jeudi, juillet 30, 2009

Boucle

un ensemble de lignes

Ancolie

ainsi se lève
éparpillée
entre soi et sol
°
L.A. Dehors devant soi, éditions L. Mauguin 2008
°
Ancolie des Alpes
grandes fleurs bleues
penchées
éperon droit ou un peu incurvé
terrains profonds
prairies
alpages et buissons d'aulnes verts
juillet août
à l'est jusqu'au Voralberg et à la Bernina
centre des Apenins
°
L'Ancolie semble une fantaisie tuyautée par le fer
de la fée la plus habile
.
Je conserve encore des plantes cueillies par Geneviève : quelques Ancolies des Alpes, deux ou trois Valérianelles, et un plant de cette Calaminthe odorante qu'on appelle chez nous le Grand Basilic Sauvage.
( Henri Bosco, le Mas de Théotine )
°
L.A. photographie, les grandes Ancolies des Alpes, Zinal
de Chamonix à Zermatt, juillet 2009.

Une influence

de la reptation de la neige sur la forme d'un mélèze. La reptation du manteau neigeux. L'observation d'une colonne de sciure forée dans un manteau neigeux en pente prouve que le mouvement de la neige est la combinaison de trois déformations : un tassement soumis à l'influence de la nature de la neige et de la température, une déformation plastique due à la pente et à la pesanteur, enfin un glissement sur le sol. Ordre de grandeur du déplacement : 2 à 3 centimètre par jour sur une pente de 35 degrés couverte d'herbes couchées.
°
L.A. photographie, dans la forêt de Grüben,
de Chamonix à Zermatt juillet 2009
.

Dans une zone libérée par les glaces, depuis un siècle s'organise une mosaïque de fragments d'associations de combes à neige qui couvre entre 30 à 60 % du sol. Apparaissent les premières espèces de pelouse ( paturin des Alpes, trèfle de Thalius, vergerette uniflore, renouée vivipare, homogyne des Alpes, lottier corniculé, achémille des Alpes). Le sol s'acidifie ; il se dote d'une couche noirâtre épaisse de quelques millimètres due à la décomposition lente des débris végétaux et évolue vers un sol véritable qui va coloniser une pelouse.


Source B. Fischesser, la vie de la montagne

Sur une moraine frontale

.

 










Génépi
      ( Artemisia glacialis)
°


Colonisation d'une moraine frontale par les plantes





Trèfle d'altitude

Saxigrage à feuilles opposées
Campanule du mont Cenis
Linaire des Alpes

Epilobe des moraines

Oxyria à deux styles

Renoncule des glaciers

Tabouret à feuilles rondes
Pavot des Alpes



Achillée naine             saule herbacé




Dryade 

 (à huit pétales) 

     regarde au ciel silencieux......

C'est la nymphe qui rêve, un coude sur son vase





.




La Saxifrage silonnée ( saxifraga exarata)
sur les pentes et rochers silicieux jusqu'à 3600 m !
 
 
L.A. photographies,
moraine du glacier de Corbassière
juillet 2009
.
.
.
.
.
.
.
Sur 62 espèces de mammifères quaternaires connues en Europe occidentale lors des glaciations :
15 ont complètement disparu du globe comme le mammouth ;
30 sont restées sur place ;
7 sont remontées dans le Grand Nord : renne, boeuf musqué,
renard bleu...
5 ont trouvé refuge en montagne : chamois, bouquetin, mouflon, campagnol des neiges, lièvre variable ;
5 sont retournées vers le steppes de l'Asie centrale : antilope saïga...

mercredi, juillet 29, 2009

Dans une radieuse vision du ramayana,


les montagnes, d'abord, étaient ailées, et leur substance se mêlait à celle des nuages. Puis Indra les priva de ces ailes afin qu'elles se posent sur la terre, encore fluente et mouvante, et la consolident de leur poids.
°
L.A. photographie, glacier descendant du Pigne d'Arolla , de Chamonix à Zermatt, juillet 2009
.
Une cascade








Elle s'oppose au rocher dans le couple fondamental : montagne et eau. Son mouvement descendant alterne avec le mouvement ascendant de la montagne, son dynamisme avec l'impassibilité du rocher. C'est, et nous rejoignons ici les formulations du bouddhisme tch'an, le symbole de l'impermanence opposé à celui de l'immutabilité. Si l'entité cascade demeure, elle n'est jamais la même...
 
 
 
L.A. photographie, Lac des Dix, vers le pas du chat de Chamonix à Zermatt, juillet 2009
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
..
.
.
.
.
..
.
.
.
 

La cabane



François-Xavier Bagnoud
à Panossière 2645 m. Commune de Bagnes.
Le versant Nord du Grand Combin 4314 m Vue de la cabane
°
L.A. photographies, autour des Combins, juillet 2009

La marche du glacier


La glace se meut à la façon d'une immense coulée de miel au rythme lent de la vie du glacier. La vitesse d'une langue glaciaire est éminemment variable selon la surcharge de neige du bassin d'alimentation. Si à l'oeil nu le mouvement est imperceptible, à l'échelle d'une année il le devient : les valeurs moyennes à retenir par cet écoulement sont de 10 mètres pour les petits glaciers, 50 à 400 mètres pour les plus grands et jusqu'à 800 mètres pour les glaciers de l'Everest. Les glaciers avancent par saccades dans leur lit, pouvant rester bloqués des heures ou des jours. Ce mouvement a des conséquences : les crevasses, les érosions et le transport des matériaux.


L.A. photographies,glacier de Corbassière, autour des Grands Combins, juillet 2009
Source du texte, B.Fischesser, la vie de la montagne.

mardi, juillet 28, 2009

Le chemin vers Ollomont

un petit un étroit un large
un mauvais chemin
un chemin encaissé
sinueux
tortueux
montueux
abrupt
un chemin poudreux
sablonneux
caillouteux
pierreux
rocailleux
un chemin défoncé
accidenté
un chemin facile
rude
fréquenté
passant
impraticable
carrossable
un chemin familier
un chemin muletier
un chemin bordé
de peupliers
de fleurs
d'orties
de cyprès
de pins et d'hortensias
un chemin en pente
en lacets
un chemin de côte
de crête
de collines
de montagne
un chemin qui va
qui tourne
descend
monte
grimpe
un chemin qui ouvre
à l'homme son étendue intérieure...






L.A. photographies
le chemin vers Ollomont, Vallée d'Aoste, Italie
juillet 2009






Zermatt, Midi et trois minutes


O midi de la vie, heure solennelle,
O jardin de l'été,
Bonheur inquiet du guet et de l'attente,
J'attends mes amis, le jour et la nuit, sans cesse.
Où êtes-vous, amis ? Venez, il est temps, grand temps
...
O midi de la vie, ô seconde jeunesse !
O jardin de l'été !
Bonheur inquiet du guet et de l'attente !
Amis, je vous attends, le jour, la nuit, sans cesse,
O mes amis nouveaux, venez, il est temps, grand temps.
°
Nietzsche
Poésies
éditions Ivrea
°
L.A. photographie, église de Zermatt, juillet 2009

Ce jour là

vers les chalets de Zmutt
.
Ce bloc dressé comme une pyramide
modification soudaine !
révélation !
ravissement !
il trace des cercles autour de lui et des frontières sacrées ;
toujours plus rares sont ceux qui montent avec lui
sur des montagnes toujours plus hautes,
il édifie des massifs montagneux avec
des montagnes toujours plus sacrées.
Il a vu plus loin
il a voulu plus loin
il a pu aller plus loin qu'aucun autre être humain.
Lui cet esprit affirmateur entre tous ;
en lui toutes les oppositions sont réunies
en une unité nouvelle.
L'immense dire-oui et amen sans limite.

Avec Zarathoustra
°

Car cette région intermédiaire entre le ciel et la terre, et tous les orients, tu les occupes à toi seul. Voyant cette tienne forme merveilleuse et terrible le triple monde s'effraie, Ô grand Être !
En vérité, ces troupes de dieux que voici pénètrent en toi : certains, effrayés, saluent les mains jointes et chantent ta louange. Les grands voyants et les parfaits, rassemblés, après avoir dit " salut " te glorifient de leurs hymnes sonores.
°
La Bhagavad Gîtâ, chant XI ( vision de l'omniforme ) ( 20 et 21 )
L.A. photographies, Zermatt, juillet 2009

Penseurs en semelles

.



















La marche à pied connaît de plus en plus d'adeptes qui en recueillent les bienfaits : apaisement, communion avec la nature, plénitude... Nous sommes très nombreux à bénéficier de ces dons. Marcher ne nécessite ni apprentissage, ni technique, ni matériel, ni argent. Il y faut juste un corps, de l'espace et du temps.

Mais la marche est aussi un acte philosophique et une expérience spirituelle. Allant du vagabondage au pèlerinage, de l'errance au parcours initiatique, de la nature à la civilisation, l'auteur puise dans la littérature, l'histoire et la philosophie : Rimbaud et la tentation de la fuite, Gandhi et la politique de résistance, sans oublier Kant et ses marches quotidiennes à Königsberg.

Et si l'on ne pensait bien qu'avec les pieds ? Que veut dire Nietzsche lorsqu'il écrit que " les orteils se dressent pour écouter " ? C'est ce que l'on cherche ici à comprendre. A la fois traité philosophique et définition d'un art de marcher, ce livre en réjouira beaucoup, qui ne se savaient pas penseurs en semelles.


Un grand merci à Christiane
souvenir de la traversée du Grand Paradis



















.

lundi, juillet 27, 2009

Sait-il marcher ?

Certains livres respirent :

l'air vif du grand dehors, les vents d'altitude,
le souffle glacé brûlant le marcheur,
l'air doux et parfumé des sentiers bordés de pins,
la lumière épaisse des montagnes...

Pour faire l'estimation d'un livre, d'un homme, ou d'une musique, notre premier réflexe est de nous demander : sait-il marcher ?
°
Avec Nietzsche
Seul un esprit très rapide peut savourer la lenteur. ( Vivant Denon )

Le marcheur et le mélèze


élan inspiré
parce que marcher nous met à la verticale de l'axe de vie :
entraînés par le torrent qui jaillit juste en-dessous de nous
.
L.A. photographie, Zermatt, juillet 2009
Avec Frédéric Gros

Nous allons devant nous


.
Que je sois, Seigneur,
Petit caillou, grosse pierre ou poussière
Sur la route de Pandharpour,
Pour être foulé par les pieds des saints !
.
Le psaume ne suppose pas un effort particulier de l'intelligence sur des contenus de sens : il doit surtout être prononcé, articulé, chanté, incarné. Il doit être actualisé dans le corps, et s'il est chanté à plusieurs, c'est dans le corps d'une communauté qu'il se rend sensible. En Inde, quand on se rend à pied à Pandharpour, on chante encore aujourd'hui les psaumes de Toukârâm, le petit boutiquier marathe illettré, né en 1698 dans la caste des Choudra, la plus basse ( " Je suis de vile caste dit Toukâ, je n'ai pas lu les livres " ), qui rencontra son dieu sur la colline, et se mit bientôt à composer des vers qu'ils répétait, et les disciples autour recopiaient, puisqu'il ne savait pas écrire. Et depuis les pèlerins hindous chantent, sur les chemins, les psaumes du poète qui ne savait pas lire
.
Que je sois, Seigneur,
Petit caillou, grosse pierre ou poussière
Sur la route de Pandharpour,
Pour être foulé par les pieds des saints !
.



L.A. photographies, sur le très beau chemin dallé de grosses pierres plates en équilibre, entre l'Augstbordpass et Jungu vers 2400 m au-dessus de St Niklaus, de Chamonix à Zermatt, juillet 2009. Source du texte, Frédéric Gros, Marcher une philosophie, éditions Carnetsnord.

Les bouquetins des Alpes

En action il est prodigieux et semble voler d'un rocher à l'autre ; d'une sûreté souveraine et doté de sabots antidérapants, il saute plus de 6 mètres en longueur et galope sur le plat à 70 kilomètres à l'heure. L'ongle de son sabot est constitué d'une corne très dure et l'épais coussinet de la plante, à la fois un antidérapant et un amortisseur, lui permet d'adhérer pleinement au rocher et de s'arrêter brusquement en plein élan. L'absence de cloison interdigitale lui autorise un écartement considérable des doigts et, partant, une certaine préhension, mais l'éloigne des névés. Comme il est sensible au toucher par ses sabots, il perçoit les moindres aspérités du sol et sait en tirer parti. Pour descendre les parois abruptes, il utilise également les ergots saillants près de ses talons, d'une consistance qui rappelle le caoutchouc. Autre marque d'adaptation au rocher : les sabots antérieurs sont beaucoup plus développés que les postérieurs.
°
Source Bernard Fischesser, La vie de la montagne.
L.A. photographie, au dessus de St Niklaus de Chamonix à Zermatt, juillet 2009

dimanche, juillet 26, 2009

Le voyageur et son ombre

Plus un pas en arrière, ni en avant ?
Pour le chamois non plus, pas de passage ?

J'attendrai donc ici, et tiendrai ferme
Ce qu'oeil et main me laissent saisir.

Alentour, cinq pieds de terre et l'aurore,
Et au-dessous, le monde, l'homme, et la mort.
( 1876, revu en 1882.)
°
Nietzsche
Poésies
éditions Ivrea

Composition


sur la Montagne d'Arolla
Pin
Lichen
Rocher
Fleurs
et Buisson
°
L.A. photographie, de Chamonix à Zermatt
juillet 2009

Un accord




sur la Montagne d'Arolla
le Pin Cembro
et le rocher
L.A. photographies,
de Chamonix à Zermatt, juillet 2009

Sur la montagne d'Arolla


L.A. photographies,
chalet d'alpage de lauzes et de pierres sèches.
Chamonix / Zermatt, juillet 2009
°

Children's views of the world


Jusqu'au 22 août, les 20 ans des droits de l'enfant
sont célébrés au barrage de la grande Dixence
°

Dixence






L.A. photographies, le barrage de la grande Dixence
le plus haut barrage-poids du monde
de Chamonix à Zermatt, juillet 2009
°

Vers le Pigne d'Arolla

Jette
ce que tu as de lourd
oublie !

Divin est l'art d'oublier

vole !
sois l'intime des hauteurs
°
L.A. photographie, de Chamonix à Zermatt, juillet 2009
avec Nietzsche

dimanche, juillet 19, 2009

Craché de neige en juillet




L.A. photographies,
le lac des Autannes 2703 m et le le Diablon 3041 m,
de Chamonix à Zermatt, juillet 2009

Col de Torrent 2916 m.


L.A. photographies, vers le Col de Torrent
de Chamonix à Zermatt, juillet 2009

vendredi, juillet 03, 2009

Castor 4223 m et Pollux 4092 m

.








Là est le séjour des Dieux
Il ya le Bishorn
le Weisshorn
et le Nadelhorn
il y a le Täschorn
l'Allalinhorn
et le Strahlhorn
il y a l'Ober Gabelhorn
le Breithorn
et LE
MATTERHORN


Castor et Pollux
les Dioscures, deux frères jumeaux, frères d'Hélène et de Clytemnestre, dont le père putatif était Tyndare et le vrai père Zeus. Leur mère était Léda. Deux hymnes homériques sont consacrés aux Dioscures : ils précisent que la déesse " aux fines chevilles " les conçut de Zeus à l'ombre ou au sommet ( selon l'Hymne ) du Taygète, une montagne. Ils sont présentés comme les divinités protectrices des marins.
La terre nourricière les enferme, encore vivants, et sous la terre, ils sont honorés par Zeus. Ils vivent l'un après l'autre et meurent de même, ils sont également honorés par les dieux.

Homère, l'Odysée, chant 11 - l'Hadès

Photographie, Didier Keus
.
.
.
.
.
.
..
.
.
.
.

Le joueur de flûte bossu

Le joueur de flûte bossu
se promène partout.
S'assied sur les rochers autour du Grand Bassin
sa bosse est un sac;

Xuanzang
se rendit en Inde en 629 de notre ère
revint en Chine en 645
avec 657 soutras, images, mandalas,
et cinquante reliques -
un paquetage bombé avec une ombrelle,
des broderies, des gravures,
un encensoir bringueballant tandis qu'il sillonnait
le Pamir le Tarim Turfan
le Penjab le Doab
entre le Gange et la Jamna,

Sweetwater, Quileute, Hoh
Amour, Tanana, Mackenzie, Old Man,
Big Horn, Platte, la San Juan

il portait
" le vide "
il portait
" l'esprit seulement "
vijnaptimâtra

le joueur de flûte bossu
Kokop ' ele

Sa bosse est un sac.
Gary Snyder
Montagnes et rivières sans fin
signe amical à Lynn Schwartz

Un amas


de glace de risques et d'éboulis
de blocs érodés
d'éperons fracturés
de veines
de tensions
de frictions
d'affaissements et d'effondrements imminents
là où les séracs penchent
ciel
montagnes
nuages
rivières et glaciers
.
L'énergie est productive contre son gré
comme le diable de l'histoire médiévale.
Le principe veut que la nature fasse quelque chose contre son gré et
par sa propre emprise
produise de la beauté.
Otto Rössler
°
L.A. photographie, cartographie suisse (Zermatt)

jeudi, juillet 02, 2009

Je marche dans les ténèbres. Mais je me guide à l'odeur des pins.
Nicolas Gomez Davilla

La proximité de l'Ange

Héraclite : L'homme habite, pour autant qu'il est homme, dans la proximité de l'Ange. Il y a donc cette richesse qui vient à notre rencontre, ce don préalable à mesure qu'on avance, ce surgissement et ce ravissement épiphanique d'un hors monde au sein du monde. C'est cette venue en présence de ce qui nous entoure, la proximité de l'Ange, qu'il faut opposer, en poésie comme ailleurs, à l'effondrement du langage et des sensations et aux théologies négatives du manque...
.
Parmi les esclaves de statue, le commerce strict et la pensée calculante
il voit
des dentelles de musique suspendues dans la lumière.
°
Pascal Boulanger
extrait d'un journal de lecture Février-Mars 2002
La Polygraphe 22-23
et de Jongleur
la Polygraphe 30-31
°
en écho amical et respectueux à Pascal Boulanger
L.A.

Un petit tour de magie.

Jean-Antoine Watteau
Pélerinage à l'île de Cythère
Musée du Louvre, Sully étage 2 salle 36
°
Apparaît ici un voyageur du temps, splendidement indifférent, Watteau :
" Messager de nacre, avant-courrier de l'Aurore, moitié sensibilité et moitié discours, élan mesuré, effacé, anéanti dans son propre tourbillon " (Claudel).
" Personnalité angélique " (Breton).
" Ces privations, ces douleurs qui, très tôt, vont ruiner sa santé physique, c'est merveille de les voir s'absorber tout entières dans un hymne à la seule gloire de la nature et de l'amour. Ainsi toute tempête, au premier beau jour revenu, trouve moyen de s'engloutir et de se nier dans une perle " (Breton).
°
Les voyageurs du temps
Ph. S
Gallimard
°
Voici un point commun entre Paul Claudel et André Breton !
Chez Philippe Sollers les citations sont très souvent, des preuves lumineuses .
L.A.

Comme manifeste

.

Japhy était plein d'entrain : 

Je vais composer un nouveau poème, très long, intitulé Fleuves et Montagnes sans fin. Je l'écrirai sur un rouleau qui réservera sans cesse des surprises à celui qui le déploiera, de sorte qu'il oubliera au fur et à mesure ce qu'il a lu un peu plus tôt... Je mettrai trois mille ans à l'écrire et il sera plein de détails utiles sur la conservation des sols, l'administration de la vallée du Tennessee, l'astronomie, la géologie, les voyages du Hsuan Tsung, la théorie de la peinture chinoise, le reboisement, l'écologie océanique et les chaînes alimentaires .
- Vas-y mon vieux.
°
Jack Kerouac, Les clochards célestes.


voir les pages consacrées à Gary Snyder
ICI
.
.
.
.
.
.
.
..
.
.

La voie Lactée

Le Tintoret
l'origine de la Voie Lactée ( détail), vers 1575
Londres, National Gallery
°
Selon la mythologie grecque, cette galaxie serait née du lait de Junon (Héra) tété par Hercule et dégouttant de la bouche de celui-ci
.
La Voie Lactée représente l'union des trois règnes du cosmos : le ciel, la terre et les enfers. Elle était considérée comme le chemin des âmes dans le firmament et l'ancienne orbite du Soleil avant la chute de Phaéton
.
Parfum de Héra - les Aromates
Couverte de vêtements bleus
ayant une forme aérienne
Héra
reine universelle
Héra
épouse bienheureuse de Zeus
nourrissant de douces haleines
les âmes des mortels
génératrice des pluies et des vents
qui
seule
permet de vivre
qui te communique à tout
qui règnes sur tout et animes tout par les sifflements de l'air
viens avec bienveillance
illustre
reine universelle
joyeuse et pluie de beauté.
Hymne orphique,auteur anonyme

mercredi, juillet 01, 2009

Gran Paradiso


le col de l'Abeille et de la Luna
l'alba
notte di grazia
cala
d'être un jour en vie
d'essere nato un giorno
un bel giorno
ceci
Mur de la côte
rochers
foudroyés
petits rochers
rouges
petit mont
blanc mulet

d'abord plat sur neige
la destra
ou sur la gauche
non importa
ensuite plat sur la glace
o la sinistra
la sinistra
ou la droite
enfin à plat ventre
sulla sinistra
o la destra
n'importe
.
de ma vie
le soleil
tout lisse
le flot
doré
le roc
sa chaleur à midi
la neige
de mes cimes
légère et d'argent
aime
silencieux
le jour
le son
clair à l'oreille
je joue avec de l'or
toutes les sources
éternelles
coulent
rayon de mièle
glacé
sage
assez pour mener le hasard

Artemisia genepi

°
de 8 à 20 fleurs
en épi terminal
penché au début
puis dressé
schistes calcaires
fissures de rochers
éboulis
de 2200 m à 3800 m d'altitude
juillet
août
.
Assez proche !
Rimbaud appelle l'absinthe " sauge des glaciers "
" le plus délicat et le plus tremblant des habits " ?
°
L' armoise : sawabi en paiute du nord, sangwabi en paiute du sud
Artémise
de chaîne de montagne en chaîne de montagne,
sur de vastes étendues,
est toujours là :
avec l'arroche argentée et le sarcobatus,
avec la bigelorie puante
et toutes les petites herbes.
Son bleu gris-vert -
" Elle adore chasser
dans l'ombre des montagnes
et dans le vent " -
.
Artem en grec signifie " pendre " ou " boucle d'oreille "
( Articulations, " articulé " , art...)
.
Son bleu gris-vert
qui s'étend là dehors
des étendues d'armoise à l'infini
disparaissent derrière l'horizon -
le vide jusqu'aux limites de l'esprit -
de jeunes nuages nubiles s'approchent lentement
dans leur parure d'argent zébrée d'éclairs,
longues jupes grises qui traînent et balaient
la terre -
je te salue Artémise,
aromatique sous la pluie,
je penserai à toi dans mes autres poèmes
.
L'armoise est présente dans le monde entier - le japon à lui seul en compte trente espèces. C'est l'armoise et le moxa de chine. L'armoise est sacrée pour Artémis. Ses feuilles étroites ont une lueur argentée à la lumière de la lune
.
L.A photographie, Gran Paradiso, Juillet 2008
Avec Gary SNYDER, Montagnes et rivières sans fin

C'est l'absinthe !

" Sachez que la poésie se trouve partout où n'est pas le sourire, stupidement railleur, de l'homme à la figure de canard " ( Les Chants de Maldoror ). Et encore : " Le canard du doute, aux lèvres de vermouth " ( Poésies )... Le canard du doute, c'est l'être humain lui-même. Quand au vermouth ( allemand Wermut ), c'est l'absinthe ou un vin blanc alcoolisé, aromatisé avec des plantes amères et toniques. Toniques ou toxiques ? Les deux, et nous revoici dans les Artemisia maritima, les plantes d'artémis, soeur d'Apollon, Vierge chacheresse et sauvage, qui vit hors des villes, à la limite des territoires cultivés, toujours au-delà, espaces à l'abandon, territoires de chasse, forêts et montagnes, mais aussi landes des caps et des marécages, bords des fleuves et des lacs, aux confins, en marge, aux extrémités, au bout, comme ici, près des marais salants, où pousse les bosses, la sanguenite ( c'est mon adresse ), absinthe ou armoise de mer
.
Son goût est amer, elle a longtemps été utilisée comme vermifuge, on l'appelle aussi " petit cyprès ". Depuis l'incendie de son temple, à Ephèse, Artémis, parfois, se repose en elle. Ne l'approchez pas, et, si elle se baigne nue, ne la regardez surtout pas. Si vous m'écrivez, n'oubliez pas la mention " Héraclite le clair ", sinon mon courrier se perd. Qu'est-ce que le temps ? Un enfant qui s'amuse, un royaume d'enfance qui se joue aux dés : " Il s'était retiré dans le temple d'Artémis, et jouait aux osselets avec des enfants. Aux Ephésiens qui s'étaient attroupés autour de lui, il dit : " Imbéciles, qu'est-ce que cela a d'étonnant ? Ne vaut-il pas mieux s'occuper à cela, plutôt que d'administrer un État en votre compagnie ? "
Voilà un homme.
La nouvelle raison, le nouvel amour sont un feu de temps traversant.
°
Philippe Sollers
Les voyageurs du temps
Gallimard
P. 119/120

Parfum d' Artémis

Entends-moi
ô reine
illustre fille-vierge de Zeus
Titanienne
retentissante
Archer au grand coeur
vénérable
visible pour tous
qui portes une torche
Déesse Dictynienne
qui protège celles qui accouchent
qui vient en aide aux douleurs de l'enfantement et qui ne les as jamais ressenties
qui dénoue ta ceinture
furieuse
chasseresse
qui apaise les inquiétudes
qui cours rapidement
qui te réjouis de tes flèches
qui aime les champs
qui marches pendant la nuit
qui veilles aux portes
dangereuse
virile
équitable
nourrice des jeunes hommes
Daîmon immortel
terrestre
qui tue les bêtes fauves
qui hante les forêts des montagnes
qui perces les cerfs
incorruptible
vénérable
reine de tous
toujours doué de jeunesse et de beauté
sauvage
te réjouissant des chiens
illustre et changeante ! viens
Déesse tutélaire
qui aimes les initiés aux mystères
donne-nous les beaux fruits de la terre
la paix désirable
la belle santé aux beaux cheveux
et renvoie sur la cime des montagnes les maladies et les douleurs.
°
Hymne orphique, auteur anonyme
Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 3X3 4 5 64 8 A.a.H A.L. A.R7 A7 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations AP Aphaïa Aram Saroyan Arbres Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier cequej'aime Cerbelaud cercles Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chemins ChenZhen Chladni Choeur Chômei Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof essais Etel Adnan Etna Eucharistie évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Giovannoni Girard Giroux Gizzi GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jakobson Jardin Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci messages Métaphysique Metro micro Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore mots mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Politikos pommes Ponge Promenade Proust PUB puiser Qualia Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini TAOPY Tardy Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu TN Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.P. vazquez VE Venise Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zukofsky

Archives du blog