lundi, juin 16, 2014

.













c'est l'esprit familier du lieu

il juge
il inspire
il préside



de la nature
absinthe centaurée serpolet ou 
menthe en épi

petit et grand Boucage cerfeuil penché ou 
musqué

prends celle que tu veux
et légèrement entre tes doigts


et main  tenant
de quelles essence subtiles

est formée l'image ?


j'en fus embaumé
pour l'avoir respiré une fois

rien qu'une




L.A. Insta- boucage  le Chornais
juin 2014















.


.

Les Trolles















10.06.2014

il nous frôle et souffle
elle fuie et vole

noter sur le moment
après ce n'est plus la même chose

des nuages bas le matin

1-





12.06.2014

opéra fabuleux
tendre et faible

ce qui est 
tendre et faible accompagne la vie

thermique modéré
au début de l'après-midi

1-2



14.06.2014

jeunes mères et grandes sœurs
aux regards pleins de pèlerinages

la voie du ciel n'a pas de favoritisme
elle est toujours avec l'homme de bien

beau temps 
ensoleillé et chaud sur les versants nord

1-2-3





16.04.2014

on suit la route rouge
pour arriver à l'auberge vide

plus on va loin
moins on connaît

vent d'Est faible en altitude

1-2-3-5




16.04.2016

ô journées enfantes !
le corps un trésor à prodiguer

la tendresse et la faiblesse
sont supérieures

nuages de foehn
débordant par le sud. 

1-2-3-5-8



L.A Insta-Trolles le Cuvy juin 2014








.







.














penser = découvrir une altitude


le désir de monter et la joie de descendre

de mon coeur mis à nu




voyageur            être sur la voie

le voyage de 
mille lieues commence par un pas


diffère aussi les intervalles

les directions
les combinaisons
les poids
les remords
les chocs
les rencontres
les mouvements




Aimer

la terre de l'ensemble des mers
et la terre du ciel tout entier







sentier 31

l'espérance ne sera jamais démentie

un échec relance la course

prenez le sentier 
et marchez sud sud-est en pure perte

singulière fortune où le but se déplace







l'homme peut-être un héros dans la peine

il n'est divin que dans la joie

Kleist Penthésilée traduit par Julien Gracq
.



L.A.Inta-chemin 
forestier du Cuvy juin 2014
















.

.













Ce livre est 
un journal en vers

apparemment tenu 
tous les jours d’une année

entre le 
1er janvier et le 31 décembre




Chaque partie rapportée 
à un hypothétique quotidien n’est composée 

que de prélèvements effectués 
dans différents textes lus par Benoît Casas 

et écrits à la date où ils ont été réutilisés ici 
entrant étrangement en résonance avec la vie de l’auteur

ce qui donne lieu à un ouvrage 
aussi intime qu’impersonnel puisque l’autobiographie 

ne s’y expose 
qu’à travers les mots des autres.






tiens-toi à ton livre 
savoir ce qu’il donnera 
quand il aura été 
tout à fait mangé







L'ordre du jour
de Benoît Casas par Tristan Hordé

ici




***










Bruno Fern





Tout d’abord, ce principe d’écriture constitue indéniablement une performance textuelle, inédite à ma connaissance. Cela étant, il va bien au-delà de cette prouesse – et veut d’ailleurs y aller : « tiens-toi à ton livre / savoir ce qu’il donnera / quand il aura été / tout à fait mangé. » D’une part, il affirme de manière radicale qu’on ne saurait écrire ex nihilo mais qu’au contraire il s’agit toujours de partir peu ou prou de la masse où nous sommes dits pour en tirer du nouveau, i.e. du singulier. D’autre part, il implique à la fois une appropriation (ingérer ce que la lecture a offert comme matériaux les plus divers) et une distanciation vis-à-vis de l’expérience subjectivement vécue. Ces deux axes croisés sont évoqués tout au long du livre qui commente ses propres procédures. Ainsi le premier apparaît dans le rappel fréquent de cette intertextualité poussée à l’extrême (« richesse d’une œuvre : / quantité de passé qu’elle contient »), où les écrits des autres viennent confirmer que si tout a été dit il reste sans cesse à le revivifier (« peut-on être l’ami / d’un mort ? / trouver un format »). Quant au second axe, il participe également à une conception plurielle du moi qui échappe à une identité tellement affirmée qu’elle serait close sur elle-même et finirait par en crever – ce dont, encore aujourd’hui, les exemples ne manquent pas, hélas, entre replis nationalistes et / ou religieux de tous poils. Benoît Casas revient à plusieurs reprises sur cette multiplicité : « si je est un autre / cela ne fait pas beaucoup » ; « une expérience à la limite / de la dépersonnalisation » ; « tout ce qui m’attache au monde / ne tisse pas une identité / mais une existence » – et en apporte donc la preuve en acte.

Du coup, le livre brasse de tout – réflexions philosophiques, politiques (où la préoccupation d’un communisme possible est récurrente) et littéraires, évocations des êtres aimés, voyages (avec une prédilection pour l’Italie), notations de la vie quotidienne, etc. – mais dans un ordre qui fait se juxtaposer des mots renvoyant à des réalités parfois très différentes, d’où collisions et échos (« j’écris pendant une heure seulement / et puis je rentre précipitamment / avec l’impression / que je ne peux pas astreindre / mon cerveau à ce travail / une minute de plus. / de grosses tranches / de bœuf saignant. / le soleil couchant illuminait / le ciel de sa clarté jaune pâle ») pour mieux contrer le réel, c’est-à-dire « ce qu’on retrouve / à la même place », et essayer d’aller ainsi vers ce que l’auteur désigne sous le nom de vérité, au moins la sienne : « le vrai dérange il fait peur. / j’écrirai en dépit de tout / à tout prix. / manière de me battre / me maintenir en vie ».

Car l’enjeu réside finalement là puisque si les jours sont ici comptés en blocs qui ne dissocient pas lire, vivre et écrire, c’est aussi pour tenter de faire face à sa mort et à celle des autres : « il faut que soient passées / quatre saisons / pour que l’on commence / à s’habituer à une mort ». Et, pour cela, c’est l’écriture qui doit entrer en jeu (« découper coller / jeu d’enfant ») grâce à une dynamique à la fois sensuelle (« il faut lire voracement. / caresse profonde. » ou bien « le grand objet de l’existence : / la sensation ») et offensive (« une authentique mise à feu / devant les choses. »), histoire de remettre en mouvement ce qui pourrait paraître inerte – d’où l’insistance sur la nécessité de la vitesse et de la précision que cherchent à créer la coupe des vers [1] (« la phrase nerveuse. / démarche spasmodique. / métrique hors du type général. ») et les effets dus aux rapprochements effectués par le montage des fragments : « affronter des choses des situations / des décisions qui te sont étrangères / et tirer de ce heurt et de cet effort / un accroissement de tes capacités ». Tout en sachant que ce travail-là ne permet pas d’atteindre une quelconque essence (pas le moindre Être à l’horizon du poème) mais d’approcher une plus grande intensité du vivant : « le vrai n’est pas un savoir. / le difficile est de fixer l’état / de le maintenir / de le prolonger » et qu’en définitive « seul compte / l’ordre des mots ».



Bruno Fern





[1] Prose coupée qui n’est pas sans rappeler celle de Jean-Christophe Bailly :
« un petit filet de mots. : comme des copeaux / qui tombent d’un / rabot. » 
(cf. vers la fin deBasse continue).









.





Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 3X3 4 5 64 8 A.a.H A.L. A.R7 A7 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations AP Aram Saroyan Arbres Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier cequej'aime Cerbelaud cercles Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chemins ChenZhen Chladni Choeur Chômei Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof essais Etel Adnan Etna Eucharistie évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Giovannoni Girard Giroux Gizzi GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jakobson Jardin Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci messages Metro micro Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore mots mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paysages Pêche peintures numériques L.A. Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Politikos pommes Ponge Promenade Proust PUB puiser Qualia Quignard R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Situation Sivan Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu Suso Swensen T T.S.Eliot TAOPY Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu TN Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.P. VE Venise Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zukofsky

Archives du blog