 

une joie folle !








chanter 

dans 

le jaune des fleurs de colza

avec 

Sôseki














































Des voies du créateur


veux-tu

mon frère aller dans l’isolement ?

veux-tu

chercher le chemin qui mène à toi-même ?


hésite encore un peu

et écoute-moi














celui 

qui cherche se perd facilement lui-même 

tout isolement est 

une faute 



ainsi parle le troupeau

et longtemps tu as fait partie

du troupeau































Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " (3x4) * & 111 12 14 24 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A A.a.H A.L. A.R7 A.S. A1 A10 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB ABDL Abécédaire Aboulafia Abréviations Abrüpt Abruzzo acronyme Actis Actualités ADBP Adorno ADR Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite AIR Air du temps Alain de Lille Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Aleph Alferi Alina Reyes ALTH AM Amande Anagrammes Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animal animation Annick Ranvier Annonciations Anthologie Antin David AP Aphaïa Appelfeld Approche APUMM APZ Arago Aram Saroyan Arbres Aristote Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD AS ASDMI Ashbery Astrologie Atlantide Auxméry AVB Avec Avent AW B B.Celerier Babel Bachmann Baies Baigaitu BAM Banal Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala BAZAR Beaufortain Beckett Beckford Benedetto Bénézet Benveniste Bergounioux Bernstein Bhattacharya Bibliothèques Bimot Binet bio BioMobiles Biopsies Bishop BISSES1 Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blanqui Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner Bohm boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bouthonnier Bozier Brautigan Bretagne Bribes Briciole Broodthaers Bryen BSRM Butor Byron C C.C C.E.T C.F. C.Olson çacest café Camino Campo Cantos Capital Capricorne Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Carver Casas cavernes Cazier CCB CCEM CDLRP CDN ce qui est ceci cela Céline Celui Cendras cequej'aime Cerbelaud cercles Cerf Ceux Cézanne CGJ CH5 Champs chant1 Chants et Poésies Chappuis Char chartres Chartreuse Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations CL Claude Favre Claude Simon Climat Closky CMDOT Code Cole collages Collines Côme comme comment Compact compostelle conversation Copier Corbeau Cortazar couleur covid Cravan Creeley CSB Cummings cut Cut 1 CV CyT Dada DALA Dans Danse Dao Dates DDLR de De Vries définitions DEGAULLE Deleuze Delillo délires Démocrite Denis Roche Déplacement Dérive Derrida Des Déserts Désir Détournement Dextre DFRC Diable Dickinson Dillard Divers DMI Domerg Duchamp Duncan Duras Durer Duvauroux DVDC Dworkin E E.C E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures EDG EDLCDS EDLF Edmond Jabès elle ELLEDIT Elles Ellul EN ENCORE encres et musique Encres et peintures EnSof Entre EPE épiphanies EPLA ESE ESPA Espace Espitallier essais été Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F F.A. F.O Fable faits FAJ Faune Fayçal Fengliu feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore FNAR Foligno Forest Foucault Fourcade FQPCC Fractales Fragme Fragments France François Cheng Frappat Fugue Fuji G.C.L. G.Luca G.R.I Gary Snyder GB GDLMC GDT GEGO genese Genji géométrie Géopoésie Gervais Gif Giffard Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize Glossaire GMH Gobenceaux Godard Goethe Gombrowicz Gongora Grâces Gramm gris Guesdon Guy Debord Guyau Guyotat GWFH H H.D. H.P Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Harms Hart Crane Hausmann Heaney Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Herta Müller Hésiode Hesse Heures hexagrammes HFSR HHPC Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Histoire HN HO Hocquard Hölderlin homonymies Houellebecq HR. HRC Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. ici IDLR il Illuminations illuminer illuminisme ILVLA ilya immédiatement impératif imperceptible Impresses Index individu Infini Infinitif initiales inquiétude Insectes installation Internet Interrompre Irwin Ishihara Isis isolato Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet jaime Jakobson Jardin JBE JCERDM JDLF JE JE & Jean jean Daive Jean Michel Lou Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G K.K Kafka Kaplan Kapoor Kathleen Raine Katué Kawara Kay Ryan KDCN KDICK Kenneth White Kerouac Khazar Khlebnikov Kiarostami KK Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts L'EI La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs LADR Laforgue Lagopède LALELES Lamantin LAME Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin LBA LCDP LCR LDB LDMC LDS Le Clézio Le Livre Le poème LECDF LECLA Lectures LEE Lee Ufan Leibniz Leibovici Leili Anvar lensball lepoète Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lev Rubinstein Lex1 lex2 lex3 lex5 lex7 lex8 Lexie LFDH LFMR LGD LGTDLP LHDD lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées LIQV listes livrelit LJDP LLDME LLDO LLDP LLDQ LMDLE LMV LO LOAN LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LPC LPDLE LPI LRDT LSDA LSDS LSDV LSMT LTO Lune Lus & Mus LV; LVMDE Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.S.M M.Trinité Ma Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Maïakovski Mains maintenant Mais Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manganelli Manifeste Manon mantra Manzoni Map Marchand Marcheurs Marelle Martin Ziegler Marx Masao Yamamoto masque Massera Matinaux Matsui Matta-Clarck Mauguin MBO MCH MDC MDLF MDOU Mécanisme Méditations mémoire Memories Menus Meraviglia Merci Mercure Merton Thomas messages Métaphysique Métis Metro MFRC Michon micro microcosme Millet Mina Loy Miura ori MJNYCR Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 MPUSPM MTAS Murphy Murs et Fenêtres Muscle Musil Musique MWLG Mystères MZD N Nagori Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman NDBDP Neiges Neil Mills Nerval neuf Nice Niedecker Nietzsche NLJNLH noeuds Noguez Noir nOmbres Norge Notes-Book Notes-Rapides Notifications NOUS Nouveautés Novae Novalis Novarina NP NPhS Nuages Nuits O.Pé objets Objets d'Amérique Octaèdre ODSI œil Olivier Cadiot OM ON Opalka Oph. Oppen OR Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet OSMH P.A P.B.Shelley P.observatoire P.P. P48 Padirac Pages palimpseste Palmer Paolo Icaro papier PAR Para Paradis Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Passages Paul Celan Paul Valéry Paysages PDLC PDM Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance permaculture Pessoa Peuchmard peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes PHPN Phrases phusis Pi Pierres Pierrette Bloch Pin Pise Pizarnik Plagiat planètes Plankl Platon Pleynet PNSLTS Podiensis poésie Poignant Poindron Points Politikos polygraphe pommes Ponge Pour praxis prénoms prépositions presque Prière Promenade Proust PRYNNE Psaumes ptyx PUB puiser puissance Pyramides Qualia quand Quatrebarbes quelqu'un QuelqueChose Questions Qui Quignard Quotidien R.G.Lecomte R.M. R.M.I R.M.T. Rachi Rae Armantrout Range Raphoz Raven RBDBB RBLPDT RCLSDF RD RDLB Recettes Reclus Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Rêve Revenir Reverdy Révillon Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières RLP Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rocamadour Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rosset Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ruyer Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie sable Saigyo Saliens SALXI Sam Francis Samivel Sangral sans Sans Titre Santoka Sappho Sator Saturne Savelli Savitzkaya SBL1 Sbrissa Schlechter Sculptures Sculptures Photographies L.A. SDM Sel selon SELP Seneca SGM Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos SILENCE Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Sinclair singularité Situation Sivan six SJDC Ski soleil Solutré Sommeil Sonnets Sons Sor Juana Sôseki Soto Soufre Soulages Souligne Sous le Pas SP SPHS SPiced Spinoza spirale SPRCGB SPSLSA Squires Stéfan Stein steppe Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu sur Suso Swensen Synchronicité synonymes Synopsis T T.A T.C T.S.Eliot Tabarini Takis Tanizaki TAOPY Tardy Tarkos TDQ TEL Temps Temps probable Tétralemme TEXTES Thalès Thé Théorie Tholomé timbres TINTIN Tissu Titres TLP TN Tocqueville Todtnauberg tomates TOPOS Toscane Toujours TouT TP.BN Traces Traduire Trains TRICTRAC Triste époque Tsvetaeva TT TU Tumulte Tweets Typoésie u.p.d.d.v UCDD ULDLLA Ulysse UMP UN UNM UPSA usura V V.I. V.Kh V.P. VALC Valet vazquez VDSJ VE Venet Venise Vents VERBES Verne verre Vert vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Viton vitraux VO voici Voies voilà voix volcan Volut Von Aesch Vous Voyelles Vulcano W W.Benjamin W.I.P. Wable Wagô Wajcman Waldman Waldrop Wallace Stevens Walser WB WBY wcw webasso Webcams WGJ WilliamBlake Windows Wittig Wolfgang Laib Woolf Xardel Xénophon Xu Xiake Y.B YDM YOGA Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zéro Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog