mardi, juin 23, 2009

ifs et cyprès
ronflent très noir leur noir
la ruine désacrée s'effondre encore
et toujours la broussaille ( vesce vulpin
dent-de-lion ) bariole et dévore
urnes cippes sépulcres à la casse blanchis
angéliques volières colonnes jonchées
marbre noirs pesamment
dalles - quel énième jour fendues ? -
sur rien béantes
°
Henri Droguet
Fario 3 ( Marcher )
oiseau
lac
chemin
Pouillot véloce & Pinson
marche lente accompagnée
clou
clos
enclos
trèfle d'eau
mousse racine fourmilière
souche & sphaigne
Sa joie est de tout temps,
pareille à la verdure impérissable des pins qu'il aime
La grande légèreté est là
je me dégage du bavardage
et j'oublie les intrigues
la vue n'est pas troublée
partout l'écho résonne et la forge immense oeuvre jour et nuit,
dispensant ses dons.
J'aperçois la montagne du sud
orage d'été
le son de l'averse
accordé au coeur de l'ordinaire
Il s'arrête maintenant et fixe le sol à ses pieds
peu importe le thé amer
déjà pleine de rose là-haut la neige luit
.
Un homme est prisonnier dans une chambre, dont la porte n'est pourtant pas verrouillée , si celle-ci s'ouvre vers le dedans et qu'il ne lui vient pas à l'idée de tirer au lieu de pousser. ( Ludwig Wittgenstein, remarques mêlées)
°
sous le pas avec Hölderlin



L.A. pastels gras sur papier et photographie , juin 2009
Qu'est mon néant, auprès de la stupeur qui vous attend ? ( Rimbaud )

Voyelles

.
le sonnet constitue le « bréviaire » de l’art rimbaldien et de sa mystique, le condensé d’un vaste système symbolique organisant sur le schème d’une vie humaine - ou cosmique - conçue en cinq catégories, une répartition logique et psychologique des couleurs, des voyelles, des consonnes, des saisons, des parfums, des attitudes, de l’histoire surtout, dont l’auteur ne se départit jamais, et qu’il exploite, qu’il perfectionne sans cesse, depuis les poèmes latins de collège jusqu’à la Saison en Enfer et... après.





c’est l’enfance encore indifférenciée, la bestialité, l’immonde.Tout y est noir, renfermé, évocateur des grosses mouches bleues, velues, qui, en été,combinent (bourdonnent) autour des puanteurs cruelles, les charognes.





c’est la jeunesse, naïve, frêle, l’hiver, la lune, les fleurs charmantes, mais inutilisables. Epoque de la foi pure, caractérisée par le blanc et toutes les demi-teintes jaune, bleu, violet.





prétend établir une révolte, s’extasier dans un amour égalitaire. Moment du rouge, du pourpre, de l’or, de la colère et des ivresses. Mais cette colère, terme d’une aspiration vers la Beauté, non d’un effort conscient vers la Vérité et la Justice, n’aboutit pas. Le dégoût suit, qui force à s’évader de la paresse, de l’inaction et du désordre, car le dérèglement des sens, nécessaire peut-être, ne l’est qu’à la façon d’un « moment ».




enfin, marque le retour des demi-teintes très douces, l’extrémité du spectre solaire : bleu, violet. La Femme [E, I] expulsée en [U] revient maintenant, non plus comme en [I] l’égale de l’homme ou sa dominatrice, mais appuyée sur lui, le complétant. C’est l’analogue de la Mort-Résurrection : fin du monde pour l’Univers (Suprême clairon).




catégorie de la vieillesse studieuse. On y perçoit le vibrement divin (au sens très spécial de Dieu chez Rimbaud) des mers virides. Le cours des étoiles n’est plus objet de « poésie subjective », mais d’étude : cycles. Les prés ne sont plus des pâtis paniques (cf. [I] de Ce qu’on dit au Poète...), mais semés d’animaux : des pâtures. C’est l’alchimie, le travail, l’effort, l’Homme, la recherche pénible, mais couronnée par la paix.

L’occultisme : le ressort de cette dialectique dont une étude comparée des principaux poèmes permet déjà de dégager le mouvement et les caractères fondamentaux, Rimbaud ne l’a pas trouvé par lui-même. Le plus célèbre des occultistes vers les années 1860-1870, le père des kabbalistes contemporains, Eliphas Lévi fournit au jeune Voyant sa conception de l’Art-métaphysique, les procédés, les métaphores, les analogies où Rimbaud se délectera.

Le secret des sciences occultes, affirme Lévi (Histoire de la Magie, Paris, Baillière, 1860), c’est celui de la nature elle-même, c’est le secret de la génération des mondes et des anges (cf. [O] du sonnet), c’est celui de la toute-puissance de Dieu.

Plus précisément,

la magie réunit dans une même science ce que la philosophie peut avoir de plus certain et ce que la religion a d’infaillible et d’éternel. Elle concilie parfaitement et incontestablement ces deux termes qui semblent d’abord si opposés : foi et raison, science et croyance, autorité et liberté.

Bref toutes les formes de ce que Lévi appelle la Femme et l’Homme, le principe passif et le principe actif. Ainsi :

on lit dans l’Écriture que Salomon fit placer devant la porte du temple deux colonnes de bronze dont l’une s’appelait Jakin et l’autre Boaz, ce qui signifie le fort et le faible. Ces deux colonnes représentaient l’homme et la femme, la raison et la foi, le pouvoir et la liberté, Caïn et Abel, le droit et le devoir ; c’étaient les colonnes du monde intellectuel et moral, c’était l’hiéroglyphe monumental de l’antinomie nécessaire à la grande loi de création... L’affirmation se pose par la négation, le fort ne triomphe qu’en comparaison avec le faible...


Mais on n’arrive pas du premier coup à l’idéal de la Sagesse. Avant de se hiérarchiser harmonieusement, les deux principes s’entrecroisent et se combinent de travers. L’individu comme l’humanité évoluent en cinq phases très distinctes. Selon Lévi :

Ou bien (catégorie [A] de Rimbaud), ils n’ont ni principe actif ni principe passif. Ce sont des bêtes, des brutes.

Ou bien (catégorie [E]), ils se livrent à une foi pure, sans raison, au dogme qui n’est que l’ombre de la vérité, son image « renversée », qui ne trouvera sa vérité que dans le redressement, l’interprétation alchimique de [U].

Ou bien (catégorie , [I]), ils mêlent imprudemment les deux principes, les établissent sur un pied d’égalité et sombrent dans l’anarchie. Cette catégorie, soit que l’on puisse la dépasser (colères), soit qu’on préfère y stagner, s’y décomposer (ivresses pénitentes), demeure malgré sa supériorité sur la précédente, purement transitoire, « encore Femme comme [E], mais sur un monde plus exalté.
Ou bien, par la seule Science, la Femme étant expulsée, ils courent le danger de verser dans le scepticisme, de perdre la foi (catégorie [U]).

Ou bien, finalement (catégorie [O]), par l’union équilibrée des. deux principes, ils réalisent la Sagesse : la Femme revient, mais ; réelle aujourd’hui. Samson n’était pas libre devant la colère et l’ivresse. Mais « quand l’homme aura rendu la liberté à la femme en la respectant comme sa mère, la femme lui rendra l’amour,, et le péché de la naissance s’effacera ».


Pour chacune des catégories, les rapprochements, les symboles jugés équivalents seront communs à Lévi et à Rimbaud. Pour-tous deux, par exemple, l’étape [E] identifie des termes aussi ; disparates, à première vue, que : candeur, nuit, hiver, lune, enfer,, sottise, vieillerie, Femme, France, fleur, etc., qui tous s’expliquent et se complètent lorsqu’on en a dégagé l’élément commun qui leur confère une place dans le devenir dialectique. Voici en quels ; termes Levi explique l’étape [E] de Rimbaud et son rapport ai l’Alchimie ([U] de Rimbaud).


Si le dogme religieux est un conte de nourrice, pourvu qu’il soit ingénieux et d’une morale satisfaisante, il est parfaitement vrai pour l’enfant, et le père de famille serait fort sot d’y contredire. Aux mères ; donc le monopole des récits merveilleux, des petits soins et des chansons.

Mais, une fois dépassée, la catégorie [E], touchante à son heure, devient vieillotte, idiote : c’est l’alchimiste qui en détermine le contenu intelligible :

Quelle différence entre la fleur enfantine du premier âge et la maturité de la vieillesse ! Les vieillards sont pourtant les mêmes quant à la personne qu’ils étaient dans l’adolescence ; il n’y a que l’extérieur et les apparences de changés... Il en est ainsi de la religion de Jésus-Christ... Les années la rendent plus forte en la grandissant, mais n’ajoutent rien à ce qui compose son être.

Qu’on parle au sage de Marie, il s’inclinera devant tout ce qu’il y a de divin dans les rêves de l’innocence. Il n’est pas de ceux qui refuseront des larmes même à ces naïves légendes... Il répète cependant au fond de son cœur... : il n’y a de Dieu qu’un Dieu, et c’est Dieu, ce qui veut dire pour un initié aux vraies sciences : il n’y a qu’un Être, et c’est l’Être.

Pour important qu’il soit, l’emprunt de Rimbaud ne se borne pas à la suite des idées. Il doit aussi au kabbaliste la conception symbolique de l’alphabet, des nombres, des couleurs. En effet, Lévi, non content de légiférer, avait joint à la théorie, la pratique de la poésie. Le plus souvent, il paraphrasait les fables de La Fontaine, les modifiait maladroitement, les chargeait d’un nouveau symbole qu’il développait ensuite dans un commentaire aussi barbare qu’inattendu. Un exemple entre beaucoup d’autres fera saisir le procédé. On se rappelle la comparaison employée par Rimbaud pour caractériser les débuts de la poésie moderne ou romantique, les œuvres de Hugo, Lamartine, Musset, etc., « locomotives abandonnées, mais brûlantes, que prennent quelque temps les rails (sous-entendu du progrès) ». Or la fable XVII de Lévi opposait les deux formes, ancienne et moderne, de la poésie sous les espèces d’un cheval (Pégase) et d’une locomotive essoufflée. A la cavale antique, pleine de suffisance et de fausse noblesse, la locomotive répond :

Oui, tout cela me plaît surtout en poésie __... et j’ai bien moins que toi, __J’en conviens, une forme élégante et choisie. __Mais je marche, cours après moi.
  
__Aimables courtisans de la Muse fleurie, __Vous vous lassez en vain de la froide industrie, __Du progrès les chemins sont là : __Poètes, mes amis, courez, devancez-la.
Puis, le commentaire :

Les chiffres sont rebutants pour la poésie. Les chiffres sont la forme exacte des nombres qui mesurent et cadencent le rythme de la poésie. Ainsi la philosophie occulte, la plus poétique de toutes, est-elle par excellence la philosophie des sciences exactes. En rattachant aux nombres les idées absolues, elle crée les mathématiques de la pensée. Elle fait des lettres les auxiliaires des nombres et fait ainsi de la parole même une science profonde comme la révélation et rigoureuse comme la géométrie, les mots s’expliquant par les lettres et les lettres se justifiant par les nombres... Cette science sera un jour la locomotive de l’intelligence humaine, et tout ce que pourra faire le cheval Pégase avec ses quatre pieds et ses ailes, ce sera de courir et de voler après elle sans espoir de la devancer jamais.


L’originalité de Rimbaud consistera dans la synthèse opérée entre le système purement intellectualiste de Lévi et les correspondances trop uniquement sensibles ou « artistes » de Baudelaire. Il dote le premier d’une valeur affective, évocatrice pour les sens eux-mêmes, et charge les secondes d’une signification explicite. Sonorités, couleurs, saisons, parfums, etc., répartis entre les différentes catégories auront pour mission de « tirer l’âme » tout entière, par tous les sens comme par l’esprit, dans une atmosphère dont s’imprègne toute sa personnalité.

3) Les Emprunts littéraires : Non moins caractéristiques que la marche des idées, les emprunts littéraires lui seront subordonnés et serviront à la traduire. Selon l’époque où il se trouve (Charleville, Paris, etc.), selon le but particulier qu’il poursuit, Rimbaud s’exprimera comme il pense : « à la manière de ». Chaque poème sera muni d’un masque, impénétrable pour le commun, pour l’ « imbécile », clair pour le seul initié, pour le « penseur » auquel il « réserve la traduction ».
Voici exposées dans leurs grandes lignes quelques applications de cette dialectique : lettre du voyant, les Poètes de Sept ans, Ce qu’on dit au Poète à propos de Fleurs. Pour faire court, cet article doit suivre le procédé inverse de l’invention, laquelle part évidemment des textes pour en dégager les structures et les confronter avec les sources. On se référera donc à la Symbolique (op. cit.) qui n’est elle-même qu’un premier aperçu, mais où l’étude est plus détaillée et suit l’ordre même de la recherche.

B. - Applications : 1) La lettre du voyant : Après la mort de la vie grecque, vie harmonieuse, il y aurait eu, selon Rimbaud, cinq grandes périodes littéraires, qui ne sont en fait que le reflet poétique de cinq « moments » du devenir, les cinq phrases d’une dialectique historique (c’est évidemment nous qui assignons à chaque catégorie la voyelle qui lui correspond en fait).

[A] d’Ennius à Theroldus.

[E] De Theroldus à Casimir Delavigne, où tout est prose rimée, un jeu, avachissement et gloire d’innombrables générations idiotes. Pour les vieux imbéciles de cette catégorie, qui n’ont du moi que la signification fausse, Racine, le divin Sot, est le pur, le fort, le grand. Ces hommes ne se travaillent pas. Curieux, fonctionnaires, faibles, qui, s’ils se mettaient à penser sur la première lettre de l’alphabet, pourraient vite ruer dans la folie.

[I] Les premiers romantiques. Ils ont été voyants sans trop bien s’en rendre compte. Chez eux, c’est la prédominance de la passion sans règle (cf. supra, les locomotives) : vieilles énormités crevées. Musset en est le type le plus représentatif : paresseux, ange, printanier, le beau mort, il réussit à mettre les jeunes en rut. On le récite avec cœur. Mais pour nous, générations douloureuses et prises de visions, il est quatorze fois exécrable. Encore français, c’est-à-dire, passif, Femme.

[U] Les seconds romantiques : Gautier, Leconte de Lisle, Banville sont très voyants. Ils inspectent l’invisible et entendent l’inouï, mais se bornent à reprendre l’esprit des choses mortes.

[O] C’est donc Baudelaire qui est « le premier voyant, roi des poètes, un vrai Dieu ». Encore a-t-il vécu dans un milieu trop artiste. Les inventions d’inconnu réclament des formes nouvelles. Quant aux plus récents, exception faite pour Mérat et Verlaine, inutile d’en parler : écoliers, Musset, Gaulois, etc..
Ce que sera cette poésie du présent et de l’avenir, Rimbaud le répète après Lévi :

Ces poètes seront. Quand sera brisé l’infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, l’homme jusqu’ici abominable lui ayant donné son renvoi, elle sera poète elle aussi. Elle trouvera des choses étranges, délicieuses ; nous les prendrons, nous les comprendrons.


Les Poètes de Sept ans :

[A] (v. 1-16). Ici comme aux premiers vers des Etrennes des Orphelirts, comme au début de la lettre du voyant, la Mère (la vie grecque) s’en va, laissant l’enfant tout seul. Dans cette catégorie, tout est noir, renfermé, vice (solitaire), puanteur.

[E] (v. 17-30). Ce n’est plus le jour, ni l’ombre des couloirs ou des latrines, mais l’hiver, la lune. L’œil n’est plus fermé, mais darne. Ses familiers, front nu, chétifs, cachant de maigres doigts jaunes et noirs de boue, sous des habits de foire, tout vieillots, conversaient avec la douceur des idiots. La mère a l’œil bleu, menteur, et l’enfant la trompe avec hypocrisie.

[I] (v. 31-43). A sept ans, enfin, l’âge de raison, les premiers romantiques. Après le noir [A], le jaune et le bleu [E], voici le rouge et le brun [I]. Après les pitiés des jeunes idiots sous la surveillance d’une mère menteuse, c’est une débauche totale. Après l’hiver, la chaleur, après la lune, le soleil, le rire, l’excitant des illustrés et de la voisine, plus forte, excevssive (huit ans) dévergondée (sans pantalons) qui le meurtrit et finalement le dégoûte. C’est donc encore la Femme et sa domination. Les images qui l’émancipent, le font rire, sont aussi des images de femmes italiennes, espagnoles, un peu comme les Contes d’Espagne et d’Italie du paresseux Musset et toute la fausse couleur locale du premier romantisme.

[U] Le petit romantique se retrouve enfin seul. Agé de sept ans, il ne peut réellement traverser les étapes du Parnasse et du Baudelairisme. Suivant encore un procédé de Lévi, il va donc « renverser » les catégories [U] et [O].

En termes plus vulgaires, il va faire son petit Parnassien et son petit Baudelaire. Il reprend sa Bible à la tranche vert-chou. Il aime les Hommes (mais des hommes noirs, encore révolutionnaires). Puis, après la lutte intérieure, atteint (en rêve) à la prairie amoureuse, au remuement calme, à l’essor du progrès, de la lumière.
[O] Il s’attache surtout aux visions douloureuses. Et comme il savourait surtout les sombres choses, quand dans la chambre nue aux persiennes closes, haute et bleue, il lisait son roman sans cesse médité et (pressentait) violemment la voile.


Ce qu’on dit au Poète à propos de Fleurs :

Les fleurs occupent dans cette diatribe la même place que la Femme dans les Poètes de Sept ans ou la Vie Française dans la lettre du voyant. Le poète interpellé, Banville, est blâmé d’en faire un usage prosaïque et mythologique en [A] ; ridicule, banal, français et religieux en [E] ; risible et extravagant en [I] ; tandis qu’ensuite « on » le prie de célébrer les récoltes, les fruits d’automne, c’est-à-dire des réalités, termes de science et de travail en [U] ; sombres, infernaux, alchimiques, mais porteurs de visions en [O].

Sans entrer ici dans le détail de l’analyse, notons simplement les formules de transition.

[A] Crachats sucrés des Nymphes noires : (dernier vers de [A], c’est-à-dire produits passifs des larves de mouche, expectorant leur suc, jeu de mot sur Nymphes).

[E] Oui vos bavures de pipeaux font de précieuses glucoses (fin de [E]. La production est plus distinguée. C’est la Foi, la France mordant sérieusement sur l’être. Mais cela ne vaut pas mieux que [A] : Lys, Acolas, Lilas et Boses.

[I] Au lieu de « connaître » sa botanique, c’est-à-dire de faire une poésie objective, le poète va faire succéder à la catégorie [E] la catégorie [I] ; aux Grillons roux, aphrodisiaque doux [E], les Cantharides, aphrodisiaque violent [I], bref aux Norwèges [E] les Florides [I], plus exubérantes, mais non moins inutiles. « Toi, même assis là-bas (en Guyane), tu torcherais des floraisons dignes d’Oises extravagantes. » Fausse couleur locale, faux exotisme, encore français, mais sur le mode de l’excès.

[U] Qu’il envoie donc au diable la Mer de Sorrente, qu’il substitue au constrictor d’un hexamètre (mètre romantique) le quatrain, un quatrain digne du Parnasse et qui ne fasse pas passivement baver, qu’il opte enfin pour l’objectivité et reprenne l’esprit des choses mortes.


« Pedro Velasquez, Habana, voilà du véritable réalisme... » Qu’il cherche, qu’il trouve... qu’il reprenne les images, les fleurs de [E], pour en extraire le contenu intelligible : même les Lys, mais sirupeux mordant nos cuillers Alfénide, c’est-à-dire assimilables pour la génération d’après 1848 (Alfen, produit inventé vers 1850),

[O] « Ni Benan (la fausse science), ni le chat Murr (la seule légende), n’ont vu les Bleux Thyrses immenses. Il faut l’union de la Science et de l’Intuition, le retour de la Femme [E], mais celle-ci appuyée sur l’homme, sur la Baison. « Commerçant, colon, médium, ta Rime sourdra rose ou blanche... » Les papillons seront électriques, les poteaux télégraphiques, le monde réduit à l’unité sous la direction d’une France renouvelée. La « version sur le mal des pommes de terre, les étranges fleurs », évoquent évidemment la poésie infernale de Baudelaire et ses sombres Fleurs du Mal.

De ce poème, très instructif pour la mise au point du système des couleurs et sonorités du Penseur, contentons-nous de signaler le rôle particulier du « plagiat » à l’aide d’une des sources principales.

Banville, le « Monsieur et cher Maître », le type du poète « français », se moque dans ses Odes Funambulesques des réalistes dont il caricature la doctrine. Bimbaud, exaspéré, relève le gant : il va répondre à « l’imbécile » par un poème digne de lui. Il se contraint à reprendre tout son vocabulaire, ses métaphores, ses rimes, ses procédés : le lys, les clystères, l’aptitude à « prendre un bain » d’azur, c’est-à-dire à composer des vers, les dégoûts, les Lotos, l’héliante, la rime, l’alexandrin, le rose, le tabac, la chandelle, la mer de Sorrente, les farceurs, les dollars, la gomme, le sucre des feuilletons réalistes, les chaises, les ragoûts, les pommes de terre ou encore les deux rimes : bouchons de carafe et photographe, etc.

Ainsi Rimbaud assure-t-il à la fois la vérité et son secret. Lui, le vrai réaliste, il se donnera les couleurs du stupide réaliste imaginé par Banville, mais sous cape exprimera le fond de sa pensée, et avec quelle ironie triomphante !... De là, à travers tout le poème, un double sens : immédiat pour 1’ « imbécile » tel que Banville qui n’y verra évidemment que du feu ; caché pour le poète occultiste et philosophe, pour celui qui, tel Rimbaud, sait « penser ».

Le Bateau ivre : sera conçu suivant le même schème. Au sortir des Fleuves impassibles (cf. Illuminations, Fairy, Pour Hélène, etc.), dans l’irrationnel du départ, le rappel des hâbleurs, des vomissures, du gouvernail et du grappin.

Dans la catégorie [E] proprement dite, le bain dans la mer (illusion), les lenteurs, les longs figements violets, l’éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs, etc. .

Dans la catégorie [I] ; les vacheries hystériques, la passion débridée, la dissolution dans « l’ineffable ». Le désir fou de montrer aux enfants (aux faibles, sens de Lévi) tous les trésors.

En [U], la conscience que tous ces débordements étaient faux, ’ [I] non moins que [E], dans le regret de la terre ferme.

En [O], l’aspiration vers la vraie mer, non plus de celle qu’il vient de traverser, mer des pontons, dans l’orgueil des drapeaux et des flammes, mais la paix du réel retrouvé, la cohabitation de Rimbaud et de l’ « enfant » accroupi, stagnant dans son paradis de tristesse, jouant avec son bateau frêle, ses illusions, son papillon de mai (cf. par exemple fin des Corbeaux) :

Laissez les fauvettes de mai __Pour ceux qu’au fond du bois enchaîne __Dans l’herbe d’où l’on ne peut fuir __La défaite Bans avenir.

Il ne se venge pas des Damnés, mais les abandonne à leur sort (cf. Bethsaïda, Adieu, etc.).

A l’aide de ces quelques principes, le lecteur peut se reporter à des pièces telles que Comédie de la Soif, Mémoire, ou même aux premières œuvres latines libres, aux Etrennes, d’une part, à la Saison en Enfer, d’autre part. Les plus courtes pièces se fixent dans une des catégories (La Maline, etc.), ou se limitent aux trois premières phases (Roman, Bal des Pendus, etc.). Bien que le recours aux sources occultistes, littéraires, philosophiques, soit très utile, indispensable même pour l’élucidation de quelques passages ou métaphores : soleil Hoir, mauvaise étoile, or astral, action définie comme point du monde, la galerie de Bethsaïda comme point d’ennui, etc.), on arrivera à vérifier, sans leur aide et pour l’essentiel, les applications variées et souples de ce schème d’apparence si rigide.

On se rendra compte aussi que le problème littéraire se double d’un problème de psychologie. Le plus curieux n’est pas que Rimbaud ait écrit ces poèmes au symbolisme subtil : d’autres l’avaient fait avant1 lui, et l’Ulysse de James Joyce, qu’on avait cru sans ordonnance se déploie comme l’a prouvé Valéry-Larbaud, dans des cadres peut-être encore plus artificiels. Le plus étrange est que Rimbaud ait vécu, grimacé d’un bout à l’autre de sa carrière, en conformité avec ses principes. Lévi, premier en date, n’est pas resté le seul maître du jeune prodige. Hegel et Spinoza, dont Lévi du reste s’inspirait, sont venus greffer leur doctrine sur le tronc primitif, et l’influence du premier des deux deviendra vite prépondérante. Mais de ces éléments divers, le « penseur » a réalisé pour son œuvre comme pour sa vie, un ensemble toujours plus cohérent dont son agonie prouve, en plus d’autres indices, qu’il y a cru, qu’il l’a roulé « dans sa boule » jusque dans les déserts de l’Afrique.


NOTE : Cf. récit par Pierquin du départ définitif de Rimbaud. « ... Comme Millot me félicitait d’avoir acquis un certain nombre de livres édités chez Lemerre, il (Rimbaud) sortit brusquement de son mutisme. « ... Acheter des bouquins et surtout de « pareils, c’est complètement idiot. Tu portes une boule sur tes épaules qui doit « remplacer tous les livres... » A 11 heures, il nous quitta pour toujours. »


En dernière analyse, le mystère de Rimbaud ne diffère pas essentiellement du mystère de tout homme. Le secret de son prestige sur une génération désemparée, c’est que, tout hermétique ou répugnante qu’elle ait d’abord paru, son œuvre trahissait l’engagement absolu d’une personnalité morbide, « pustuleuse » à certains égards, mais inflexiblement logique.


Par cet aspect le plus intime, Rimbaud échappe aux prises de la simple critique littéraire ou de la psychologie normale. Si les faisceaux conjugués de toutes les techniques dissipent les ténèbres extérieures, ils ne pénètrent1 pas jusqu’au cœur de la personnalité, où l’homme, seul devant son destin, l’apprécie ou le rejette. Pour reconstituer en lui-même le mouvement spirituel qui a conduit le poète à sa vision des choses, le chercheur doit au préalable en interpréter patiemment les manifestations. C’est dire combien ces quelques pages sont encore loin de compte...






cinq éléments
°
L.A. pastel gras sur toile;5 X 5 cm , juin 2009
.
source Jacques Gengoux,
 Le grand oeuvre de Rimbaud
les cahiers d'Hermès
.


Charles Pollock

Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.
Henri Michaux , Face aux verrous.
Du "Dao" originel
du commencement du réel
des signes célestes
des formes terrestres
des règles saisonnières
de l'examen des choses obscures
des esprits essentiels
de la chaîne originelle
de l'art du maître
des évaluations fallacieuses
de l'équivalence des moeurs
des résonances du "Dao"
de l'inconstance des choses
des paroles probantes
de l'utilisation des armes
montagne de propos
forêt de propos
du monde des hommes
du devoir de se cultiver
de la synthèse ultime


"ô le plus violent paradis"

Libellés

" " * & 12 14 3X3 4 5 64 64 fleurs de montagne 8 80fleurs A.a.H A.L. A.R7 A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 AB Aboulafia Abruzzo Actis Adrénaline AgnèsMartin Agrafe et boite Air du temps Albiach Alchimie Alechinsky Alferi Alina Reyes Amande Anaphore Anaximandre André Breton André du Bouchet André Velter Andy Goldsworthy animation Annick Ranvier Annonciations Antin David AP Aphaïa Aram Saroyan Arbres Arp Arseguel Art sacré ARTHAUD Ashbery Avec Avent B B.Celerier Bachmann Bandeaux Barry Lopez Barthes Bashô Bataille Battala Beaufortain Beckett Benedetto Benveniste Bergounioux Bhattacharya Bibliothèques Bimot BioMobiles Biopsies Bishop Bivouac Blackburn Blanc Blanchot Blaser Blau Duplessis Bleu Bochner boisflotté Borges Bouddha Bozier Briciole Broodthaers Bryen Butor C C.C C.Olson café Campo Cantos Captures Carl Andre carnet Carson Carte postale Cartes et globes Casas cavernes Cazier ce qui est cequej'aime Cerbelaud cercles Cézanne Champs Chants et Poésies Char Chaton Chemins ChenZhen Chladni Choeur Choisir Chômei Chose Christian Dotremont christo Chu-Ta Ciel Ciel profond Cioran citations Claude Favre Claude Simon Cole collages Collines Côme Corbeau Cortazar Cravan Creeley Cummings cut Cut 1 CyT Dada Danse Dao Dates De Vries Deleuze Delillo délires Denis Roche Derrida Déserts Désir Dextre Diable Dickinson Divers Domerg Duchamp Duncan Duvauroux E E.E. E.P. EAIO écart énigme Echenoz échos Echos L.A. Eco Ecosse écritures Edmond Jabès elle Elles Ellul encres et musique Encres et peintures EnSof essais Etel Adnan Etna Eucharistie Euler évangile Eventail Exergue F.A. faits FAJ Faune Fayçal feu Films FiniSol Finkielkraut FIVE Flore Foligno Fractales Fragme Fragments François Cheng Fugue Fuji G.C.L. G.Luca Gary Snyder GB GEGO Genji Gif Giovannoni Girard Giroux Gizzi GMH Gobenceaux Godard Goethe Gongora Grâces Gramm gris Guesdon H H.D. Hadot Haenel haïku Hamish Fulton Hamon Hegel Heidegger Henri Michaux Henri Thomas Herbes Heures hexagrammes Hikmet Hillesum Hiroshi Yoshida Hocquard Hölderlin Houellebecq Hubin Huguenin Hymnes orphiques I remember I.P-B. il Illuminations ilya imperceptible Impresses Index Infini Infinitif Insectes installation Internet Irwin Ishihara Issa italiques Ivsic J-P Michel J.J.F.W. J.J.U. Jaccottet Jakobson Jardin Jean jean Daive Jesuis jeu JHN Jirgl John Cage Jouffroy jour jour17 Journal Jours jours17 Juarroz Jullien K.G Kafka Kapoor Kawara Kay Ryan Kenneth White Kerouac Khlebnikov Kiarostami Koons Koshkonong Kosuth KOUA L.D. L.R.des Forêts La Croix La parole de l'autre La vie de la montagne labyrinthe lac Lacs Laforgue Lapiaz Laporte Roger Larry Eigner Laugier Laurent Margantin Le Clézio Le Livre Le poème Lectures Lee Ufan Leibovici Leili Anvar Les eaux Les empereurs Les fils Les oiseaux Lespiau Lessing Lettres Lexie lieux Lieux-source Ligne7 lignes Lionel André éclats Lionel André éditions Lionel André encres Lionel André photographies Lionel André randonnées listes LOGOS London Lorand Gaspar Lorenzo Menoud Louise Bourgeois LSDS Lus & Mus Lyn Hejinian Lynn Schwartz M M.Caron M.Craig-Martin M.Trinité Macedonio Fernandez Machado Maestri Maggiore Mains Mallarmé Malrieux Mandalas Mandelstam Manifeste Manzoni Marcheurs Marelle Martin Ziegler Masao Yamamoto Mauguin MCH MDOU mémoire Merci Merton Thomas messages Métaphysique Metro micro Mina Loy Miura ori Monosyllabes Montagnes et Glaciers Montagnes poèmes Montaigne Montale Moore mots mp3 Murs et Fenêtres Muscle Musique Nancy Napoli Nathaniel Tarn Nature Nauman Neiges Nerval neuf Niedecker Nietzsche nOmbres Notes-Book Novalis Novarina Nuages Nuits O.Pé Objets d'Amérique Octaèdre ODSI Olivier Cadiot Opalka Oph. Oppen Oraison Orcia Orwell Oscarine Bosquet P.B.Shelley P.observatoire P48 P99 palimpseste Palmer Paolo Icaro Parant parenthèse parfum Parian Paris Parlant Parménide Paroles particules Pascal Paul Celan Paysages Pêche peintures numériques L.A. peirce Pennequin Penone Perec performance Pessoa peut-être Ph.Beck Phi Philippe Grand Philippe Sollers Photographes Phrases Pierres Pierrette Bloch Pin Pizarnik Plagiat Platon Pleynet Points Politikos pommes Ponge Promenade Proust Psaumes PUB puiser Qualia quelqu'un Quignard R.G.Lecomte R.M.I R.M.T. Rae Armantrout Range Raphoz Raven RD Refuges et cabanes Renaud Camus René Daumal Revenir Reverdy Rexroth Rey Reznikoff Richard Long Rilke Rimbaud Ristat Robert Barry Robert Filliou Robert Hainard Robert Lax Rochery Roger Ackling Roman Rome Roses Rothenberg Rothko Roubaud Roud Routes Rouzier Royet-Journoud Rueff Rûmî Ruscha Ryner Ryoko Sekiguchi s S.Tesson Saigyo Sam Francis Samivel Sangral Sans Titre Santoka Sator Savitzkaya Sculptures Sculptures Photographies L.A. Sel Seneca Shitao Shiva Shônagon SI signal Signes Signets Sikelianos Silesius Silliman Simmel Simon Cutts Situation Sivan six Ski soleil Sommeil Sons Sor Juana Sôseki Soto Soulages Souligne Sous le Pas SPiced Spinoza Squires Stéfan Stein Stromboli Structure Suchère Suel suite Sun Tzu Suso Swensen T T.S.Eliot Tabarini TAOPY Tardy Tarkos Temps probable Tétralemme TEXTES Thé Théorie Tholomé Tissu Titres TN Tocqueville Todtnauberg TOPOS Toscane TouT Traces Traduire Trains Triste époque Tsvetaeva Tweets Typoésie Ulysse V.Kh V.P. vazquez VE Venise vertical Vésuve Vézelay Vico Victoria Hanna Vidéo Vilgrain Virgule Voies Volut Vous Voyelles Vulcano W W.I.P. Wable Wagô Waldrop Wallace Stevens WB WBY wcw webasso Webcams WilliamBlake Windows Wolfgang Laib Woolf Xardel Xu Xiake Y.B YDM Zagdanski ZANZOTTO Zeit Zéno Bianu Zukofsky

Archives du blog