lundi, février 22, 2016

.



pieds (nu)  et jambe (nu)

de l'art poétic'































.
.




Coquillage 
du genre peigne 

















consommé 
dans sa coquille
la coquille elle-même




dans 
la recherche




Elle envoya chercher 
un de ces gâteaux courts et dodus 
appelés petites madeleines 

qui semblent avoir été moulés 
dans la valve rainurée 

d'une coquille de Saint-Jacques 






































.
.





Andrei Tarkovsky

Untitled 

Polaroid








































.
.

































.
.



De l'espace 
de la page blanche 













à l'espace du vide sidéral, en passant par l'espace urbain, Georges Perec examine son rapport à l'espace dans toutes ses dimensions. Il détaille ici des "travaux pratiques" qu'il s'impose dans la rue.










Travaux pratiques





Observer la rue, 
de temps en temps, 
peut-être avec un souci un peu systématique.

S'appliquer. 
Prendre son temps.

Noter le lieu : 
la terrasse d'un café 
près du carrefour Bac-Saint-Germain

           l'heure  : sept heures du soir
           la date  15 mai 1973
           le temps : beau fixe

Noter ce que l'on voit. 
Ce qui se passe de notable. 
Sait-on voir ce qui est notable ? 
Y a-t-il quelque chose qui nous frappe ?
Rien ne nous frappe. 
Nous ne savons pas voir.

Il faut y aller plus doucement, 
presque bêtement. 
Se forcer à écrire ce qui n'a pas d'intérêt, 
ce qui est le plus évident, 
le plus commun, 
le plus terne.

La rue : 
essayer de décrire la rue, 
de quoi c'est fait, 
à quoi ça sert.

Les gens dans les rues. 
Les voitures. 

Quel genre de voitures ? 

Les immeubles : 
noter qu'ils sont plutôt confortables, 
plutôt cossus ; 
distinguer les immeubles d'habitation 
et les bâtiments officiels.

Les magasins. 
Que vend-on dans les magasins ?
Il n'y a pas de magasins d'alimentation. 
Ah ! si, il y a une boulangerie. 

Se demander où les gens 
du quartier font leur marché.

Les cafés. 
Combien y a-t-il de cafés ? 
Un, deux, trois, quatre. 
Pourquoi avoir choisi celui-là ? 
Parce qu'on le connaît, 
parce qu'il est au soleil, 
parce que c'est un tabac. 

Les autres magasins : 
des antiquaires, 
habillement, 
hi-fi, etc. 

Ne dire, ne pas écrire « etc. ». 
Se forcer à épuiser le sujet 
même si ça a l'air grotesque, 
ou futile, 
ou stupide. 

On n'a encore rien regardé, 
on n'a fait que repérer ce que l'on avait 
depuis longtemps repéré.

S'obliger à voir plus platement.

Déceler un rythme :
le passage des voitures : 
les voitures arrivent par paquets 
parce que, 
plus haut ou plus bas dans la rue, 
elles ont été arrêtées par des feux rouges. 
Compter les voitures.
Regarder les plaques des voitures. 
Distinguer les voitures immatriculées à Paris et les autres.
Noter l'absence des taxis alors que,
précisément, 
il semble qu'il y ait 
de nombreuses personnes qui en attendent.

Lire ce qui est écrit dans la rue : 
colonnes Morriss, 
kiosque à journaux, 
affiches, 
panneaux de circulation, 
graffiti prospectus jetés à terre, 
enseignes des magasins.

Beauté des femmes.
La mode est aux talons trop hauts.

Déchiffrer un morceau de ville, 
en déduire des évidences : 
la hantise de la propriété, 
par exemple. 
D'écrire le nombre des opérations 
auxquelles se livre le conducteur d'un véhicule automobile
lorsqu'il se gare à seule fin d'aller faire
l'emplette de cent grammes de pâtes de fruits :

    — se garer au moyen d'un certain nombre de manœuvres     
    — couper le contact
    — retirer la clé, déclenchant ainsi un premier dispositif anti-vol
    — s'extirper du véhicule
    — relever la glace de la portière avant gauche
    — la verrouiller
    — vérifier que la portière arrière gauche est verrouillée ; sinon : l'ouvrir 
                               relever la poignée de l'intérieur claquer la portière
                               vérifier qu'elle est effectivement verrouillée.
    — faire le tour de la voiture ; le cas échéant, vérifier que le coffre est bien fermé à clé
    — vérifier que la portière arrière droite est ver‑rouillée ; sinon, recommencer l'ensemble des opérations déjà effectué sur la portière arrière gauche)
    — relever la glace de la portière avant droite
    — fermer la portière avant droite
    — la verrouiller
    — jeter, avant de s'éloigner, un regard circulaire comme pour s'assurer que la voiture est encore là et que nul ne viendra la prendre. 

Déchiffrer un morceau de ville. 
Ses circuits : 
pourquoi les autobus vont-ils de tel endroit à tel autre ? Qui choisit les itinéraires, et en fonction de quoi ? Se souvenir que le trajet d'un autobus parisien intra-muros est défini par un nombre de deux chiffres dont le premier décrit le terminus central et le second le terminus périphérique. Trouver des exemples, trouver des exceptions : tous les autobus dont le numéro commence par le chiffre 2 partent de la gare Saint-Lazare, par le chiffre 3 de la gare de l'Est ; tous les autobus dont le numéro se termine par un 2 aboutissent grosso modo dans le 16e arrondissement ou à Boulogne.
(Avant, c'était des lettres : l'S, cher à Queneau, est devenu, le 84 ; s'attendrir au souvenir des autobus à plate-forme, la forme des tickets, le receveur avec sa petite machine accrochée à sa ceinture...)

Les gens dans les rues : 

d'où qu'ils viennent ? 
Où qu'ils vont ?
Qui qu'ils sont ?

Gens pressés. Gens lents. Paquets. Gens prudents qui ont pris leur imperméable. Chiens : ce sont les seuls animaux visibles. On ne voit pas d'oiseaux — on sait pourtant qu'il y a des oiseaux — on ne les entend pas non plus. On pourrait apercevoir un chat en train de se glisser sous une voiture mais cela ne se produit pas.

Il ne se passe rien, 
en somme.

Essayer de classer les gens : ceux qui sont du quartier et ceux qui ne sont pas du quartier. Il ne semble pas y avoir de touristes. L'époque ne s'y prête pas, et d'ailleurs le quartier n'est pas spécialement touristique. Quelles sont les curiosités du quartier ? L'hôtel de Salomon Bernard ? L'église Saint Thomas-d'Aquin ? Le n° 5 de la rue Sébastien-Bottin ?

Du temps passe. 
Boire son demi. 
Attendre.

Noter que les arbres sont loin (là-bas, sur le boulevard Saint-Germain et sur le boulevard Raspail), qu'il n'y a pas de cinémas, ni de théâtres, qu'on ne voit aucun chantier visible, que la plupart des maisons semblent avoir obéi aux prescriptions de ravalement.

Un chien, d'une espèce rare (lévrier afghan ? sloughi ?)

Une Land-Rover que l'on dirait équipée pour traverser le Sahara (malgré soi, on ne note que l'insolite, le particulier le misérablement exceptionnel : c'est le contraire qu'il faudrait faire)

Continuer
Jusqu'à ce que le lieu devienne 
improbable

jusqu'à ressentir, pendant un très bref instant, l'impression d'être dans une ville étrangère, ou, mieux encore, jusqu'à ne plus comprendre ce qui se passe ou ce qui ne se passe pas, que le lieu tout entier devienne étranger, que l'on ne sache même plus que ça s'appelle une ville, une rue, des immeubles, des trottoirs...

Faire pleuvoir des pluies diluviennes, tout casser, faire pousser de l'herbe, remplacer les gens par des vaches, voir apparaître, au croisement de la rue du Bac et du boulevard Saint-Germain, dépassant de cent mètres les toits des immeubles, King-Kong, ou la souris fortifiée de Tex Avery !

Ou bien encore : s'efforcer de se représenter, avec le plus de précision possible, sous le réseau des rues, l'enchevêtrement des égouts, le passage des lignes de métro, la prolifération invisible et souterraine des conduits (électricité, gaz, lignes téléphoniques, conduites d'eau, réseau des pneumatiques) sans laquelle nulle vie ne serait possible à la surface.

En dessous, juste en dessous, ressusciter l'éocène : le calcaire à meulières, les marnes et les caillasses, le gypse, le calcaire lacustre de Saint-Ouen, les sables de Beauchamp, le calcaire grossier, les sables et les lignites du Soissonnais, l'argile plastique, la craie. 
   
Georges Perec , Espèces d'espaces,
Éditions Galilée, 1974




























.
.








































.
.



Stefan Haenel

ici




























.
.



The unbearable lightness of being










































.
.


Elle dit

la nuit vient

la nuit vient















voilà que la nuit vient


le temps passe
sans que nous nous en apercevions 

nous voilà arrivés au but


c'est le silence

c'est la nuit

nous sommes arrivés au but



l'espoir 
une mémoire qui désire

c'est tout 
ce qu'on peut dire
.



























.


.


Grande pour tous les êtres

est la tristesse du soir

Michelet















quelles sont les causes


quelles sont les causses
qui peuvent nous rendre joyeux ?




il y a quelque part

en haut d'un escalier tournant

un rayon de soleil

ténu comme un fil




les raisons de la vie
ne rencontrent aucune
des raisons de la mort






























.
.




Le rebord 
de la fenêtre fut bientôt 
rose
















Ces fleurs 
sont d'un rose vraiment céleste, 
dit Legrandin,

 je veux dire 
couleur de ciel rose. 

Car il y a 
un rose ciel comme 

il y a un bleu ciel. 

Mais, murmura-t-il ...




Rose 
dans la recherche





















.
.




Cent mille milliards de poèmes 

Livre de Raymond Queneau




























.

.




Beth Ganz

Grid I   2015  

Gouache on paper mounted on panel

























.



.



Joy Harjo

















Eagle Poem



To pray you open your whole self
To sky, to earth, to sun, to moon
To one whole voice that is you.
And know there is more
That you can’t see, can’t hear;
Can’t know except in moments
Steadily growing, and in languages
That aren’t always sound but other
Circles of motion.
Like eagle that Sunday morning
Over Salt River. Circled in blue sky
In wind, swept our hearts clean
With sacred wings.
We see you, see ourselves and know
That we must take the utmost care
And kindness in all things.
Breathe in, knowing we are made of
All this, and breathe, knowing
We are truly blessed because we
Were born, and die soon within a
True circle of motion,
Like eagle rounding out the morning
Inside us.
We pray that it will be done
In beauty.
In beauty.



Joy Harjo

ici






























.

.




Ulysse 1469

la phrase originale

ici































.
Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 14 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline Agenda AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Alan Davies Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Alina Reyes Amande Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Auxméry Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot bio BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté bord de terre Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier ce qui est cequej'aime Cerbelaud cercles Cerf Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Corbeau Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze Delillo délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof épiphanies essais Etel Adnan Etna étoile Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Gif Giovannoni Girard Giroux Gizzi Gleize GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm gris Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hausmann Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq HR. Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet Jakobson Jardin JBE Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue LAME Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.Trinité Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro micro Mina Loy Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore Morris mots Moving mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Narnia Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Notes-Rapides Nouveautés Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P.observatoire P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paul Valéry Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Points Politikos pommes Ponge Prière Promenade Proust Psaumes PUB puiser Qualia quelqu'un Questions Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud RIP Ristat Rivières Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson sa vie Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu sur Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini TAOPY Tardy Tarkos Temps probable Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.Kh V.P. vazquez VE Venet Venise vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xardel Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zoom Zukofsky Zürn

Archives du blog